PHYLOGÉNOMIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Bio-informatique et phylogénomique

Tout autre est la situation créée par la possibilité de comparer des génomes entiers ou un grand nombre de gènes. Une solide bibliothèque de génomes complets et de gènes isolés s'est constituée à partir d'un grand nombre d'organismes différents et s'enrichit à chaque nouveau séquençage. L'acquisition d'une telle quantité de données est devenue possible grâce à de nombreuses innovations technologiques, tant en ce qui concerne les machines qui permettent la détermination automatique et rapide des séquences d'ADN à des coûts devenus très bas, que pour ce qui est des algorithmes et des logiciels de la bio-informatique. Avec le développement de ces derniers, il est possible d'extraire de la séquence brute une masse considérable d'informations. Pour un génome donné, on peut d'abord définir, avec un raisonnable degré de certitude, les séquences des gènes et leur ordre le long d'un chromosome, c'est-à-dire établir une carte physique des chromosomes, ce qui permet ensuite de comparer les cartes entre elles. On peut aussi prédire la séquence en acides aminés des protéines codées par ces gènes et, comme ces dernières sont modulaires et que chaque module ou fragment de celui-ci possède une fonction biochimique précise, il devient alors possible de prédire les fonctions assurées par ces protéines. Par ailleurs, on peut comparer les séquences de nombreux gènes codant chacun pour la même molécule mais issus d'espèces différentes, ce qui affine les études cladistiques antérieures. Il faut ajouter à cela le développement des technologies permettant de définir expérimentalement quelles protéines sont produites à un moment donné de la différenciation d'un organisme. Par exemple, il est possible de savoir si les protéines qui sont responsables de la construction de la chorde des vertébrés – alignement dorsal de cellules orientées selon l'axe antéro-postérieur – se retrouvent également dans la construction de la chorde des embryons de tuniciers. Il s'agit donc ici de l [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages



Écrit par :

  • : chercheur en histoire des sciences, université Paris-VII-Denis-Diderot, ancien chef de service à l'Institut Pasteur

Classification


Autres références

«  PHYLOGÉNOMIQUE  » est également traité dans :

ANGIOSPERMES

  • Écrit par 
  • Sophie NADOT, 
  • Hervé SAUQUET
  •  • 6 118 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Classification et phylogénie »  : […] De très nombreux systèmes de classification des Angiospermes ont été proposés depuis la naissance de la botanique et plus particulièrement depuis le système de Linné ( Species P lantarum , 1753). Celui qui est adopté aujourd’hui par la plupart des botanistes est le système APG (Angiosperm Phylogeny Group). Ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/angiospermes/#i_52768

PHYLOGÉNIE ANIMALE

  • Écrit par 
  • Michaël MANUEL
  •  • 11 672 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le renouveau des études  »  : […] Après un siècle de piétinement, l'évolution animale est redevenue, depuis le milieu des années 1980, un thème de recherche particulièrement productif et à la mode. Le phénomène se manifeste notamment par l'abondance considérable des publications consacrées à la phylogénie des métazoaires, y compris dans des revues scientifiques de très haut niveau. Le domaine a été redynamisé par l'arrivée de tech […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phylogenie-animale/#i_52768

Voir aussi

Pour citer l’article

Gabriel GACHELIN, « PHYLOGÉNOMIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/phylogenomique/