PRODUCTEURS DE L'EST, Amérique du Nord

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dès la première moitié du xixe siècle, l'origine des tumulus de l'Ohio et du Mississippi intrigua les archéologues américains. Les autochtones, qui paraissaient alors bien primitifs, pouvaient-ils avoir conçu et édifié des monuments aussi imposants ? Ceux-ci ne témoignaient-ils pas plutôt d'influences ou d'immigrants venus de civilisations de l'Ancien Monde avant Christophe Colomb ? Au xxe siècle, l'Amérique centrale fut longtemps considérée comme une source possible de ces édifices. Aujourd'hui, l'importance du développement autochtone ne fait plus de doute et l'évolution des tumulus funéraires peut être retracée dans l'est de l'Amérique du Nord depuis ceux de l'Archaïque maritime, vieux de 7 500 ans au Labrador. En Louisiane, le grand ensemble de tumulus de Poverty Point (3700-2700 B.P.), qui s'étend sur plus de deux cent cinquante hectares, fut édifié par les premières populations sédentaires de la fin de l'Archaïque. Il annonce le développement des grands centres cérémoniels du Sylvicole, propres au Formatif nord-américain.

Dans les régions forestières de l'Est, la domestication des plantes et des animaux, qui permit l'agriculture et l'élevage, fut très progressive et offrit, comme dans le Sud-Ouest, des ressources complémentaires à celles de la chasse et de la cueillette. Mais, contrairement aux régions arides du Sud-Ouest, où une partie des espèces cultivées venait du Mexique, il apparaît de plus en plus clairement que l'Est fut un centre indépendant de domestication des plantes et de développement de l'agriculture à partir de 4000 B.P. au moins. Sept espèces végétales autochtones, dont le sureau des marais, la courge et le tournesol, furent cultivées bien avant le maïs. Celui-ci ne fut introduit, dans cette région qu'après 1300 B.P, et venait sans doute du Sud-Ouest. Leurs graines oléagineuses et féculentes, à forte valeur nutritive, étaient faciles à récolter et à entreposer. Ce n'est pas avant 2200 B.P. qu'apparaissent clairement les indices du développement rapide de l'exploitation de ces plantes dans une large zone bordant les grands cours d'eau. Les activités horticoles y restèrent confinées jusque vers 1200 B.P. et, même après son introduction, le maïs ne fut qu'une ressource mineure pendant six ou sept siècles. Mais entre 1200 B.P. et 900 B.P. il prit une importance considérable, et par la suite sa culture se répandit dans tout l'Est, jusqu'aux rives du Saint-Laurent. C'est alors qu'apparaissent autour du bassin du Mississippi des sociétés hiérarchisées et des centres cérémoniels fortifiés regroupant un grand nombre de tumulus. Ces sociétés de producteurs, parfois appelés les « constructeurs de tumulus » (Moundbuilders), se développent à partir du Sylvicole, dans la culture d'Adena, puis dans l'Hopewellien, pour atteindre leur maximum de complexité et d'élaboration architecturale dans le Mississippien.

-1000 à -600. Le fer et les cavaliers

Vidéo : -1000 à -600. Le fer et les cavaliers

Métallurgie du fer. Assyrie. Renaissance grecque. Expansion scythe. Les Olmèques en Amérique centrale. Chavín dans les Andes.C'est dans de violents bouleversements que commence le Ier millénaire.Les grands empires du Bronze s'effondrent sous les coups de guerriers nomades, redoutables... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La culture d'Adena au Sylvicole inférieur (± 3000 B.P.-1850 B.P.)

Dans l'est de l'Amérique, l'importance des rites funéraires, qui se manifeste très tôt à l'Archaïque par les petits tumulus du Labrador et les sépultures de Port-au-Choix, à Terre-Neuve, ne fait que croître jusqu'au Sylvicole, en même temps que s'étendent les réseaux d'échanges de matières premières et d'objets finis. À la fin de l'Archaïque, l'édification des tumulus funéraires contenant de riches offrandes se généralise. Placés parfois sur des éminences, ils marquent sans doute symboliquement les territoires. Au Sylvicole inférieur, la culture d'Adena, qui est celle de chasseurs-cueilleurs pratiquant un peu d'horticulture, se développe dans l'Ohio en intégrant diverses influences venues par les vastes réseaux d'échanges. Le site d'Adena, près de Chillicothe, contient un grand tumulus, mais trois cents à cinq cents sites analogues, le plus souvent funéraires et moins spectaculaires, sont répartis, pour beaucoup le long du cours moyen de l'Ohio, ainsi que dans les États de New York, de Pennsylvanie, d'Indiana, de Virginie-Occidentale et du Kentucky. Celui de Grave Creek, dans la vallée centrale de l'Ohio, mesure 73 mètres de diamètre, 21 mètres de hauteur et nécessita le transport de 72 000 tonnes de terre ; celui du Serpent s'étend sur 383 mètres. De grands enclos circulaires en pierres les entourent ou se trouvent à proximité. La crémation était fréquemment pratiquée, mais aussi l'inhumation en position étendue sur le dos ou fléchie, quand le corps n'était pas mutilé ou décapité. Les offrandes funéraires, accompagnant plutôt les hommes et les enfants, sont constituées d'objets de la vie quotidienne soigneusement fabriqués : outils, armatures de lance de type Adena, feuilles de mica provenant de Caroline du Nord, haches, pipes sculptées en forme humaine, parures et « gorgerettes » (plaquettes en pierre polie ou en cuivre natif, à bords concaves et perforation centrale, qui étaient peut-être attachées autour du cou). La déformation crânienne était pratiquée. Ces coutumes reflètent une certaine hiérarchie sociale accordant la prééminence aux hommes. Les premiers récipients en terre cuite, d'abord de simples bols à fond plat remplaçant avec les mêmes formes ceux en stéatite de l'Archaïque supérieur, laissent bientôt la place à des vases aux formes multiples, décorés au battoir cordé, puis par incisions en losange, qui se retrouvent dans tout l'Est.

L'abondance autant que la qualité technique et artistique des offrandes funéraires indiquent l'existence d'artisans spécialisés. Pourtant, contrairement au Sud-Ouest, aucune grande agglomération n'a été retrouvée. La population semble avoir été disséminée dans de petits villages temporaires, regroupant quelques habitations circulaires unifamiliales ou plurifamiliales. La construction des centres cérémoniels et les cérémonies qui s'y déroulaient, en réunissant occasionnellement cette population, assuraient son intégration sociale et culturelle. Malheureusement, aucun exemple ethnographique ne permet aux préhistoriens de se représenter la structure et le fonctionnement de la société Adena.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

-1000 à -600. Le fer et les cavaliers

-1000 à -600. Le fer et les cavaliers
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

-200 à 200 apr. J.-C. La loi romaine

-200 à 200 apr. J.-C. La loi romaine
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

700 à 800. De 'Abd al-Malik à Charlemagne

700 à 800. De 'Abd al-Malik à Charlemagne
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur d'État de l'université de Paris-I-Sorbonne, archéologue, professeur honoraire au département des sciences de la Terre et de l'atmosphère, université du Québec à Montréal

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Patrick PLUMET, « PRODUCTEURS DE L'EST, Amérique du Nord », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/producteurs-de-l-est-amerique-du-nord/