PROSTITUTION DANS L'ANTIQUITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le blâme et le contrôle des hiérarchies sociales

À Athènes à l’époque classique, se prostituer n’est pas un délit. En revanche, prendre la parole devant une assemblée ou au tribunal est interdit à tout citoyen qui se prostitue. À Rome, à partir du iiie siècle avant J.-C., la prostitution, qui est une activité interdite pour les individus libres, est désignée comme stuprum, c'est-à-dire indigne. L’infamie qui frappe les hommes ou femmes prostitués – comme les comédiens et les gladiateurs – révèle une importante césure du point de vue politique : dans l’Antiquité, les personnes libres se définissent par leur capacité à être des citoyens, par une autonomie intellectuelle et corporelle que la prostitution ne permet pas puisqu’elle repose, dans l’esprit des Anciens, sur la soumission au plaisir d’autrui. Le blâme s’attache alors à celui qui répond au besoin et offre le plaisir, et non à celui qui le prend. Il stigmatise celui ou celle qui se place dans une position servile.

Certaines pratiques sexuelles sont particulièrement réprouvées, telles que la réception buccale ou anale du pénis et le cunnilingus. Néanmoins, les peintures des thermes suburbains de Rome ou des fragments de poteries gallo-romaines confirment que la réprobation sociale ne porte pas sur les pratiques sexuelles en tant que telles mais sur la personne libre qui s’y adonne, tel un esclave, pour favoriser la jouissance d’un autre. Les quelques cas d’épouses romaines de la fin de la République et de l’Empire, issues des classes supérieures voire du cercle impérial, qui choisissent de se livrer au plaisir avec d’autres que leur époux, ou même de s’inscrire comme prostituées, soulignent toutefois que le point de vue des institutions civiques et du respect des lois n’est pas toujours considéré comme un enjeu d’importance.

Dans l’Antiquité classique, utiliser sexuellement un ou une esclave est moralement neutre et tout à fait légal tant que les droits du propriétaire ne sont pas atteints. Les plus riches, qui possèdent leurs pro [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : professeure des Universités en histoire ancienne, université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, directrice de l'UMR 8210 Anthropologie et histoire des mondes antiques

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Violaine SEBILLOTTE CUCHET, « PROSTITUTION DANS L'ANTIQUITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/prostitution-dans-l-antiquite/