Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PRÉHISTOIRE L'homme et le feu

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Les mythes traditionnels des contrées les plus éloignées affirment tous combien est profondément vécue la relation entre l'homme et le feu : sans maîtrise du feu, il n'y a pas d'humanité véritable. Mais le feu, sortant l'homme de l'animalité, le conduit aussi au divin ; et jamais le feu n'est simplement découvert, il est toujours volé et l'humanité entière doit payer le prix de ce vol. Domestiqué, compagnon des moindres gestes, il reste instable, fugace, prompt à la révolte. L'extrême dépendance dans laquelle nous nous trouvons aujourd'hui vis-à-vis de l'« énergie » n'est-elle pas un écho de ce lien fondamental entre le feu et l'homme ?

Au-delà du mythe, que sait-on réellement de cette longue histoire commune, qui prend ses racines dans les périodes les plus reculées de la préhistoire ? Plus de cent ans après le début des recherches en préhistoire, que sait-on aujourd'hui de la découverte du feu, de la façon dont il était produit et utilisé par les chasseurs du Paléolithique ?

Sans être négligeable, comme on le verra, le bilan reste décevant. Certains problèmes ne connaîtront sans doute jamais de solution (à commencer par celui des origines de la production même du feu), tandis que, dans la plupart des cas, incertitudes et hypothèses prennent le pas sur les faits acquis. Deux ordres de raisons l'expliquent ; l'une tient à la nature du sujet lui-même, l'autre à la nature de l'enquête archéologique.

La préhistoire du feu : une archéologie difficile

La raison essentielle de la pauvreté de nos connaissances tient en effet d'abord au sujet lui-même : le feu se prête mal à l'investigation archéologique. Si ses traces sont en général faciles à repérer, elles ne renseignent ni sur les opérations qui ont précédé la combustion elle-même (mode de préparation du foyer, allumage, etc.), ni sur celles qui ont motivé la combustion (usage technique ou alimentaire du feu, éclairage ou chauffage, etc.). Tous les gestes ont disparu, et seuls subsistent les témoins de combustion organiques (bois, os, herbes) ou minéraux (pierres, colorants) calcinés. Vestiges isolés, comme un os brûlé sur le sol d'un habitat, ou vestiges structurés –  foyers, fours, vidanges de foyer –, ils attestent bien l'usage même du feu mais restent le plus souvent muets quant à sa finalité. Les foyers allumés pour griller la viande, pour chauffer l'habitation ou l'éclairer, voire pour travailler l'os ou l'ivoire laisseront au sol des traces absolument similaires aux yeux de l'archéologue. Dans la plupart des cas en effet, les éventuels instruments ou dispositifs liés à la fabrication et à l'utilisation du feu, depuis les briquets en bois jusqu'aux supports de broches, sont en matière végétale et disparaissent dans le sol sans laisser de trace.

En outre, jusqu'à une époque récente, les questions n'étaient pas posées, ou l'étaient mal. Car si les tout premiers préhistoriens s'intéressèrent à la « palethnologie », la reconstitution des modes de vie anciens, leurs méthodes de fouille invalidaient souvent la qualité de leurs observations. Dans la première moitié du xxe siècle, les questions d'ordre ethnographique sont délaissées au profit de la chronologie, et rares sont les rapports qui signalent même l'existence de foyers dans les fouilles en les distinguant de simples couches mêlées de cendres.

Dans la seconde moitié de ce siècle, sous l'impulsion de chercheurs comme K. P. Oakley et A. Leroi-Gourhan, on s'intéresse à nouveau concrètement aux problèmes que posent le feu et son utilisation, et les nouvelles méthodes de fouille, isolant des sols d'habitat, permettent des observations plus riches et plus rigoureuses. Grâce à elles, il est possible d'esquisser une « préhistoire du feu », dont[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur en ethnologie préhistorique, maître assistant à l'université de Paris-X

Classification

Pour citer cet article

Catherine PERLÈS. PRÉHISTOIRE - L'homme et le feu [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Média

Foyers paléolithiques - crédits : Encyclopædia Universalis France

Foyers paléolithiques

Autres références

  • ABRI-SOUS-ROCHE

    • Écrit par
    • 626 mots

    Parmi les divers types de gisements préhistoriques, les abris-sous-roche, sites d'habitat installés au pied des falaises et simplement protégés par un surplomb rocheux, sont extrêmement nombreux dans toutes les régions du globe, non seulement en Europe, notamment dans la région dite franco-cantabrique,...

  • AFRIQUE (Histoire) - Préhistoire

    • Écrit par
    • 6 326 mots
    • 3 médias

    La préhistoire de l'Afrique est littéralement la préhistoire de l'humanité. Les recherches archéologiques effectuées en Afrique sont le fait de toutes les traditions académiques, offrant ainsi une multiplicité de perspectives sur l'évolution des sociétés humaines. En outre, le continent...

  • ÂGE ET PÉRIODE

    • Écrit par
    • 1 957 mots
    ...particulier, constitue l'une des bornes temporelles de référence : peut-on, se demandent les savants, retrouver les restes d'un homme « antédiluvien » ? C'est en ces termes que l'un des fondateurs de la préhistoire, Boucher de Perthes, publie en 1847 et 1857 ses Antiquités celtiques et antédiluviennes...
  • AGRICULTURE - Histoire des agricultures jusqu'au XIXe siècle

    • Écrit par et
    • 6 086 mots
    • 2 médias

    Il y a dix mille ans, au début du Néolithique, les quelque cinq millions d'êtres humains, généralement nomades, qui peuplaient la Terre se nourrissaient des produits de la chasse, de la pêche et de la cueillette. Cependant, dans quelques rares régions du monde, certaines communautés sédentarisées...

  • Afficher les 147 références