CONFÉRENCE DE KYŌTO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le protocole de Kyōto signé en décembre 1997 constitue une étape majeure dans la prise de conscience générale du réchauffement climatique de notre planète. La conférence, qui réunissait 159 pays, a abouti à la signature d'un accord qui engage les pays industrialisés à réduire globalement d'ici à 2012 leurs émissions de gaz à effet de serre de 5 p. 100 par rapport à 1990 (à titre d'exemple : — 8 p. 100 pour l'Union européenne, — 7 p. 100 pour les États-Unis, — 6 p. 100 pour le Japon et le Canada, 0 p. 100 pour la Russie, + 8 p. 100 pour l'Australie).

La Terre s'est réchauffée d'un demi-degré depuis le début du xxe siècle et à la fin du xxie siècle, la température aura augmenté de 1 à 5 0C selon le Groupement intergouvernemental sur l'évolution du climat (G.I.E.C.). L'impact des gaz à effet de serre produits par les activités humaines n'est plus guère mis en doute aujourd'hui.

Le protocole de Kyōto représente donc une avancée concrète, quoique timide, vers un développement durable. Toutefois, sa mise en œuvre a d'emblée été difficile : le président des États-Unis, George W. Bush, a rejeté en mars 2001 les accords ; le Parlement européen a publié en janvier 2002 un rapport soulignant que les objectifs qui lui sont fixés ne seront pas aisément atteints ; l'adhésion des pays du Sud (qui pour l'instant n'ont pas d'engagements précis dans le protocole) reste une question sensible ; enfin, les accords ne devront très certainement leur réussite qu'à la mise en place de mécanismes de flexibilité (échanges de permis d'émissions entre pays, notamment). Toutefois, la ratification du protocole par la Russie en 2004 a permis l'entrée en vigueur de ce dernier le 16 février 2005.

—  Florence DANIEL

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 1 page

Écrit par :

Classification

Les derniers événements

30 novembre 2015 Environnement. Ouverture de la COP 21.

Cet accord doit remplacer en 2020 le protocole de Kyōto signé en 1997 par les seuls pays développés. Le cadre des négociations imposé par la conférence de Copenhague de 2009 consiste à définir les moyens de limiter à 2 0C l’élévation de la température globale à la fin du siècle par rapport à l’ère préindustrielle, ainsi qu’à fixer les modalités d’une aide de 100 milliards de dollars par an destinée aux pays en développement. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Florence DANIEL, « CONFÉRENCE DE KYŌTO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/conference-de-kyoto/