PITTORESQUE, art et esthétique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Pagode du parc de Kew, W. Chambers

Pagode du parc de Kew, W. Chambers
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Stourhead, Wiltshire, le parc

Stourhead, Wiltshire, le parc
Crédits : John Bethell/ Bridgeman Images

photographie


Si le mot pittoresque (de l'italien pittoresco) apparaît en France en 1708 (il ne fut admis par l'Académie qu'en 1732), il qualifie à l'origine « une composition dont le coup d'œil fait un grand effet », c'est-à-dire qui répond aux canons de l'harmonie classique (abbé Du Bos, Réflexions critiques sur la poésie et la peinture, 1719) ; acception reprise tardivement par l'Encyclopédie tandis que, dès 1726, Charles Coypel voit dans le pittoresque « un choix piquant et singulier des effets de la nature ». En Italie, où l'on trouve le mot dès le début du xviie siècle dans les provinces du Nord, il prit en outre un sens tout à fait particulier, puisque lavorare alla pittoresca signifiait « peindre sous le feu de l'inspiration, frénétiquement ». Cependant, et non sans raison, Stendhal, dans Les Mémoires d'un touriste (1838), suggère que « le pittoresque nous vient d'Angleterre ». Si l'on accepte de se livrer à une simplification réductrice mais éclairante, on peut dire que, comme le romantisme correspond à la littérature allemande autour de 1800, le pittoresque coïncide avec l'art paysager (jardins et peinture) en Angleterre entre 1730 et 1790. Même si l'on reconnaît, comme le fait Mario Praz, des antécédents au pittoresque dans l'esthétique de la période alexandrine, il faut suivre N. Pevsner qui retrace dans son essai, The Genesis of the Picturesque (1944), les balbutiements et les enthousiasmes des inventeurs de cette nouvelle catégorie esthétique, tous amateurs d'art, écrivains ou philosophes anglais. Après le précurseur William Temple qui affirme dès 1685, à propos de l'introduction du goût irrégulier dans les jardins, que la beauté n'a pas besoin de règles, ce sont, entre 1720 et 1730, les rédacteurs du Spectator ou du Guardian, par exemple Addison ou les philosophes Shaftesbury et Pope, qui énoncent les prémices d'une nouvelle relation à la nature ; une nature libérée des a priori formels qui révèle enfin sa diversité dans l'accumulation de [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : ingénieur au C.N.R.S., enseignante à l'École nationale supérieure d'architecture de Versailles

Classification


Autres références

«  PITTORESQUE, art et esthétique  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Aquarelle

  • Écrit par 
  • Jacques CARRÉ
  •  • 3 838 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le goût du paysage et l'esthétique du pittoresque »  : […] L' essor de l'aquarelle vers le milieu du xviii e  siècle en Angleterre est lié à l'intérêt grandissant du public cultivé pour le paysage sous toutes ses formes : paysages naturels découverts en voyage, jardins paysagers, et, bien entendu, peinture de paysage, dont les collectionneurs britanniques étaient grands amateurs. Les aquarelles étaient de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-aquarelle/#i_80671

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Architecture

  • Écrit par 
  • Monique MOSSER
  •  • 7 812 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « Néo-classicisme et mouvement pittoresque : le syncrétisme comme langage (1750-1820) »  : […] On considère parfois que le palladianisme fait partie intégrante du néo-classicisme et bien des traits palladiens se retrouveront dans des œuvres de la fin du xviii e siècle ou même du xix e . Mais on a vu que l'éclairage historico-politique permettait de le circonscrire assez nettement. Le milie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-architecture/#i_80671

BONINGTON RICHARD PARKES (1802-1828)

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGEL
  •  • 976 mots
  •  • 2 médias

Peintre anglais, contemporain de la grande génération de peintres romantiques français, Bonington exerça sur elle une influence originale et considérable, et contribua plus que personne à l'initier aux formules de la peinture romantique anglaise, mises au point un quart de siècle plus tôt par Constable, Turner et Lawrence. L'essentiel de sa courte et éclatante carrière se déroule à Paris, entre 18 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/richard-parkes-bonington/#i_80671

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - L'architecture

  • Écrit par 
  • Claude MASSU
  •  • 12 008 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le pittoresque »  : […] L'austérité de l'architecture néo-grecque a provoqué une réaction en faveur de formes jugées moins intimidantes. La sensibilité romantique nourrie de la lecture des romans de Walter Scott favorise l'émergence de courants pittoresques et éclectiques grâce à des ouvrages illustrés largement diffusés. Au cours de sa longue carrière, Alexander Jackson Davis (1803-1892), associé à l'architecte Ithiel T […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-l-architecture/#i_80671

ILLUSTRATION

  • Écrit par 
  • Ségolène LE MEN, 
  • Constance MORÉTEAU
  •  • 9 160 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « L'image d'illustration et ses genres : types, sites et scènes »  : […] Une hiérarchie des espaces dévolus à l'illustration s'instaure, en corrélation avec la hiérarchie des genres illustratifs, elle-même transposée de celle des genres picturaux : par exemple, dans l'encyclopédie morale que sont Les Français peints par eux-mêmes , où chaque livraison est consacrée à un type social ou professionnel, l'éditeur Curmer met au point une solution stab […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/illustration/#i_80671

JARDINS - Esthétique et philosophie

  • Écrit par 
  • Catherine CHOMARAT-RUIZ
  •  • 3 585 mots

Dans le chapitre « Le pittoresque et le sublime »  : […] À l'inverse, le type de compositions pratiquées au xviii e  siècle côtoie l'esthétique de Descartes, Boyceau et Antoine Joseph Dezallier d'Argenville. Là où le philosophe explique que les idées sont comme « des tableaux et des peintures », Boyceau insiste sur les allées et les longs promenoirs dont l'air colore les lointains, tandis que Dezallier […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jardins-esthetique-et-philosophie/#i_80671

LATROBE BENJAMIN HENRY (1764-1820)

  • Écrit par 
  • Yve-Alain BOIS
  •  • 254 mots

Architecte américain d'origine anglaise, Latrobe est le premier grand représentant américain d'un style auquel se mesurera toute l'architecture moderne, soit pour le contester radicalement, soit pour l'englober et le « dépasser » : le néo-classicisme ou, plus précisément, le « classicisme romantique ». Né en Angleterre, où Latrobe a reçu sa formation architecturale, ce « style » marque l'avènement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/benjamin-henry-latrobe/#i_80671

LEDOUX CLAUDE NICOLAS (1736-1806)

  • Écrit par 
  • Daniel RABREAU
  •  • 2 334 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Éthique sociale et architecture parlante »  : […] Peu familiers des mœurs de l'Ancien Régime, nous pourrions trouver aujourd'hui la carrière de Ledoux paradoxale, en opposant le courtisan, l'artiste à la mode couronné de succès dans de nombreux chantiers, à l'architecte-philosophe intransigeant, génie bafoué dans plusieurs réalisations réduites ou avortées. Un tel jugement conviendrait mal à l'activité et à l'art de Ledoux : c'est bien sa double […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-nicolas-ledoux/#i_80671

NASH JOHN (1752-1835)

  • Écrit par 
  • Monique MOSSER
  •  • 1 257 mots
  •  • 4 médias

Étrange destinée que celle de John Nash qui devint sur le tard l'architecte favori du régent (futur George IV), puis connut la disgrâce, marqua profondément le paysage urbain de la capitale anglaise, mais fut l'objet d'acerbes critiques et dont l'œuvre disparate et inspirée divise encore les historiens. Quoique exactement contemporain de Soane, Nash est en fait un homme du xix […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-nash/#i_80671

ORIENTALISME, art et littérature

  • Écrit par 
  • Daniel-Henri PAGEAUX, 
  • Christine PELTRE
  •  • 11 010 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La rêverie et l'Histoire »  : […] Avant le xix e  siècle, les artistes ont entrevu dans l'ailleurs levantin la lumière d'un renouveau. Confronté aux échos des échanges cosmopolites, Rembrandt (1606-1669) peint à Amsterdam un Orient imaginaire que n'oublieront pas les voyageurs futurs. Plus attendues et plus précises, les références exotiques sont nombreuses dans l'art vénitien : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orientalisme-art-et-litterature/#i_80671

PINEAU NICOLAS (1684-1754)

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 446 mots

Sculpteur et décorateur issu d'une famille d'artistes français des xvii e et xviii e  siècles. Nicolas Pineau n'avait pas dix ans à la mort de son père Jean (1652-1694), sculpteur du roi, qui travailla à Versailles et dans les différents châteaux de la Couronne, mais il n'en reçut pas moins une f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-pineau/#i_80671

PRICE UVEDALE (1747-1829)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 379 mots

Architecte de paysage anglais, né en 1747, mort le 14 septembre 1829 à Foxley, dans le Herefordshire. Riche propriétaire terrien, Uvedale Price est passionné par le paysagisme tout comme son ami et voisin Richard Payne Knight. S'opposant à l'académisme dominant, ils lancent, en 1794, le mouvement pittoresque : Knight avec The Landscape, a didactic poem (« Le paysage, poème di […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/uvedale-price/#i_80671

ROMANTISME

  • Écrit par 
  • Henri PEYRE, 
  • Henri ZERNER
  •  • 22 144 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La sculpture et l'architecture »  : […] On n'a guère parlé jusqu'ici que de la peinture, ne citant que quelques sculptures. L'époque romantique produisit cependant des œuvres retentissantes dans ce domaine, telles que le Roland furieux (Salon de 1831, Louvre) de Jehan Duseigneur (1808-1866). Mais les vraies réussites, comme les chefs-d'œuvre de Rude et de Barye, ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/romantisme/#i_80671

Pour citer l’article

Monique MOSSER, « PITTORESQUE, art et esthétique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pittoresque-art-et-esthetique/