PIRANÈSE (1720-1778)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La fortune de Piranèse

Francesco Piranesi prit la succession à la tête des ateliers paternels, à Rome d'abord, puis à Paris où il ouvrit avec son frère et sa sœur, rue de l'Université, la chalcographie Piranesi Frères. En 1830, les cuivres furent acquis par Firmin Didot et plusieurs éditions virent encore le jour jusqu'en 1839 où les planches revinrent à Rome ; elles sont aujourd'hui à la Calcografia nazionale.

Répandues à Paris à l'aube du xixe siècle, les planches de Piranèse ne furent pas sans influencer les ornemanistes du style Empire qui firent triompher l'égyptomanie. L'espèce de désintégration à laquelle Piranèse, architecte, avait soumis les structures classiques et baroques, l'amalgame hardi de formes empruntées à des civilisations différentes, les recherches systématiques de contrastes d'échelle préparaient les innovations des architectes « révolutionnaires » de France, d'Angleterre et d'Italie. C'est surtout l'artiste visionnaire qui laissa dans les imaginations un ferment vivace : aux États-Unis, l'art de Salisbury Field (1805-1900) est redevable aux rêves et à la mégalomanie de Piranèse.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages






Écrit par :

  • : conservateur des Musées nationaux, attachée de recherche au C.N.R.S.

Classification


Autres références

«  PIRANÈSE (1720-1778)  » est également traité dans :

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - L'architecte

  • Écrit par 
  • Florent CHAMPY, 
  • Carol HEITZ, 
  • Roland MARTIN, 
  • Raymonde MOULIN, 
  • Daniel RABREAU
  •  • 16 573 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La vocation pédagogique et édilitaire de l'architecture (1750-1867) »  : […] En un siècle, de la fin de l'Ancien Régime au second Empire, la profession d'architecte est agitée par une crise fondamentale, particulièrement sensible dans une déontologie si diversement et si difficilement formulée et pratiquée dans les siècles passés. Cette crise est la conséquence de la civilisation industrielle naissante et du formidable essor économique et démographique qui l'accompagne. El […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture et société

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 5 774 mots

Dans le chapitre « L'architecture touchée par les Lumières »  : […] « On dit en général du goût que c'est un certain je-ne-sais-quoi-qui-plaît », déclare l'architecte Germain Boffrand dans son Livre d'architecture en 1745, en ajoutant que « cette idée est bien vague ». Aussi imprécise soit-elle, la référence des architectes des Lumières au goût n'en témoigne pas moins de leur souci de mieux répondre à la demande sociale des élites, quitte à faire quelques entors […] Lire la suite

GRAVURE

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT, 
  • Michel MELOT
  •  • 8 560 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Gravures et styles »  : […] Il apparaît que les procédés de gravure peuvent se multiplier à l'infini. Cette richesse a permis à la gravure de s'adapter à tous les styles, et d'être redécouverte par les artistes à chaque époque. La Renaissance trouva dans la gravure le moyen de poser différemment les problèmes de géométrie de l'espace et de sa représentation rigoureuse. Le Strasbourgeois Schongauer fut l'un des premiers à s'a […] Lire la suite

NÉO-CLASSICISME, arts

  • Écrit par 
  • Mario PRAZ, 
  • Daniel RABREAU
  •  • 8 099 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Piranèse et l'influence d'Herculanum »  : […] Si, selon la critique moderne, les fondements du néo-classicisme se trouvent dans les phénomènes que l'on vient d'esquisser, il faut reconnaître aussi l'importance de facteurs auxquels on attribuait autrefois la paternité du style néo-classique, notamment les fouilles d'Herculanum entreprises en 1748 par Charles III de Bourbon, roi de Naples, dont les résultats furent publiés dans les huit magnif […] Lire la suite

ROME, CAPITALE ARTISTIQUE AU XVIIIe SIÈCLE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 626 mots

1701 Un décret du pape Clément XI interdit l'exportation des statues, bronzes et gemmes, afin de protéger le patrimoine antique des États pontificaux. Un autre décret, en 1704, protégera les stucs, les mosaïques, les documents et les inscriptions. Cela n'empêchera pas la vente, tout au long du siècle, de collections formées par les grandes familles romaines : Giustiniani (1720), Odescalchi (1724) […] Lire la suite

Pour citer l’article

Sylvia PRESSOUYRE, « PIRANÈSE (1720-1778) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/piranese/