Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FRANCASTEL PIERRE (1900-1970)

Les travaux de Pierre Francastel couvrent la totalité de l'histoire de l'art occidental, de l'architecture médiévale à l'école de Paris des années 1940, à laquelle il consacre un ouvrage portant ce titre dès 1946. L'extension de sa recherche fournit d'emblée une double clef pour l'intelligence de son œuvre. En premier lieu, lorsqu'il prend en considération les œuvres les plus actuelles, Francastel postule que l'approche scientifique de la production artistique n'est possible qu'en prenant sur l'histoire de l'art le point de vue de l'actualité ; plus précisément, il considère que la pratique artistique actuelle, dans sa radicale nouveauté, ouvre à la pensée d'une histoire de l'art discontinue, scandée par l'irruption historique de systèmes formels spécifiques, comme le furent le système médiéval, le système renaissant, puis le système contemporain. En raison de ce même intérêt pour l'actualité, Francastel tente, d'autre part et dans tous les cas, qu'il s'agisse du présent ou du passé, de rejoindre l'artiste sur le terrain historique de ses expériences ; il définit ainsi la fonction sociale des œuvres qui institue dans l'histoire un certain type de relations entre producteurs et usagers de l'art. En bref, Francastel entend toujours étudier l'art comme fait social. En 1948, il est élu à l'École pratique des hautes études (Paris) dans une chaire de sociologie de l'art. Ses œuvres principales seront liées à son enseignement : Peinture et société (1951) ; Art et technique (1956) ; La Réalité figurative (1965) ; La Figure et le lieu (1967).

Chacun de ces livres procède donc par comparaison entre des systèmes artistiques différents. C'est qu'on ne peut manquer de reconnaître que les œuvres de l'art actuel engagent l'esprit dans des conduites intellectuelles et dans des valorisations affectives qui sont en rupture avec le système mental et le jeu des valeurs qui caractérisent l'art européen avant l'impressionnisme. Si l'art est une fonction stable des sociétés, du moins à l'échelle de l'histoire, cette fonction est relativement mobile selon les civilisations. La peinture n'a pas nécessairement pour rôle la représentation ou le redoublement illusoire de la réalité perçue. L'architecture ne change pas ses formes pour un plaisir qui serait purement esthétique, au sens où ces changements ne concerneraient pas le concret de la vie. Il faut alors reconnaître que les différents arts plastiques, peinture, sculpture, architecture, ont pour fonction d'élaborer conjointement, dans leurs registres variés et à chaque moment de l'histoire, ce que Francastel nomme donc des « systèmes figuratifs ». Ceux-ci définissent, dans une quête toujours reprise dans le champ de l'imaginaire, l'organisation de l'espace social. Les changements, ruptures et mutations qu'on observe dans l'étude diachronique des systèmes artistiques permettent de toucher du doigt le rôle actif que tient l'art dans le devenir des sociétés.

On comprend ainsi l'originalité du projet scientifique que Francastel définit comme celui d'une « sociologie historique comparative ». Il s'agit, très exactement, qu'on cesse de considérer l'art comme le luxe des sociétés avancées ou comme un ensemble de « curiosités », exotiques ou non. L'art n'est pas un objet de jouissance, de délectation esthétique pour les hommes de goût. C'est une formation sociale qui engage à la fois la pensée et l'action humaine. C'est un mode de communication et de transformation du monde, irréductible à tout autre.

C'est pourquoi une sociologie des formes et des objets esthétiques est possible. La sociologie de la culture étudie les conditions[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Marc LE BOT. FRANCASTEL PIERRE (1900-1970) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • ART (Aspects culturels) - L'objet culturel

    • Écrit par
    • 6 295 mots
    • 6 médias
    Dans La Figure et le lieu, l'ordre visuel du Quattrocento, Pierre Francastel applique à la peinture traditionnelle l'idée d'objet de civilisation. Lorsque, dans une œuvre du Moyen Âge, on voyait une grotte ou un rocher, cela signifiait, pour les spectateurs de l'époque, le lieu de rencontre...
  • FERRIER JEAN-LOUIS (1926-2002)

    • Écrit par
    • 787 mots

    Tout au long de sa vie d'historien d'art, Jean-Louis Ferrier n'a cessé de vouloir rendre l'art accessible au plus grand nombre, comme en témoignent d'ailleurs ses activités d'enseignant, d'éditeur et de critique qu'il mena toujours simultanément.

    Né le 27...

  • SPOLIATION DES ŒUVRES D'ART, France (1940-1944)

    • Écrit par
    • 4 785 mots
    Dans le domaine de la diffusion des idées, de l'histoire de l'art, le pangermanisme était pourtant détectable : Pierre Francastel, qui publia en 1945 son cours de l'année 1939-1940 dispensé à l'université de Strasbourg repliée sur Saint-Étienne, intitula le volume : L'Histoire...
  • PERSPECTIVE

    • Écrit par
    • 8 077 mots
    • 22 médias
    ...perspective, le système de projection centrale de la Renaissance, dont il cherche à démontrer la présence jusque dans la peinture de l'Antiquité. En revanche, P.  Francastel (1951), renouvelant les thèses de Panofsky à la lumière des travaux de psychologie génétique et d'anthropologie, propose une interprétation...