ASPASIE

Grecque originaire de Milet. On ne connaît ni la date de naissance d'Aspasie, ni celle de son installation à Athènes, où elle vécut sans doute dans la galanterie, ni celle de sa rencontre avec Périclès, qu'on peut pourtant placer vers ~ 450, en raison de l'âge du fils qu'elle eut de lui, Périclès le Jeune. Après la mort de Périclès en ~ 429, elle serait devenue la maîtresse d'un politicien en vue. Elle a été jugée très diversement de son vivant et sa mort n'a pas éteint la querelle, fait qui démontre son importance dans la société de son temps. Elle s'est trouvée en butte à l'hostilité populaire reflétée par les poètes comiques qui l'accusent des pires vices et lui attribuent une influence déplorable sur la politique étrangère d'Athènes où ses vengeances et ses caprices auraient fait la loi. Peu avant le début de la guerre du Péloponnèse, elle fut accusée d'impiété et Périclès dut plaider sa cause en personne. En revanche, ses qualités intellectuelles ont été célébrées par l'école socratique. Cette disparité provient sans doute du mépris dont elle faisait preuve à l'égard des mœurs de son temps qui enfermaient la femme au gynécée et lui refusaient toute place dans la vie sociale. D'une intelligence remarquable, Aspasie participait activement aux cénacles qui réunissaient chez Périclès les meilleurs esprits de l'époque. D'où l'estime dont elle a joui auprès de ceux qui la connaissaient personnellement et l'hostilité de la masse attachée à l'éthique traditionnelle.

—  Jean DELORME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Toulouse

Classification


Autres références

«  ASPASIE  » est également traité dans :

PÉRICLÈS (-495 env.--429)

  • Écrit par 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 3 837 mots

Dans le chapitre « Le personnage »  : […] il ne sourit pas et on ne l'a vu pleurer qu'en deux occasions, lors du procès d'Aspasie, et à la mort de son dernier fils. Ce qui n'ôte rien à son humanité profonde, qui apparaît dans ses dernières paroles, sur son lit de mort : « Ce qu'il y a de plus grand et de plus glorieux dans ma vie, c'est que jamais je n'ai fait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pericles/#i_33769

PROSTITUTION DANS L'ANTIQUITÉ

  • Écrit par 
  • Violaine SEBILLOTTE CUCHET
  •  • 2 338 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des pratiques contraires à l’idéologie civique »  : […] peuple. Ainsi, au ve siècle avant J.-C., Aspasie, libre compagne (hetaira) du stratège grec Périclès, fut accusée d’influencer la politique de ce dernier, d’écrire certains de ses discours, de former des orateurs en politique et de tenir un bordel. Dans le roman Satiricon, écrit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prostitution-dans-l-antiquite/#i_33769

Pour citer l’article

Jean DELORME, « ASPASIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/aspasie/