Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CLAESZ PIETER (1597/98-1661)

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par
<it>Nature morte à la tourte, au citron et au pain</it>, P. Claesz - crédits :  Bridgeman Images

Nature morte à la tourte, au citron et au pain, P. Claesz

Peintre hollandais de natures mortes, l'un des créateurs et des plus grands représentants, avec Willem Claesz Heda, de la nature morte monochrome à Haarlem. Né en Westphalie, mais d'origine hollandaise, Pieter Claesz est signalé comme peintre à Haarlem en 1617 (sur le registre de mariages) et, en 1661, est enterré dans la même ville : tels sont les rares faits connus concernant sa biographie. En revanche, il a laissé une assez abondante production de peintures, des natures mortes exclusivement, presque toujours signées et souvent datées. Si la première nature morte qui soit restée de lui, datée de 1621 (coll. E. C. Francis, West Monkton, Angleterre), par sa composition d'objets juxtaposés et par l'emploi de couleurs vives non harmonisées, continue la tradition archaïque du « repas servi », telle qu'elle était encore pratiquée dans les deux premières décennies du siècle, à Haarlem, par Nicolaes Gillis et Floris van Dijck et, à Anvers, par Osias Beert, elle manifeste déjà un plus grand souci d'alléger l'ensemble en ménageant autour de la table un espace vide, alors que les premiers peintres de repas servis se signalaient par leur horror vacui. Bientôt Claesz cherchera à donner une plus étroite cohésion à la composition dont les divers éléments vont se chevaucher en perspective, par l'utilisation de diagonales entrecroisées, système dont le Repas servi, signé et daté de 1622, est un premier exemple, expérimental, et qui sera mis au point au cours des années 1624 et 1627. Dès 1623, on observe une volonté de dépouillement dans le choix des objets représentés : citrons sur un plat d'étain, verre de bière, olives ou harengs fumés et l'arsenal du fumeur : brasero, pipes, blagues à tabac en cuivre (nature morte, signée et datée de 1624, du Rijksmuseum, Amsterdam), qui transforme le banquet en une frugale collation et préfigure les œuvres de la maturité. La tendance vers la simplification et la recherche de l'intimité n'excluent pas les essais, même exceptionnels, dans d'autres directions, comme la Nature morte à la dinde et au nautile, qui constitue un véritable festin, datée de 1627 (coll. du comte Lynde, Zegenwerp, Pays-Bas) où éclate le plaisir de peindre de Claesz. La Nature morte au jambon et pichet du musée de Bruxelles, datée de 1642, sera, par son caractère monumental surprenant dans l'œuvre de Claesz, un autre exemple de ce génie paradoxal. Alors que la Nature morte à la chandelle (Mauritshuis, La Haye) datée de 1627 exprime au contraire un souci de concentration et souligne l'intérêt de Claesz pour les effets luministes par lesquels il cherche un moyen de réaliser l'unité de la composition. Les œuvres des années 1630 à 1640 marquent la maturité de son style : la composition, presque toujours la même, décentrée et essentiellement formée du croisement d'une horizontale et d'une verticale, s'est simplifiée, mais surtout, tous les tons des éléments sont subordonnés à une dominante, dont le fond neutre sur lequel ils se détachent, en général, donne la clef et dont ils offrent de subtiles gradations : camaïeux de gris, de blanc, de vert froid, relevés de taches d'ocre et de brun-rouge dans la Nature morte aux pipes et au brasero (Ermitage, Saint-Pétersbourg), datée de 1636 ; ou, tirant sur le brun, le jaune, le lilas, dans la Nature morte au hareng et au verre de bière, de la même année (musée Boymans, Rotterdam), chef-d'œuvre de raffinement et de concision.

La simplification des motifs et la monochromie sont les caractéristiques de la peinture de l'école de Haarlem qui voit, autour des années vingt, l'essor d'un art hollandais national, lié à l'indépendance du pays gagnée presque deux générations auparavant, à l'absence de grandes commandes religieuses qu'entraîne le calvinisme et à la rareté des commandes publiques.[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Françoise HEILBRUN. CLAESZ PIETER (1597/98-1661) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Média

<it>Nature morte à la tourte, au citron et au pain</it>, P. Claesz - crédits :  Bridgeman Images

Nature morte à la tourte, au citron et au pain, P. Claesz

Autres références

  • AUTOPORTRAIT, peinture

    • Écrit par
    • 3 573 mots
    • 6 médias
    ...dans un miroir à proximité d'une signature au passé qui souligne sa présence sur les lieux : « Johannes de Eyck fuit hic ») comme dans une Vanité de Pieter Claesz (vers 1635, Germanisches Landesmuseum, Nuremberg). En raison du sujet de l'œuvre, elle se devine également dans la Tête de saint Jean-Baptiste...
  • HEDA WILLEM CLAESZ (1593/94-entre 1680 et 1682)

    • Écrit par
    • 1 084 mots

    Bien qu'il ait aussi peint des portraits et des tableaux religieux, Heda est surtout célèbre pour ses natures mortes : c'est lui qui, avec Pieter Claesz, a donné à la peinture haarlemoise de « repas servi » son expression la plus haute. Un portrait de lui, peint en 1678 par...

  • NATURE MORTE

    • Écrit par
    • 5 700 mots
    • 10 médias
    ...l'influence des idées austères de la bourgeoisie protestante de Hollande, le thème de la table servie fut le théâtre d'une petite révolution plastique. Chez Pieter Claesz et chez Willem Claesz Heda, la table servie devient « festin monochrome », formule caractérisée par un choix plus restreint d'objets, une...
  • NÉERLANDAISE ET FLAMANDE PEINTURE

    • Écrit par
    • 10 188 mots
    • 18 médias
    Parmi les peintres hollandais de natures mortes, les plus caractéristiques sont Pieter Claesz et Willem Heda. Le verre, l'étain, l'argent, tous les objets pauvres en couleur et riches en nuances sont peints par eux avec plus de soin et plus de vraie simplicité qu'une Japonaise n'en use pour composer...