PRUD'HON PIERRE PAUL (1758-1823)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Celui que l’on surnommait le « Corrège français » est le seul artiste d’envergure de son temps à être resté en dehors de l’influence de David. Prud’hon ne s’est imposé que très progressivement, grâce aux amateurs friands de ses petits tableaux et surtout de ses dessins, un des meilleurs aspects de son œuvre. De son vivant même, il avait alterné périodes de réussite et d’insuccès. Le début de sa carrière est marqué par ses origines bourguignonnes : les autorités, ayant remarqué les dispositions de ce fils de tailleur de pierre, né à Cluny, lui permirent d’étudier à Dijon d’abord, puis, grâce aux largesses d’un amateur, à Paris (1780-1783) ; enfin, lauréat du prix de Rome de la province de Bourgogne, il voyage en Italie (1784-1788). Il connaît ensuite des années difficiles au point de vue matériel (il a charge de famille depuis 1778). Quelques compositions allégoriques, reprises dans des gravures, lui permettent de se faire connaître dans la capitale, mais il va habiter en Franche-Comté en 1794-1796, vivant de portraits et d’illustrations pour l’éditeur Pierre Didot. Il n’en est pas moins élu membre associé de l’Institut en 1796, et revient alors à Paris, où sa carrière prend un nouvel élan : il obtient au Louvre un atelier pour réaliser en grand La Sagesse et la Vérité descendent sur la terre (1798-1799, Louvre, Paris), et peint pour l’hôtel du financier de Lannoy un décor allégorique (éléments conservés, Louvre) qui fait sensation. Il reçoit des commandes de plafonds pour le Louvre et commence à être connu. Il rompt au même moment avec sa femme, mais se lie avec une de ses élèves, Constance Mayer (1775-1821), dont l’œuvre est étroitement liée à la sienne. La consécration vient enfin au peintre avec le succès remporté au Salon de 1808 par La Justice et la Vengeance divine poursuivant le Crime, un des tableaux les plus populaires du xixe siècle français. Son activité est alors multiforme : outre des compositions mythologiques (Psyché enlevée par des Zéphyrs, 1808, Louvre ; Vénus et Adonis, 1812, Wallace Collection, Londres ; Jeune Zéphyr se balançant au-dessus de l’eau, 1814, musée des Beaux-Arts, Dijon, répétition ou étude en grisaille, Louvre) et de nombreux portraits (Joséphine, 1805 ; Monsieur Vallet ; 1812, Le Roi de Rome, 1812, tous trois au Louvre ; Le Comte Sommariva, 1815, Brera, Milan), il continue à fournir des illustrations aux éditeurs, dessine les décorations de fêtes données par la Ville de Paris, crée le modèle du mobilier pour la nouvelle impératrice Marie-Louise (1810), dont il est nommé professeur, ou le berceau du roi de Rome (1811). La fin de sa vie est moins brillante. Mélancolique, de nouveau financièrement gêné, brisé par le suicide de Constance Mayer, qui voulait l’épouser, il ne peint, à l’exception d’une Assomption pour la chapelle des Tuileries (1817, Louvre) aucun des tableaux que le nouveau régime lui demande pour le Sénat, l’église de La Madeleine ou le Louvre, se consacrant pour l’essentiel au portrait et à la lithographie. La fortune critique de Prud’hon a souffert de cette fin dramatique, comme de l’état de nombre de ses tableaux, abîmés par l’emploi abusif du bitume. Considéré comme une victime exemplaire de la dictature davidienne – ce qu’il n’est pas – ou plus simplement comme le continuateur de l’art aimable du xviiie siècle – ce qu’il n’est qu’en partie –, il a toujours été placé à part, génie solitaire quelque peu égaré dans la France néoclassique. Il reste encore un peintre à redécouvrir.

La Justice et la Vengeance divine poursuivant le Crime, P.-P. Prud'hon

Diaporama : La Justice et la Vengeance divine poursuivant le Crime, P.-P. Prud'hon

Pierre-Paul Prud'hon, La Justice et la Vengeance divine poursuivant le Crime. 1808. Huile sur toile. 244 cm X 294 cm. Musée du Louvre, Paris. 

Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

Afficher

L'Impératrice Joséphine, , P.-P. Prud'hon

Photographie : L'Impératrice Joséphine, , P.-P. Prud'hon

Pierre-Paul PRUD'HON, L'Impératrice Joséphine, huile sur toile. Wallace Collection, Londres. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

La Justice et la Vengeance divine poursuivant le Crime, P.-P. Prud'hon

La Justice et la Vengeance divine poursuivant le Crime, P.-P. Prud'hon
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

L'Impératrice Joséphine, , P.-P. Prud'hon

L'Impératrice Joséphine, , P.-P. Prud'hon
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  PRUD'HON PIERRE PAUL (1758-1823)  » est également traité dans :

ROMANTISME

  • Écrit par 
  • Henri PEYRE, 
  • Henri ZERNER
  •  • 22 151 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « L'allégorie »  : […] Le Radeau de la Méduse est une œuvre isolée. Il n'y a guère que Goya qui, avec ses célèbres Dos de Mayo et Tres de Mayo (Prado, Madrid), s'exprime dans le même registre, aussi directement et avec autant de puissance. En général, les peintres de grandes compositions ont été obligés de soutenir leur inspiration en recourant soit à l'allégorie, soit à la littérature. L'allégorie a parfois bien servi […] Lire la suite

NÉO-CLASSICISME, arts

  • Écrit par 
  • Mario PRAZ, 
  • Daniel RABREAU
  •  • 8 103 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Le style Empire »  : […] La partie théorique du néo-classicisme se complète au cours du xviii e  siècle, qui voit aussi la naissance d'œuvres originales (les tableaux de David : Hector et Andromaque , Le Serment des Horaces , Brutus , Marat , Les Sabines  ; les sculptures de Canova : tombeau de Clément XIV, Hercule et Lycas , Amour et Psyché  ; la Sapho de Johann Heinrich Dannecker ; la barrière de la Villette de Ledou […] Lire la suite

Pour citer l’article

Barthélémy JOBERT, « PRUD'HON PIERRE PAUL - (1758-1823) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 janvier 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-paul-prud-hon/