KYŌTO PROTOCOLE DE (déc. 1997)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une entrée en vigueur retardée

Pour entrer en vigueur, le protocole de Kyōto devait être ratifié par au moins cinquante-cinq pays représentant 55 p. 100 des émissions mondiales de G.E.S. Or les trois pays les plus pollueurs en CO2, les États-Unis, la Chine et la Russie, refusaient d'adhérer à cet enjeu majeur pour la planète. La Chine, considérée comme un pays émergent, était, comme le Brésil et l'Inde, dispensée de réduire ses émissions de G.E.S.

Dès 1998, la réunion de Buenos Aires se concluait sur une note désenchantée, et celles qui suivirent ne permirent pas d'avancées concrètes.

À la fin de 2004 cependant, après une valse-hésitation de plusieurs années, la Russie est venue rejoindre, sur décision de Vladimir Poutine, la coalition des pays en lutte contre le réchauffement climatique. L'accord international est ainsi entré en vigueur le 16 février 2005. L'adhésion russe a été très largement saluée dans le monde, isolant les États-Unis, qui ont toujours vu le protocole de Kyōto comme un accord aussi ruineux qu'inutile.

Le 4 juillet 2005, lors du G8, sommet annuel des pays les plus industrialisés, le problème du réchauffement climatique est de nouveau abordé. Les preuves et les démonstrations des scientifiques se sont accumulées, et Tony Blair – allié privilégié de George Bush – essaie de convaincre les États-Unis de revoir leur politique en matière de pollution.

La « riposte » est rapide : le jeudi 28 juillet 2005, les États-Unis, la Chine (deuxième pays pollueur du monde et en forte expansion industrielle), l'Inde, l'Australie et la Corée du Sud concluent un accord sur le climat. Il ne s'agit pas ici de fixer des limites, comme le prévoit le protocole de Kyōto, aux émissions de G.E.S. L'objectif, très médiatisé, est de « mettre des moyens techniques et financiers en commun pour développer des énergies plus propres » (la principale énergie en Chine est le charbon). Ce partenariat, dont les six [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : docteur en sciences de la Terre, concepteur de la collection La Science au présent à la demande et sous la direction d'Encyclopædia Universalis, rédacteur en chef de 1997 à 2015

Classification


Autres références

«  KYOTO PROTOCOLE DE (déc. 1997)  » est également traité dans :

CONFÉRENCE DE KYŌTO

  • Écrit par 
  • Florence DANIEL
  •  • 307 mots

Le protocole de Kyōto signé en décembre 1997 constitue une étape majeure dans la prise de conscience générale du réchauffement climatique de notre planète. La conférence, qui réunissait 159 pays, a abouti à la signature d'un accord qui engage les pays industrialisés à réduire globalement d'ici à 2012 leurs émissions de gaz à effet de serre de 5 p. 100 par rapp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conference-de-kyoto/#i_85791

CANCÚN CONFÉRENCE DE (2010)

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 932 mots

La XVI e  conférence des parties à la convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique (C.N.U.C.C.) s'est tenue à Cancún (Mexique) du 29 novembre au 10 décembre 2010 avec pour objectif de mettre en place les mécanismes qui pourraient enrayer le changement climatique. En cela, il s'agissait de consolider le protocole de Kyōto (signé en 1997, entré en vigueur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conference-de-cancun/#i_85791

ÉCONOMIE MONDIALE - 2006 : symphonie de croissances

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 2 855 mots

Dans le chapitre « La finance du carbone  »  : […] Le climat particulièrement tempéré en 2006 a ravivé le débat sur l'impact économique du réchauffement climatique et sur les mesures à mettre en œuvre pour préserver l'environnement. La publication au Royaume-Uni du rapport de sir Nicholas Stern a notamment attiré l'attention sur le coût économique potentiellement gigantesque du changement climatique. À la suite des engagements pris par différent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-mondiale-2006-symphonie-de-croissances/#i_85791

ENVIRONNEMENT ÉCONOMIE DE L'

  • Écrit par 
  • Sylvie FAUCHEUX
  •  • 6 152 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les instruments économiques »  : […] La taxation, solution pigovienne, consiste, comme nous l'avons vu, à faire payer par l'agent émetteur de la déséconomie externe une taxe égale au montant de cette déséconomie. Cette taxe est censée conduire à la réduction spontanée de la quantité produite et donc de la dégradation environnementale. La taxation peut aussi être associée à la mise en place de dispositifs antipollution. L'agent pollue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-de-l-environnement/#i_85791

HARPER STEPHEN (1959- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 018 mots
  •  • 1 média

Homme politique canadien, membre du Parti conservateur, Stephen Harper fut le Premier ministre du Canada de 2006 à 2015. Stephen Joseph Harper est né le 30 avril 1959 à Toronto (Ontario). Il fait des études à l’université de Calgary, où il obtient un baccalauréat ( bachelor ) en 1985 et une maîtrise ( master ) en 1991, les deux en économie. En 1993, il e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stephen-harper/#i_85791

NÉGOCIATIONS INTERNATIONALES SUR L'ENVIRONNEMENT - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DELÉAGE
  •  • 2 598 mots

1968 Première conférence intergouvernementale posant le problème de la conservation et de l'utilisation rationnelle des ressources de la biosphère. Organisée par l'U.N.E.S.C.O., du 4 au 13 septembre, à Paris, elle recommande l'élaboration d'un grand programme mondial de recherches sur l'homme et la biosphère, le programme M.A.B. (Man and Biosphere), qui sera lancé en 19 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/negociations-internationales-sur-l-environnement-reperes-chronologiques/#i_85791

RIO CONFÉRENCE DE (1992)

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 2 870 mots

Dans le chapitre « La lutte contre le réchauffement climatique »  : […] Depuis la Convention sur les changements climatiques de 1992, beaucoup a été fait pour endiguer la composante anthropique du réchauffement de la planète. Le Comité intergouvernemental qui avait rédigé cette convention à Rio a été dissous à l'issue de sa onzième session en février 1995 qui instituait la Conférence des parties comme autorité suprême en la matière. Celle-ci a tenu sa première réunio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rio-conference-de/#i_85791

Pour citer l’article

Yves GAUTIER, « KYŌTO PROTOCOLE DE (déc. 1997) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/protocole-de-kyoto/