FERRIER JEAN-LOUIS (1926-2002)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Tout au long de sa vie d'historien d'art, Jean-Louis Ferrier n'a cessé de vouloir rendre l'art accessible au plus grand nombre, comme en témoignent d'ailleurs ses activités d'enseignant, d'éditeur et de critique qu'il mena toujours simultanément.

Né le 27 juin 1926 à Neuchâtel en Suisse, Jean-Louis Ferrier est mort à Paris le 16 juin 2002. L'obtention d'une bourse de la fondation suisse pour la culture Pro Helvetia le conduit à Paris en 1953. Ses centres d'intérêt l'entraînent dans le sillage de Pierre Francastel, titulaire de la chaire de sociologie de l'art à l'École pratique des hautes études, qui vient de publier Peinture et société (1951) ; là s'engage un renouveau décisif dans l'approche et la lecture des œuvres dont Ferrier prendra plus tard sa part : pendant vingt-cinq ans, il dirige la collection Bibliothèque Médiations chez Denoël-Gonthier où il publie l'essentiel des travaux de Francastel et organise, en 1974, un colloque consacré à son œuvre avec la participation de brillants chercheurs autour de Jacques Le Goff, Georges Duby et Roland Barthes. Quand il soutient sa thèse de doctorat en philosophie (L'Homme dans le monde) à l'université de Neuchâtel en 1957, Jean-Paul Sartre – avec qui la rencontre fut primordiale – lui a confié depuis deux ans la chronique artistique des Temps modernes où il affûte sa plume. Sa causticité sera souvent redoutée quand il deviendra le directeur de la rubrique littéraire de L'Express (1966-1978) puis le critique d'art de l'hebdomadaire Le Point (1979-1994). Il contribuera aussi à d'autres revues comme Les Annales, Arts, Connaissance des Arts, XXe siècle, Critique ou Médiations, dont il coordonnera le comité de rédaction composé, entre autres, de Michel Butor, Hubert Damisch, Lucien Goldmann, Octavio Paz, Alain Robbe-Grillet et Jean-Clarence Lambert.

C'est tout à la fois l'éclectisme de son goût, nourri par le refus des systèmes, et sa curiosité d'esprit, rendue plus vive par sa conviction de l'interdisciplinarité de la sociologie de l'art, qui le conduiront, dans ses travaux, à des choix parfois paradoxaux. Jean-Louis Ferrier entretient l'image d'un homme incla [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Philippe BOUCHET, « FERRIER JEAN-LOUIS - (1926-2002) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-louis-ferrier/