PRÉHISTOIREL'homme et le feu

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les usages techniques du feu

Nous sommes un peu mieux renseignés sur les usages techniques du feu, et c'est un domaine où les progrès de la recherche archéologique permettent d'espérer un progrès substantiel de nos connaissances. Les toutes premières applications techniques du feu dont nous ayons quelque indice (mais qui demandent à être confirmées par de nouvelles recherches) ne sont guère spécifiques au feu et tendraient à montrer, si elles sont vérifiées, que les propriétés fondamentales de cette nouvelle source d'énergie n'ont pas tout de suite été perçues. Le feu aurait, en effet, été utilisé dès le Paléolithique ancien pour fracturer des bois de cervidés ou faire éclater de gros blocs de pierre rebelles au débitage. Il s'agit là d'opérations où le feu ne fait que se substituer à d'autres outils tranchants ou percutants. Avec le durcissement au feu de lances ou d'épieux de bois, le feu est utilisé suivant une conception autre et riche de développements futurs : l'amélioration des qualités des matières premières travaillées. On connaît une lance en bois d'if durcie au feu, datant du Paléolithique moyen (à Lehringen, en Allemagne), mais la conservation du bois est si rare que bien des exemples plus anciens ont pu échapper.

Au Paléolithique supérieur, d'autres matières premières vont être ainsi améliorées par un traitement thermique. Le silex tout d'abord, simplement réchauffé près du foyer, ou chauffé pendant plusieurs heures dans un « four » jusqu'à subir des modifications structurelles, permet de réaliser, par pression, certains des plus beaux objets de pierre taillée : les feuilles de laurier solutréennes. L'os et l'ivoire, chauffés à l'étuvée, gagnent en élasticité, ce qui permet de modifier leur forme et de redresser des baguettes d'os, des bois de cervidés ou des défenses de mammouth naturellement courbes. Le feu a joué également un rôle important dans la préparation des colorants employés pour peindre objets mobiliers et parois des grottes. Si le charbon de bois paraît avoir été peu prisé (le noir était surtout constitué de manganèse), tous les tons de bru [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages






Écrit par :

  • : docteur en ethnologie préhistorique, maître assistant à l'université de Paris-X

Classification


Autres références

«  PRÉHISTOIRE  » est également traité dans :

PRÉHISTOIRE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 1 820 mots

On appelle classiquement « préhistoire » l'étude des sociétés humaines anciennes qui ne nous ont pas laissé de textes écrits, puisqu'elles ne disposaient pas de l'écriture. Celle-ci fut inventée indépendamment dans plusieurs régions du monde par des sociétés dont le niveau de complexité ne permettait plus la gestion par la seule mémoire – c'est-à-dire des sociétés devenues urbaines et étatiques. L […] Lire la suite

PRÉHISTOIRE - Alimentation

  • Écrit par 
  • Hervé BOCHERENS
  •  • 1 940 mots
  •  • 1 média

Reconstituer l'alimentation des hommes préhistoriques est un exercice difficile et pourtant indispensable pour comprendre l'histoire de notre espèce. Les vestiges archéologiques ne reflètent qu'indirectement l'alimentation, notamment par les ossements fossiles des animaux consommés, rarement par des restes végétaux, beaucoup plus fragiles. Depuis les années […] Lire la suite

PRÉHISTOIRE - Méthodologie

  • Écrit par 
  • Jean-Philippe RIGAUD, 
  • Jacques TIXIER
  •  • 3 936 mots

Nous entendons le terme préhistoire dans son acception la plus stricte : depuis l'origine de l'homme jusqu'à la veille des « révolutions néolithiques ». Nous traiterons des méthodes d'étude des peuples chasseurs-cueilleurs, des prédateurs (Paléolithique, Épipaléolithique, Mésolithique) et non des producteurs (Néolithique). Datant de plus d'un siècle, la préhistoire doit en partie à sa jeunesse une […] Lire la suite

PRÉHISTOIRE - La taille expérimentale des roches dures

  • Écrit par 
  • Jacques TIXIER
  •  • 3 003 mots
  •  • 1 média

La reproduction moderne d'outils préhistoriques en pierre dure est née avec la science préhistorique. Au milieu du xixe siècle, les ouvriers des carrières du bassin de la Somme taillaient des bifaces qu'ils vendaient à l'archéologue Boucher de Perthes.Après les précurseurs des expériences de taille – Breuil, Muller au début du xx […] Lire la suite

PRÉHISTOIRE - Industrie de l'os

  • Écrit par 
  • Danielle STORDEUR
  •  • 4 132 mots

L'homme a très vite compris que l'os, à l'image de la pierre (et certainement des matériaux périssables comme le bois) pouvait lui servir de matière première. L'industrie de l'os accompagne toutes les cultures préhistoriques, elle s'intègre dans le faisceau des vestiges de toute nature qui nous renseignent sur le mode de vie, les habitudes, le niveau conceptuel de ceux qui les animaient. Comme il […] Lire la suite

ABRI-SOUS-ROCHE

  • Écrit par 
  • Marie-Thérèse BOINAIS
  •  • 625 mots

Parmi les divers types de gisements préhistoriques, les abris-sous-roche, sites d'habitat installés au pied des falaises et simplement protégés par un surplomb rocheux, sont extrêmement nombreux dans toutes les régions du globe, non seulement en Europe, notamment dans la région dite franco-cantabrique, mais également en Afrique et en Amérique, là où de telles structures naturelles ont existé. Cont […] Lire la suite

AFRIQUE (Histoire) - Préhistoire

  • Écrit par 
  • Augustin HOLL
  •  • 6 306 mots
  •  • 3 médias

La préhistoire de l'Afrique est littéralement la préhistoire de l'humanité. Les recherches archéologiques effectuées en Afrique sont le fait de toutes les traditions académiques, offrant ainsi une multiplicité de perspectives sur l'évolution des sociétés humaines. En outre, le continent présente la plus longue séquence archéologique du monde, des débuts incertains de l'humanité jusqu'à la périod […] Lire la suite

ÂGE ET PÉRIODE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 1 958 mots

Dans le chapitre « Grandes classifications »  : […] Toutefois, le temps biblique reste l'ultime référence, et le Déluge, en particulier, constitue l'une des bornes temporelles de référence : peut-on, se demandent les savants, retrouver les restes d'un homme « antédiluvien » ? C'est en ces termes que l'un des fondateurs de la préhistoire, Boucher de Perthes, publie en 1847 et 1857 ses Antiquités celtiques et antédiluviennes , définitivement reconnu […] Lire la suite

AGRICULTURE - Histoire des agricultures jusqu'au XIXe siècle

  • Écrit par 
  • Marcel MAZOYER, 
  • Laurence ROUDART
  •  • 6 077 mots
  •  • 2 médias

Il y a dix mille ans, au début du Néolithique, les quelque cinq millions d'êtres humains, généralement nomades, qui peuplaient la Terre se nourrissaient des produits de la chasse, de la pêche et de la cueillette. Cependant, dans quelques rares régions du monde, certaines communautés sédentarisées ont commencé de cultiver des plantes et d'élever des animaux et se sont transformées, très lentement […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Danièle LAVALLÉE, 
  • Catherine LEFORT
  •  • 18 005 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'environnement arctique au Pléistocène. Les voies de migration »  : […] Dans la mesure où la plupart des préhistoriens s'accordent aujourd'hui pour faire venir du nord-ouest, c'est-à-dire de Sibérie, les premiers occupants de l'Amérique, il est alors essentiel de pouvoir reconstituer l'environnement nordique américain et de connaître l'importance et le moment des transformations ayant, depuis une centaine de milliers d'années, affecté la région. C'est en effet de cet […] Lire la suite

ANATOLIENNE PRÉHISTOIRE

  • Écrit par 
  • Jacques CAUVIN, 
  • Marie-Claire CAUVIN
  •  • 2 339 mots
  •  • 3 médias

La région anatolienne, qu'occupe l'actuelle Turquie d'Asie, constitue une sorte de promontoire avancé de l'Asie occidentale que les historiens ont coutume de considérer comme un passage naturel entre ce continent et l'Europe. En effet, bien qu'il s'agisse d'un pays essentiellement montagneux, sa plus grande partie est constituée par un haut plateau de 1 000 à 1 200 mètres d'altitude, parsemé de la […] Lire la suite

ARCHAÏQUE, Amérique du Nord

  • Écrit par 
  • Patrick PLUMET
  •  • 2 387 mots
  •  • 3 médias

Le concept de « stade archaïque » ( Archaic Stage ) a été introduit en 1932 dans la préhistoire de l'Amérique du Nord par l'archéologue William A. Ritchie pour rendre compte d'une phase précéramique découverte dans l'État de New York et de ses points communs avec des phases équivalentes dans l'est du continent et jusqu'en Californie. Adapté en 1952 à l'évolution des connaissances par l'archéologu […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Traitement et interprétation) - Archéologie et nouvelles technologies

  • Écrit par 
  • Bruno DESACHY, 
  • François DJINDJIAN, 
  • François GILIGNY
  •  • 3 954 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Du site archéologique au territoire, du territoire à la société »  : […] La mission de l'archéologue ne s'arrête pas à la fouille d'un site archéologique, aussi longue ou coûteuse soit-elle, – plusieurs millions d'euros et/ou plusieurs décennies pour les sites majeurs. Le site n'est qu'un élément parmi d'autres des vestiges laissés par une société disparue. Reconstituer tous les aspects de cette société dans le temps (chronologie), dans l'espace (son territoire de peu […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Archéologie et société) - Archéologie et enjeux de société

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 4 667 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le peuple et la race »  : […] Lorsque commencent à se constituer, à partir du début du xix e  siècle et du mouvement romantique, les États-nations au sens moderne du terme, ceux-ci se fondent d'abord sur une communauté de territoire et de langue, et plus profondément encore sur ce qui est perçu comme une communauté de destin, sinon « de sang », et bientôt « de race ». Cette dernière notion ne fait son apparition progressive qu […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Archéologie et société) - Aménagement des sites

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOHEN, 
  • Jean-François REYNAUD
  •  • 5 938 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un musée de site exceptionnel, le Musée national de préhistoire des Eyzies »  : […] À sa mort, le préhistorien Denis Peyrony (1869-1954) donna à l'État les collections qu'il avait réunies à partir des gisements préhistoriques classiques de la vallée de la Vézère, collections qui constituent le fonds du musée des Eyzies, installé dans le château du xvi e  siècle. Les deux conservateurs successifs, J. Guichard et J.-J. Cleyet-Merle ont considérablement accru ces collections. Un nou […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Archéologie et société) - Histoire de l'archéologie

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 5 382 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Progrès des méthodes et des techniques »  : […] Après la constitution de ce socle de connaissances et de méthodes, le xx e  siècle sera marqué, singulièrement durant son deuxième tiers, par de nombreuses avancées qui déboucheront sur une nouvelle définition de l'archéologie. Jusque-là simple « auxiliaire de l'histoire », elle devient peu à peu une science autonome qui étudie les sociétés humaines à travers leurs traces matérielles – tout comme […] Lire la suite

ARCHITECTURE MÉGALITHIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 206 mots
  •  • 1 média

Au cours du V e  millénaire, la façade atlantique de l'Europe se couvre, depuis le Danemark jusqu’au Portugal, de monuments mégalithiques ou dolmens. Il s'agit de chambres funéraires construites en gros blocs de pierre, pesant souvent plusieurs tonnes, et recouvertes d'un tertre, ou tumulus, de terre et de pierres. Les dolmens permettent d'honorer des morts importants ; on pouvait y placer de nou […] Lire la suite

ARCY-SUR-CURE, site préhistorique

  • Écrit par 
  • Dominique BAFFIER
  •  • 1 239 mots

Le site d'Arcy-sur-Cure (Yonne), site majeur pour l'étude du Paléolithique moyen et supérieur de la France du Nord, se situe, au sud du Bassin parisien, entre Auxerre et Avallon. Il est constitué par un ensemble de cavernes creusées par la Cure dans un massif calcaire corallien émergé à la fin du Secondaire. Onze « grottes préhistoriques », dont la première fut explorée il y a 150 ans, conservent […] Lire la suite

ART DU PALÉOLITHIQUE SUPÉRIEUR (Europe)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 192 mots

Les plus anciens objets d'art, au sens traditionnel du terme, ne remontent qu'à l'apparition de l'homme moderne ( Homo sapiens sapiens ) en Europe au Paléolithique supérieur, il y a environ 30 000 ans, avec la civilisation aurignacienne. On ne connaît, en effet, pas d'œuvres d'art antérieures, alors que l'homme moderne est attesté au Proche-Orient depuis environ 100 000 ans. Les formes données à […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Catherine PERLÈS, « PRÉHISTOIRE - L'homme et le feu », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/prehistoire-l-homme-et-le-feu/