VAN LAER PIETER, dit LE BAMBOCHE (1599-1642)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

D'une famille haarlémoise dont le nom patronymique était Boddingh (ou Boddink), Pieter van Laer reste plus connu dans l'histoire de l'art sous son sobriquet italien de Bamboccio (Bamboche), surnom qui lui vint de son apparence physique bancale et disgraciée.

Il apprit d'abord la peinture aux Pays-Bas, puis se rendit à Rome où il est déjà mentionné en 1626 (et sans doute déjà en 1625). Son séjour romain dura longtemps, mais, en 1639, il était rentré à Haarlem après un détour par Amsterdam. Ses dernières années restent obscures : en 1642, il est reparti en voyage sans que l'on sache où il s'est rendu. Peut-être a-t-il séjourné quelque temps à Utrecht. Son influence sur les peintres nordiques et italiens tenants d'un réalisme populaire pittoresque fut considérable, puisqu'on les a appelés à sa suite les bamboccianti. Ce courant neuf fut d'une extrême vitalité ; Cerquozzi, Staverden, Mole, Sweerts, Adries Both, Miel en ont été les principaux et infatigables représentants. Dujardin, Jan Both, Asselyn et Berchem en sont largement tributaires aussi, tout comme Bourdon et les Le Nain, Lingelbach et Wyck. La « bambochade » est ainsi une peinture de genre empruntée à la vie quotidienne du petit peuple romain : figures de la rue saisies dans leur réalité vivante et pittoresque, peintes dans des couleurs sombres, soulignées d'un vigoureux et sculptural clair-obscur caravagesque.

Les peintures de Van Laer, d'une excellente qualité (il a un sens très juste et fin de la lumière), ont souffert d'une trop grande exploitation commerciale et celles qui sont authentiques sont relativement rares. Signalons-en de bons exemples à Brême, au Louvre, à Amsterdam, à Budapest (La Petite Briqueterie). Sa contribution à l'art du paysage reste trop peu soulignée : autant qu'un peintre de « bonshommes » déguenillés et pittoresques, Van Laer est un paysagiste subtil et délicat qui crée en un sens la « pastorale » italianisante chère à Berchem, Adriaen van de Velde et Dujardin, par ce mélange harmonieux des figures, des animaux et des frondaisons, par cette vivacité claire de la lumière qui glisse sur les formes et qui suggère la profondeur de l'atmosphère.

—  Jacques FOUCART

Écrit par :

  • : conservateur des Musées nationaux, service d'études et de documentation, département des Peintures, musée du Louvre

Classification

Autres références

«  VAN LAER PIETER, dit LE BAMBOCHE (1599-1642)  » est également traité dans :

BAMBOCHADE

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 156 mots

Terme qui désigne les tableaux de genre mis à la mode à Rome dans le second quart du xvii e siècle par le Hollandais Pieter van Laer auquel sa petite taille et son aspect physique avaient valu le surnom de Bamboccio (le petit homme, la poupée). Jusqu'à une époque récente, on attribuait à Bamboccio toute peinture évoquant la vie populaire de Rome, les bas-quartiers de la ville, les activités des t […] Lire la suite

PEINTURE DE GENRE

  • Écrit par 
  • Anne le PAS de SÉCHEVAL
  •  • 3 539 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La peinture de genre à l'époque de la hiérarchie des genres (XVIIe et XVIIIe siècles) »  : […] Au xvii e  siècle, la peinture de genre rencontre un succès croissant, parallèlement à l'estampe, qui accueille largement les thèmes « bas » (J. Callot, J. Bellange, A. Bosse...). Après les expériences caravagesques, les peintres italiens, absorbés par la grande peinture narrative, abandonnent aux artistes nordiques ce champ pictural encore à peine défriché. Certes c'est à Rome que naît la bamboc […] Lire la suite

RUINES, esthétique

  • Écrit par 
  • Mario PRAZ
  •  • 2 917 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les «  vedutisti », peintres de ruines »  : […] Des ruines de Rome figurent dans le fond des scènes de genre peintes par Pieter van Laer, dit le Bamboccio à cause de son physique disgracieux, et par ses disciples appelés Bamboccianti d'après le sobriquet de leur maître (par exemple dans la Mascarade de comédiens à Rome de Jan Miel, au Prado). Mais les ruines formèrent surtout un ingrédient de la peinture de paysage, laquelle pendant un siècl […] Lire la suite

SCARRON PAUL (1610-1660)

  • Écrit par 
  • Antoine ADAM
  •  • 1 335 mots

Dans le chapitre « « Le roman comique » »  : […] En 1648, Scarron décida d'écrire un roman. La première partie de l'œuvre parut en 1651, la deuxième en 1657. Intitulée Le Roman comique, elle demeurait inachevée. Une troisième partie aurait dû s'y ajouter. Scarron mourut avant de l'avoir écrite. L'interprétation de cette œuvre singulière exige des distinctions précises. Il est trop simple de dire que Le Roman comique est réaliste. Il ne décrit p […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques FOUCART, « VAN LAER PIETER, dit LE BAMBOCHE (1599-1642) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pieter-van-laer/