PROSTITUTION DANS L'ANTIQUITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Des pratiques contraires à l’idéologie civique

Dans la Grèce du ive siècle avant J.-C., le plaideur du discours Contre Néaira considère comme tout à fait normal, pour un citoyen, d’avoir une épouse (gunê) pour la descendance légitime et la protection du foyer, une concubine (pallakê) pour les soins de tous les jours et une prostituée (pornê) pour les plaisirs. Le cas de Néaira, esclave sexuelle louée à des particuliers qui a fini par acheter sa liberté, vivre comme une pallakê et passer aux yeux de tous pour une épouse légitime au point de voir sa fille se marier à un citoyen d’Athènes, révèle à la fois la fluidité dans les changements de statuts individuels et le caractère potentiellement subversif des relations affectives et sexuelles.

Par ailleurs, porteur des valeurs aristocratiques de l’élite (éloge de la bonne naissance, esprit de compétition…), le banquet privé (symposion) des Grecs, consacré notamment à la poésie et la discussion philosophique mais aussi à la boisson, à la musique et aux jeux, s’apparente à un contre-pouvoir, qui devient la cible des critiques de la part des défenseurs du peuple. Ainsi, au ve siècle avant J.-C., Aspasie, libre compagne (hetaira) du stratège grec Périclès, fut accusée d’influencer la politique de ce dernier, d’écrire certains de ses discours, de former des orateurs en politique et de tenir un bordel. Dans le roman Satiricon, écrit par Pétrone au ier siècle après J.-C., le banquet imaginé, offert par l’affranchi Trimalchion, pourrait mettre en scène les fantasmes romains sur le symposion grec, lieu où s’exprimerait la sexualité débridée des convives. Mais, aux yeux des Romains du ier siècle après J.-C., le Satiricon peut également être perçu comme une satire des banquets traditionnels qui, depuis le viiie siècle avant J.-C. en Étrurie et dans le Latium, réunissent des hommes avec leurs épouses (matronae) et leurs filles. Ainsi, la critique civique dénonce l’abandon au plaisir de ceux qui se donnent des airs aristocratiques ainsi que des puissants q [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeure des Universités en histoire ancienne, université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, directrice de l'UMR 8210 Anthropologie et histoire des mondes antiques

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Violaine SEBILLOTTE CUCHET, « PROSTITUTION DANS L'ANTIQUITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/prostitution-dans-l-antiquite/