CLAESZ PIETER (1597/98-1661)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peintre hollandais de natures mortes, l'un des créateurs et des plus grands représentants, avec Willem Claesz Heda, de la nature morte monochrome à Haarlem. Né en Westphalie, mais d'origine hollandaise, Pieter Claesz est signalé comme peintre à Haarlem en 1617 (sur le registre de mariages) et, en 1661, est enterré dans la même ville : tels sont les rares faits connus concernant sa biographie. En revanche, il a laissé une assez abondante production de peintures, des natures mortes exclusivement, presque toujours signées et souvent datées. Si la première nature morte qui soit restée de lui, datée de 1621 (coll. E. C. Francis, West Monkton, Angleterre), par sa composition d'objets juxtaposés et par l'emploi de couleurs vives non harmonisées, continue la tradition archaïque du « repas servi », telle qu'elle était encore pratiquée dans les deux premières décennies du siècle, à Haarlem, par Nicolaes Gillis et Floris van Dijck et, à Anvers, par Osias Beert, elle manifeste déjà un plus grand souci d'alléger l'ensemble en ménageant autour de la table un espace vide, alors que les premiers peintres de repas servis se signalaient par leur horror vacui. Bientôt Claesz cherchera à donner une plus étroite cohésion à la composition dont les divers éléments vont se chevaucher en perspective, par l'utilisation de diagonales entrecroisées, système dont le Repas servi, signé et daté de 1622, est un premier exemple, expérimental, et qui sera mis au point au cours des années 1624 et 1627. Dès 1623, on observe une volonté de dépouillement dans le choix des objets représentés : citrons sur un plat d'étain, verre de bière, olives ou harengs fumés et l'arsenal du fumeur : brasero, pipes, blagues à tabac en cuivre (nature morte, signée et datée de 1624, du Rijksmuseum, Amsterdam), qui transforme le banquet en une frugale collation et préfigure les œuvres de la maturité. La tendance vers la simplification et la rec [...]

Nature morte à la tourte, au citron et au pain, P. Claesz

Nature morte à la tourte, au citron et au pain, P. Claesz

Photographie

Pieter CLAESZ, Nature morte à la tourte, au citron et au pain, huile sur toile. Harold Samuel Collection, Londres. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CLAESZ PIETER (1597/98-1661)  » est également traité dans :

AUTOPORTRAIT, peinture

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 3 584 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le regard du peintre : l'autoportrait « situé » »  : […] Dans ses Vite ( Vies des peintres illustres ...), Vasari attire notre attention sur un autre procédé, inauguré par Giotto dans les fresques de l'Annunziata de Gaète (1333), où l'on pouvait voir « sa propre figure au pied d'un grand crucifix splendide ». Ce type d'autoportrait dit in assistenza ou situé, c'est-à-dire intégré à une scène religieuse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autoportrait-peinture/#i_26480

HEDA WILLEM CLAESZ (1593/94-entre 1680 et 1682)

  • Écrit par 
  • Françoise HEILBRUN
  •  • 1 084 mots

Bien qu'il ait aussi peint des portraits et des tableaux religieux, Heda est surtout célèbre pour ses natures mortes : c'est lui qui, avec Pieter Claesz, a donné à la peinture haarlemoise de « repas servi » son expression la plus haute. Un portrait de lui, peint en 1678 par Jan de Bray, son concitoyen et confrère à la Guilde de Saint-Luc (où il ser […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/willem-claesz-heda/#i_26480

NATURE MORTE

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 5 707 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le « festin monochrome » »  : […] Entre 1620 et 1640, cependant, sous l'influence des idées austères de la bourgeoisie protestante de Hollande, le thème de la table servie fut le théâtre d'une petite révolution plastique. Chez Pieter Claesz et chez Willem Claesz Heda, la table servie devient « festin monochrome », formule caractérisée par un choix plus restreint d'objets, une comp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nature-morte/#i_26480

NÉERLANDAISE ET FLAMANDE PEINTURE

  • Écrit par 
  • Lyckle DE VRIES
  •  • 10 164 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Le deuxième quart du XVIIe siècle »  : […] Le deuxième quart du siècle donne moins l'impression de succession rapide et changeante. Il faut cependant signaler un fait nouveau. Parmi les artistes qui avaient parfait leur formation par un séjour en Italie, beaucoup en étaient revenus fervents admirateurs de Caravage, de son clair-obscur et de son goût pour des types populaires. On retrouve c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peinture-neerlandaise-et-flamande/#i_26480

Pour citer l’article

Françoise HEILBRUN, « CLAESZ PIETER (1597/98-1661) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pieter-claesz/