Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PRINCIPES DE PHONOLOGIE, Nikolaï Sergueïevitch Troubetzkoy Fiche de lecture

Parus en allemand en 1939, les Principes de phonologie constituent le huitième volume des Travaux du Cercle linguistique de Prague, fondé en 1928 par Nikolaï Sergueïevitch Troubetzkoy (1890-1938) et Roman Jakobson, et décidé à conduire une recherche collective approfondie sur le langage. Les Principes de phonologie ne constituent qu'une partie de l'ensemble que Troubetzkoy entendait consacrer au versant sonore du langage. Tels qu'ils nous sont parvenus, ils fixent les règles de détermination et de classement des phonèmes à partir de vérifications conduites sur deux cents langues.

Le champ phonologique

Troubetzkoy reste le théoricien de l'opposition entre la phonétique – qui étudie la réalisation concrète des sons du langage – et la phonologie qui reconstruit la structure des différentes langues à partir d'un nombre fini de critères d'opposition à valeur universelle : « Les sons du langage que la phonétique doit étudier possèdent un grand nombre de particularités acoustiques et articulatoires qui pour le phonéticien sont toutes importantes, car c'est seulement en considérant toutes ces particularités qu'il peut répondre d'une manière précise à la question que pose la prononciation du son dont il s'agit. Mais pour le phonologue la plupart de ces particularités sont tout à fait accessoires, car elles ne fonctionnent pas comme marques distinctives des mots. Aussi les sons du phonéticien et les unités du phonologue ne se recouvrent pas. Le phonologue ne doit envisager en fait de son que ce qui remplit une fonction déterminée dans la langue. » On voit ici précisée l'issue « fonctionnelle » que représente la phonologie, contre les impasses où s'était fourvoyée la phonétique expérimentale, embarrassée par la labilité d'un signal dont la variété des signatures acoustiques ne s'accordait pas avec l'unité de perception et d'identification. En effet, les tracés et les images obtenus par instrumentation diffractaient les représentations d'une même phrase prononcée par plusieurs locuteurs – ou par un seul locuteur dans des conditions différentes – en une infinité de graphes peu conciliables. D'où la tentation d'en appeler à la psychologie pour résoudre la question posée par la conversion verbale des sensations auditives.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Voir aussi