CONSTANTINOPLE PRISE DE (1204)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Première croisade de simples chevaliers, la quatrième croisade fut prêchée en 1198 par Innocent III à la suite de l'échec de la troisième (1187-1198). L'objectif était l'Égypte ayyoubide, centre du pouvoir musulman en Orient. Mais l'attaque ne pouvant se faire que par mer, les croisés firent appel à Venise qui accepta de faire passer, grâce à sa flotte 4 500 chevaliers, 9 000 écuyers et 20 000 fantassins contre 85 000 marcs d'argent. Incapables de réunir cette somme, les croisés proposent, en 1202, d'aider Venise à prendre le port dalmate de Zara, aux mains des Hongrois depuis 1186, puis de participer aux querelles politiques byzantines pour servir les intérêts vénitiens. Une première intervention à Constantinople, le 17 juillet 1203, permet aux croisés de placer Alexis IV Ange, un prétendant favorable aux Latins, sur le trône impérial. Le nouvel empereur est assassiné l'année suivante et un empereur hostile aux Occidentaux, Alexis V, le remplace. Le 12 avril 1204, Constantinople est alors conquise une seconde fois : la Grande Ville est soumise pendant trois jours à un pillage en règle. L'Empire byzantin est alors partagé entre les vainqueurs (Partitio Romaniae). Plus qu'en 1054 au moment du schisme de Michel Cérulaire, c'est en 1204 que la rupture est consommée entre orthodoxes orientaux et catholiques latins.

La Prise de Constantinople, Tintoret

La Prise de Constantinople, Tintoret

photographie

Tintoret (1518-1594), La Prise de Constantinople, huile sur toile. Palais ducal de Venise, Italie. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

—  Pascal BURESI

Écrit par :

Classification


Autres références

«  CONSTANTINOPLE PRISE DE (1204)  » est également traité dans :

BYZANCE - L'Empire byzantin

  • Écrit par 
  • José GROSDIDIER DE MATONS
  • , Universalis
  •  • 13 290 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Fin de l'Empire grec »  : […] Il ne fallut qu'un quart de siècle pour que, après trois règnes si brillants, l'Empire grec non seulement perdît toute sa puissance, mais fût rayé de la carte. L'étonnante aventure d'Andronic Comnène, qui aurait peut-être sauvé Byzance si elle avait réussi, fut pour elle le début du chaos. Ce cousin de Manuel, pourvu de tous les dons et de beaucoup de vices, avait toujours ambitionné la couronne. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/byzance-l-empire-byzantin/#i_30737

BYZANCE, 330-1453 (exposition)

  • Écrit par 
  • Christian HECK
  •  • 1 037 mots

Du marbre représentant le monstre marin rejetant Jonas sur la rive à la plaque d'orfèvrerie de l'éclatant saint Michel archange et à l'icône de l' Échelle sainte de Jean Climaque, plus de trois cents objets ont exprimé, lors de l'exposition Byzance, 330-1453 (Royal Academy of Arts, Londres, 25 octobre 2008-22 mars 2009), l'intensité, la fécondité, l'in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/byzance-330-1453/#i_30737

CROISADES

  • Écrit par 
  • Jean RICHARD
  • , Universalis
  •  • 8 148 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La quatrième croisade »  : […] Décidée, dès 1198, par le pape Innocent III, la quatrième croisade fut prêchée par le légat Pierre Capuano et Foulques de Neuilly : ce dernier obtint, au tournoi d'Écry, l'adhésion de la noblesse champenoise (1199). Mais la mort du comte de Champagne contraignit les croisés à prendre pour chef à sa place le marquis de Montferrat, Boniface ; ils traitèrent avec Venise pour équiper une flotte beauc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/croisades/#i_30737

ÉCHANGES COMMERCIAUX ENTRE L'OCCIDENT ET BYZANCE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 324 mots

992 En échange du prêt de sa flotte pour transporter des troupes byzantines vers l'Italie, Venise reçoit, par un chrysobulle, un privilège : Basile II abaisse à 2 sous d'or les droits de passage payés par les Vénitiens à la douane d'Abydos. 1054 Schisme de Michel Cérulaire. Premier symptôme de l'incompréhension entre Rome et Byzance, cette cr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/echanges-commerciaux-entre-l-occident-et-byzance-reperes-chronologiques/#i_30737

INNOCENT III, GIOVANNI LOTARIO comte de SEGNI (1160-1216) pape (1198-1216)

  • Écrit par 
  • Marcel PACAUT
  •  • 1 048 mots

Lothaire, de la famille des comtes de Segni, élu pape le 8 janvier 1198 sous le nom d'Innocent III, est considéré comme le plus grand pontife du Moyen Âge. Il étudia la théologie à Paris et le droit canonique à Bologne, puis fit carrière à la curie et fut nommé cardinal en 1190. Intellectuel et homme d'action, préoccupé en premier lieu de remplir au mieux sa fonction religieuse, il fut un chef à l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giovanni-lotario-innocent-iii/#i_30737

VILLEHARDOUIN GEOFFROI DE (1148-1213)

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 256 mots

Noble champenois. Maréchal de Champagne, chargé de négocier avec les Vénitiens les conditions d'une aide navale à la quatrième Croisade, Villehardouin fut l'un des chefs de celle-ci ; la croisade devait aboutir à la prise de Constantinople par les chrétiens d'Occident (1204) et à la fondation de l'Empire latin d'Orient. Il reçut, en récompense de ses services, divers fiefs en Thessalie, en particu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geoffroi-de-villehardouin/#i_30737

Pour citer l’article

Pascal BURESI, « CONSTANTINOPLE PRISE DE (1204) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/prise-de-constantinople-1204/