PIRANÈSE (1720-1778)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un étrange théoricien

L'imagination de scénographe de Piranèse combinait en des décors bizarres toutes sortes de formes antiques, mais en les affranchissant des règles et des proportions classiques. Cette méthode lui paraissait devoir offrir des possibilités nouvelles à l'architecture. Il a exposé ses opinions dans divers ouvrages théoriques, s'entourant sans doute des conseils des « antiquaires » romains : Bottari, Gori, Guarnacci. Della magnificenza ed architettura de' Romani parut en 1761. C'est une réponse à l'ouvrage de Le Roy, Les Ruines des plus beaux monuments de la Grèce (1758), où était affirmée la théorie de la primauté artistique des Grecs, véritables inventeurs de la « bonne architecture » et dont les Romains n'auraient été que les vils plagiaires. Piranèse objecte que l'art grec est séduisant, mais capricieux et surtout dépourvu de grandeur, et que, si les ordres venaient de Grèce, l'architecture utilitaire et fonctionnelle avait ses racines dans le sol de l'Italie : égouts, aqueducs, cirques, routes prouvaient amplement la supériorité des architectes et ingénieurs romains et même étrusques. Pierre Jean Mariette releva le défi en 1764 dans la Gazette littéraire de l'Europe : les Étrusques étaient des colons grecs et, à Rome, nombre d'artistes étaient des esclaves ou des affranchis grecs. On s'attendrait à voir rebondir le débat dans le Parere sull'architettura de Piranèse, suivi des Osservazioni sopra la « lettre de M. Mariette » (1765). Mais l'artiste a déplacé la discussion : Protopiro, l'élève, et Didascalo, le maître, s'opposent dans un dialogue. La perfection de l'architecture grecque n'est pas mise en question, mais, tandis que l'élève, rigoriste, reprend les théories de Lodoli en faveur d'une architecture sobre et dépouillée où les ornements ne sont employés que pour souligner les membres essentiels, Didascalo raille la simplicité qui conduit à la copie servile et à l'indigence. Les Romains ont donné libre cours à l'invention décorative et il faut les suivre dans cette voie. Les arts antiques [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages






Écrit par :

  • : conservateur des Musées nationaux, attachée de recherche au C.N.R.S.

Classification


Autres références

«  PIRANÈSE (1720-1778)  » est également traité dans :

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - L'architecte

  • Écrit par 
  • Florent CHAMPY, 
  • Carol HEITZ, 
  • Roland MARTIN, 
  • Raymonde MOULIN, 
  • Daniel RABREAU
  •  • 16 573 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La vocation pédagogique et édilitaire de l'architecture (1750-1867) »  : […] En un siècle, de la fin de l'Ancien Régime au second Empire, la profession d'architecte est agitée par une crise fondamentale, particulièrement sensible dans une déontologie si diversement et si difficilement formulée et pratiquée dans les siècles passés. Cette crise est la conséquence de la civilisation industrielle naissante et du formidable essor économique et démographique qui l'accompagne. El […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture et société

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 5 774 mots

Dans le chapitre « L'architecture touchée par les Lumières »  : […] « On dit en général du goût que c'est un certain je-ne-sais-quoi-qui-plaît », déclare l'architecte Germain Boffrand dans son Livre d'architecture en 1745, en ajoutant que « cette idée est bien vague ». Aussi imprécise soit-elle, la référence des architectes des Lumières au goût n'en témoigne pas moins de leur souci de mieux répondre à la demande sociale des élites, quitte à faire quelques entors […] Lire la suite

GRAVURE

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT, 
  • Michel MELOT
  •  • 8 560 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Gravures et styles »  : […] Il apparaît que les procédés de gravure peuvent se multiplier à l'infini. Cette richesse a permis à la gravure de s'adapter à tous les styles, et d'être redécouverte par les artistes à chaque époque. La Renaissance trouva dans la gravure le moyen de poser différemment les problèmes de géométrie de l'espace et de sa représentation rigoureuse. Le Strasbourgeois Schongauer fut l'un des premiers à s'a […] Lire la suite

NÉO-CLASSICISME, arts

  • Écrit par 
  • Mario PRAZ, 
  • Daniel RABREAU
  •  • 8 099 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Piranèse et l'influence d'Herculanum »  : […] Si, selon la critique moderne, les fondements du néo-classicisme se trouvent dans les phénomènes que l'on vient d'esquisser, il faut reconnaître aussi l'importance de facteurs auxquels on attribuait autrefois la paternité du style néo-classique, notamment les fouilles d'Herculanum entreprises en 1748 par Charles III de Bourbon, roi de Naples, dont les résultats furent publiés dans les huit magnif […] Lire la suite

ROME, CAPITALE ARTISTIQUE AU XVIIIe SIÈCLE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 626 mots

1701 Un décret du pape Clément XI interdit l'exportation des statues, bronzes et gemmes, afin de protéger le patrimoine antique des États pontificaux. Un autre décret, en 1704, protégera les stucs, les mosaïques, les documents et les inscriptions. Cela n'empêchera pas la vente, tout au long du siècle, de collections formées par les grandes familles romaines : Giustiniani (1720), Odescalchi (1724) […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Sylvia PRESSOUYRE, « PIRANÈSE (1720-1778) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/piranese/