PRICE UVEDALE (1747-1829)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Architecte de paysage anglais, né en 1747, mort le 14 septembre 1829 à Foxley, dans le Herefordshire.

Riche propriétaire terrien, Uvedale Price est passionné par le paysagisme tout comme son ami et voisin Richard Payne Knight. S'opposant à l'académisme dominant, ils lancent, en 1794, le mouvement pittoresque : Knight avec The Landscape, a didactic poem (« Le paysage, poème didactique ») et Price avec An Essay on the Picturesque (« Essai sur le pittoresque »).

Uvedale Price voue un mépris particulier au style popularisé par Lancelot « Capability » Brown vers la fin de sa vie. L'approche de Brown, l'un des maîtres anglais incontestés de l'art des jardins, consiste à créer une composition simple et équilibrée, utilisant un petit nombre d'éléments naturels : un petit bois, un étang, la douce courbe d'une colline. Uvedale Price, au contraire, prône une profusion de détails et fait l'éloge des « accidents » de la nature : un arbre racorni, une branche à demi emprisonnée dans la surface gelée d'une mare. Bien agencés, les jardins de Brown respirent la plénitude. Ceux de Price sont sauvages, contrastés, négligés. Cette discipline étant considérée, à l'époque, comme « l'amélioration du terrain », Price est accusé par ses détracteurs « d'améliorer par négligence et par accident ». Ainsi, Uvedale Price et Richard Payne Knight sont-ils qualifiés avec dédain de « sauvages améliorateurs ».

Chef de file du mouvement, avec Knight ainsi que l'écrivain et artiste William Gilpin, Price donne dans son ouvrage, An Essay on the Picturesque, une double définition du pittoresque. Il s'agit, en premier lieu, d'une catégorie esthétique à l'instar du beau et du sublime défendus par Brown ; en second lieu d'une qualité de la nature en soi qui doit être recherchée puis préservée ou mise en valeur lorsqu'on l'a trouvée. Mais Price va bien au-delà, considérant que l'art paysager doit copier la peinture de paysage et que l'objectif du jardinier, comme celui du peintre, est d'améliorer la nature.

Membre du parti Whig, libéral, tout au long de sa vie, Price est fait baronnet en 1828.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  PRICE UVEDALE (1747-1829)  » est également traité dans :

JARDINS - De l'Antiquité aux Lumières

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL, 
  • Maurice LEVY
  •  • 8 135 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Un parcours orienté à travers des éléments architecturaux »  : […] Vers le milieu du siècle, le jardin le plus admiré et le plus visité était sans conteste possible celui de Stowe , près de Buckingham : propriété de lord Cobham, qui n'avait cessé de l'aménager selon le goût des temps, il porte la trace des plus grands jardiniers : Bridgeman avait été le premier à le libérer du formalisme d'autrefois ; sir John Vanbrugh, l'architecte du palais de Blenheim, y avait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jardins-de-l-antiquite-aux-lumieres/#i_50339

Pour citer l’article

« PRICE UVEDALE - (1747-1829) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/uvedale-price/