PROFIT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La difficulté, maintes fois soulignée, d'une définition du profit tient à trois types de raisons : en premier lieu, la non-concordance du point de vue du comptable (généralement dominé par le souci fiscal) et de celui de l'économiste (préoccupé par la recherche des causes expliquant l'apparition du profit) ; en second lieu, l'insuffisante distinction des aspects globaux et individuels du profit (les raisons qui expliquent la propriété qu'a une économie donnée de dégager un surplus au terme d'une période ne sont pas forcément celles qui expliquent qu'une unité de production parvienne, elle aussi, à dégager un surplus) ; en troisième lieu, une confusion parfois volontaire entre les causes rendant compte de l'apparition du profit et les causes expliquant son appropriation (là encore, le mode d'appropriation du profit ne peut être considéré comme l'inévitable prolongement du mode d'apparition de ce revenu).

Pourtant, la nécessité d'une définition correcte de la notion de profit se justifie aisément. Sur le plan théorique d'abord, elle paraît indispensable à l'élaboration d'une analyse générale de la répartition des revenus. Sur le plan pratique, ensuite, elle conditionne l'importance des systèmes de partage des fruits de l'expansion entre les salariés.

Devant l'abondance des définitions du profit, parfois divergentes et au mieux complémentaires, deux positions sont concevables.

On peut, d'une part, faire preuve d'un certain apriorisme en indiquant ce que doit être le profit. Certains estimeront, par exemple, que le profit est la sanction, dans l'entreprise, de l'acte de création. La définition ne souffre plus alors d'équivoque, mais elle ne peut, en aucune manière, rendre compte de ce que, dans la réalité, on appelle communément « profit ».

On peut, d'autre part, adopter une démarche opposée de type inductif. Dans ce cas, le profit apparaît sous des formes tellement diverses que la définition proposée, si elle prétend à l'exhaustivité, confine à l'insignifiance. On définira, tout au plus [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages




Écrit par :

  • : maître de conférences agrégé à la facul-té de droit et des sciences économiques de Nice, directeur du département des techniques de commercialisationde l'Institut universitaire de technolo-gie de Nice.

Classification


Autres références

«  PROFIT  » est également traité dans :

L'ACCUMULATION DU CAPITAL, Joan Violet Robinson - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 1 007 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le profit au cœur de la croissance »  : […] Le livre s'écarte de la théorie néo-classique en ne considérant pas le taux d'intérêt comme le paramètre essentiel du processus d'expansion. Joan Robinson constate que la vision néo-classique part de l'idée que les entreprises n'ont aucun autofinancement, ou, tout au moins, que leur mode de décision dépend exclusivement de leurs conditions de fina […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-accumulation-du-capital-joan-violet-robinson/#i_2363

AUTOFINANCEMENT

  • Écrit par 
  • Geneviève CAUSSE
  •  • 5 233 mots

Dans le chapitre « Autofinancement et mobilité du capital »  : […] Si on se situe sur le plan de l'économie globale, il n'est pas rare d'entendre critiquer vivement la place tenue par l'autofinancement dans le financement des investissements : on oppose la situation réelle des économies contemporaines à ce qui se passerait si, tous les profits étant distribués, les investissements étaient financés uniquement par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autofinancement/#i_2363

BANQUE - Histoire de l'institution bancaire

  • Écrit par 
  • Patrice BAUBEAU
  •  • 6 502 mots

Dans le chapitre « Transfert de valeurs »  : […] Enfin, le transfert des valeurs dans le temps et dans l'espace représente le moins spécifique des métiers bancaires. Dans le monde à croissance lente précédant le xviii e  siècle, l'essentiel des profits dérive de la matérialisation d'un écart de prix entre deux lieux (l'argent métal vaut plus en Chine qu'en Europe ou au Japon du xv e au xviii e   […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/banque-histoire-de-l-institution-bancaire/#i_2363

CAPITALISME - Sociologie

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 3 508 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Les origines du capitalisme »  : […] Au xviii e  siècle, le capitalisme industriel commence à déplier ses ailes. Dans les premiers écrits qu'il consacre à cette rupture majeure, notamment dans L'Idéologie allemande (1845-1846), Karl Marx brosse un tableau de vaste ampleur destiné à rendre raison des conditions de développement des forces productives. La séparation entre la ville et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/capitalisme-sociologie/#i_2363

COMMERCIAL DROIT

  • Écrit par 
  • Yves GUYON
  •  • 5 739 mots

Dans le chapitre « Domaine du droit commercial »  : […] Puisqu'il est un droit d'exception, qui déroge au droit civil commun, le droit commercial devrait avoir un domaine d'application strictement délimité. Malheureusement, il n'en est rien. Les frontières qui séparent le droit civil du droit commercial ont été tracées en fonction de considérations d'opportunité beaucoup plus que de logique. Elles sont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-commercial/#i_2363

COMPTABILITÉ - Comptabilité financière

  • Écrit par 
  • Bernard COLASSE
  •  • 4 244 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le bilan (« balance sheet ») »  : […] C'est l'état qui, à un moment donné, en général la fin de l'année civile, décrit la situation financière de l'entreprise, c'est-à-dire l'ensemble de ses actifs et de ses dettes. Les actifs sont constitués par les biens dont elle est propriétaire ou sur lesquelles elle exerce un contrôle de fait. Ses dettes, on dit encore ses passifs ou son passif […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comptabilite-comptabilite-financiere/#i_2363

COMPTABILITÉ - Analyse financière

  • Écrit par 
  • Elie COHEN
  •  • 3 633 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La méthode des ratios »  : […] La méthode des ratios permet de rechercher des rapports, des relations significatives entre certaines grandeurs caractéristiques du patrimoine (traduites par des postes du bilan) et de l'activité (traduites par des postes du compte de résultat ou des tableaux de flux). – Des ratios de structure peuvent être calculés à partir du bilan. Les ratios […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comptabilite-analyse-financiere/#i_2363

CONCURRENCE, économie

  • Écrit par 
  • Alain BIENAYMÉ
  •  • 7 210 mots

Dans le chapitre « Pouvoir de marché et rente de monopole »  : […] Le monopole pur de la théorie conserve toutes les propriétés des marchés parfaits, sauf une : un seul vendeur fait face à un grand nombre de clients potentiels. Dans ce cas, l'offreur satisfait toute la demande solvable et il subit directement la loi de saturation de la demande qui le contraint à baisser son prix sur la totalité des ventes, si ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concurrence-economie/#i_2363

DES PRINCIPES DE L'ÉCONOMIE POLITIQUE ET DE L'IMPÔT, David Ricardo - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Nicolas CHAIGNEAU
  •  • 1 148 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une théorie de la valeur et de la répartition »  : […] Les Principes sont avant toute chose une recherche sur les conditions de l'accumulation du capital, accumulation dont dépend la croissance économique. Cet objectif conduit Ricardo à s'attaquer à ce qu'il considère comme « le principal problème en économie politique » : déterminer comment le revenu tiré d'une marchandise – le prix – se répartit en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/des-principes-de-l-economie-politique-et-de-l-impot/#i_2363

DROGUE

  • Écrit par 
  • Alain EHRENBERG, 
  • Olivier JUILLIARD, 
  • Alain LABROUSSE
  • , Universalis
  •  • 12 110 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Évaluation des profits du marché des drogues »  : […] Le marché des drogues illicites génèrent des bénéfices très importants qui ont pour origine les particularités liées la fabrication et à l'acheminement des ces produits. Dans le cas de la cocaïne et de l' héroïne, les différentes étapes de la transformation de la matière première – feuilles de coca, opium – en produit fini sont une première cau […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/drogue/#i_2363

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Une science trop humaine ?

  • Écrit par 
  • Bernard GUERRIEN
  •  • 4 849 mots

Dans le chapitre « Des tendances plutôt que des lois »  : […] Le mot « tendance » suggère une direction, un sens, mais pas un résultat certain. La tendance est elle-même la manifestation d'une loi, mais celle-ci n'apparaît pas clairement en raison de l'existence d'éléments perturbateurs non négligeables, qu'on peut qualifier de « contre-tendances », et dont il n'est pas possible d'isoler les effets. Ainsi, pl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-definition-et-nature-une-science-trop-humaine/#i_2363

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Une science trop humaine ?

  • Écrit par 
  • Bernard GUERRIEN
  •  • 4 849 mots

La science économique est loin d'être une science exacte, tant les divisions des économistes sont notoires et tant leurs prévisions font l'objet de contestations et de révisions. Par ailleurs, si la science économique évolue, on ne peut guère la créditer de déc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-definition-et-nature-une-science-trop-humaine/#i_2363

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Jérôme de BOYER
  •  • 8 716 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Valeur, répartition et croissance »  : […] La valeur fournit le centre de gravitation des mouvements du prix de marché sous l'effet des forces de l'offre et de la demande. Si la demande est égale à l'offre, le prix de marché coïncide avec la valeur : la vente de la marchandise permet au producteur à la fois de récupérer les coûts en matières premières et de distribuer aux salariés, capital […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-les-grands-courants/#i_2363

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - L'école classique

  • Écrit par 
  • Daniel DIATKINE
  •  • 6 853 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La conception classique de la rareté et du capital »  : […] La conception classique de la rareté est énoncée dès les premières pages des Principes de l'économie politique et de l'impôt ( On the Principles of Political Economy and Taxation , 1817). Les marchandises ne sont rares que dans la mesure où les moyens de les produire le sont. Autrement dit, si nous sommes aussi pauvres que nous le sommes, c'est p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-l-ecole-classique/#i_2363

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Marxisme

  • Écrit par 
  • Michel ROSIER
  •  • 6 832 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La baisse tendancielle du taux de profit »  : […] Marx formule la loi de la baisse tendancielle du taux de profit en deux temps (livre III, tome II, chap.  xiii et xiv ). Premier temps, il énonce la « nature de la loi ». Le taux d'exploitation (Pl/W) étant supposé constant et la composition organique (C/W) ne cessant d'augmenter du fait du développement des forces productives, le taux de profit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-marxisme/#i_2363

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Keynésianisme

  • Écrit par 
  • Olivier BROSSARD
  •  • 8 210 mots

Dans le chapitre « Sous-emploi et demande effective »  : […] Dès le deuxième chapitre de la Théorie générale , Keynes affirme son refus de ce qu'il appelle le « second postulat de l'économie classique ». Ce postulat résulte d'une application directe de la théorie de l'utilité marginale (Stanley Jevons, Carl Menger) au comportement des salariés. Ces derniers sont censés offrir leur travail jusqu'à ce que la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-keynesianisme/#i_2363

L'ÉCONOMIE DE LA CONCURRENCE IMPARFAITE, Joan Violet Robinson - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 1 012 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une critique de la théorie néo-classique de la concurrence »  : […] L'idée de base de la concurrence imparfaite décrite par Joan Robinson est que, loin d'être l'état normal de l'économie, la concurrence est une situation limite, en pratique inaccessible. En revanche, le monopole, considéré par les théoriciens néo-classiques comme un cas aberrant, correspond à la vie économique réelle. Les hypothèses du modèle de c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-economie-de-la-concurrence-imparfaite/#i_2363

ÉCONOMIE INDUSTRIELLE

  • Écrit par 
  • Bruno JULLIEN
  •  • 9 068 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Les relations verticales entre entreprises »  : […] Dans tout ce qui précède, nous avons discuté de situations où la production et la mise sur le marché d'un produit n'impliquaient qu'une entreprise. Les processus de production sont évidemment plus complexes et plusieurs entreprises interviennent à des niveaux différents de la chaîne de production. Si ce qui précède suggère qu'une position de monop […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-industrielle/#i_2363

ÉPARGNE

  • Écrit par 
  • Didier DAVYDOFF
  •  • 6 383 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'épargne selon les classiques »  : […] L'épargne des ménages a été, dès l'origine, au cœur de la pensée économique. Pour les auteurs classiques, l'acte d'épargne et celui de consommation sont dissociés. Pour Adam Smith comme pour David Ricardo, les profits des entrepreneurs sont essentiellement réinvestis dans l'accumulation du capital, tandis que les salaires suffisent tout juste à do […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epargne/#i_2363

FUSIONS-ACQUISITIONS

  • Écrit par 
  • Patricia CHARLÉTY, 
  • Saïd SOUAM
  •  • 9 404 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L’amélioration de la coordination des secteurs amont et aval »  : […] L’intégration verticale de deux monopoles, l’un étant le fournisseur de l’autre, a deux effets : elle augmente leur profit joint et réduit le prix final, ce qui bénéficie aux consommateurs. Prenons le cas d’un producteur et d’un distributeur d’un même bien, tous deux en situation de monopole. En cas d’indépendance, chacun fixe son prix de vente (p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fusions-acquisitions/#i_2363

INVESTISSEMENT

  • Écrit par 
  • Richard DUHAUTOIS
  •  • 6 133 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le profit »  : […] Les analyses classique et keynésienne font une impasse importante sur le lien entre investissement et profit. Pourtant, le profit permet aux entreprises de s'autofinancer et d'emprunter plus. En effet, les entreprises qui réalisent des profits ont des contraintes de financement qui se relâchent, car leurs garanties auprès des organismes financiers […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/investissement/#i_2363

LIBERMAN EVSEÏ GRIGORIEVITCH (1897-1983)

  • Écrit par 
  • J. FERICELLI
  •  • 691 mots

L'économiste soviétique le plus connu en Occident ; son nom est attaché à ce que l'on a appelé la réhabilitation du profit dans l'entreprise et dans l'économie soviétiques. La renommée de Liberman et le rôle plus ou moins officiel qu'il a joué dans l'élaboration des plans soviétiques remontent à 1962, année où il publia deux articles, l'un dans Vo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evsei-grigorievitch-liberman/#i_2363

MARXISME - La théorie marxiste

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 8 741 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les lois économiques du capitalisme »  : […] Du moins les « lois économiques » énoncées par Marx possèdent-elles deux caractéristiques remarquables : d'une part, ce sont des lois nécessaires , déduites du mécanisme fondamental de la production, et non pas de simples modèles des variations des grandeurs économiques définies au niveau de la circulation des marchandises et des capitaux ; d'autre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marxisme-la-theorie-marxiste/#i_2363

PROLÉTARIAT & PROLÉTARISATION

  • Écrit par 
  • Serge MALLET
  •  • 9 630 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Producteur de plus-value »  : […] Dans les premières œuvres marxistes, de La Situation de la classe laborieuse en Angleterre au Manifeste du Parti communiste et à Misère de la philosophie , la situation du prolétariat est historiquement datée : la formation massive du prolétariat moderne, phénomène encore tout récent, s'accompagne d'une surexploitation qui non seulement réserve au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proletariat-et-proletarisation/#i_2363

RÉPARTITION DES REVENUS

  • Écrit par 
  • Ozgur GUN
  •  • 1 213 mots

Dans le chapitre « Deux visions radicalement opposées »  : […] En théorie économique, on distingue deux façons radicalement opposées de traiter la question de la répartition d'un point de vue positif : d'une part, il y a ceux qui la conçoivent comme le partage du produit – d'une entreprise, ou de la société tout entière – entre divers groupes sociaux, selon une relation plus ou moins conflictuelle ; d'autre pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/repartition-des-revenus/#i_2363

RICARDO DAVID (1772-1823)

  • Écrit par 
  • Christian SCHMIDT
  •  • 3 457 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les revenus »  : […] Comme chez Smith, l 'ensemble de tous les biens produits dans une économie se trouve réparti pour Ricardo entre trois classes : les propriétaires qui possèdent le sol, les capitalistes qui contrôlent le capital productif et les ouvriers qui fournissent le travail nécessaire à la production. Ricardo introduit une distinction nouvelle entre la part […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/david-ricardo/#i_2363

SPORT (Histoire et société) - Économie

  • Écrit par 
  • Wladimir ANDREFF
  •  • 6 789 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La ligue fermée »  : […] La ligue fermée forme un cartel de tous les clubs d'un championnat, aucun club n'étant promu en division supérieure ou relégué en division inférieure. C'est le modèle nord-américain adopté par la Major League Baseball (M.L.B.), la National Football League (N.F.L.), la National Basketball Association (N.B.A.) et la National Hockey League (N.H.L.). […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sport-histoire-et-societe-economie/#i_2363

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques LEBRATY, « PROFIT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/profit/