PHOTOGRAMMÉTRIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Restitution photogrammétrique

Pour définir, dans un système de référence propre à l'objet, la position des deux faisceaux perspectifs, il est indispensable de disposer de certaines données externes : coordonnées des points de vue, direction de l'axe principal et orientation du cliché autour de cet axe ou encore direction d'au moins deux rayons perspectifs. Mais ces données ne peuvent pas toujours être déterminées, surtout en photogrammétrie aérienne, et il devient nécessaire de connaître certains éléments sur l'objet lui-même, par exemple les coordonnées X, Y, Z de trois points de cet objet (canevas de restitution). On est alors amené à procéder en deux temps :

– recherche de l'orientation relative des deux faisceaux en assurant l'intersection d'au moins cinq couples de rayons homologues ; cette opération aboutit à la formation d'un modèle non orienté et d'échelle non exacte ;

Photogrammétrie : principe

Diaporama : Photogrammétrie : principe

Schéma de principe de la photogrammétrie. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

– mise à l'échelle et orientation absolue de ce modèle sur les points du canevas.

Photogrammétrie : principe

Diaporama : Photogrammétrie : principe

Schéma de principe de la photogrammétrie. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les faisceaux perspectifs étant reconstitués puis placés et orientés dans le système de référence, tous les rayons homologues se coupent deux à deux, et la recherche de leurs intersections, ou exploration du modèle formé par l'ensemble de ces intersections, constitue la restitution proprement dite. Celle-ci peut être traitée analytiquement par le calcul, à partir des mesures de coordonnées faites sur les clichés, méthode donnant la précision la plus élevée mais ne permettant qu'un traitement point par point (éventuellement en très grand nombre), ou analogiquement à l'aide d'appareils de restitution qui effectuent une reconstitution mécanique ou optico-mécanique de la figure de l'espace formée par les deux faisceaux perspectifs. Cette seconde méthode permet une exploration continue des lignes visibles sur l'objet ou définissant le relief de sa surface (courbes de niveau ou coupes), pourvu que l'appareil permette un examen stéréoscopique des deux photographies.

L'identification des rayons perspectifs homologues, c'est-à-dire en fait l'identification des deux images homologues d'un même point de l'objet, peut en effet [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Photogrammétrie : principe

Photogrammétrie : principe
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Objectif Wild

Objectif Wild
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : ingénieur général géographe, directeur de l'École nationale des sciences géographiques, directeur du "Bulletin" de la Société française de photogrammétrie et télédétection, président du Comité international de photogrammétrie architecturale

Classification

Autres références

«  PHOTOGRAMMÉTRIE  » est également traité dans :

ARCHÉOLOGIE SOUS-MARINE

  • Écrit par 
  • Patrice POMEY, 
  • André TCHERNIA
  •  • 8 375 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Relevés sous-marins »  : […] Les méthodes de relevés sous-marins sont différentes selon qu'on cherche à établir le plan de constructions immergées ou à reconstituer l'image d'une épave. Les restes d'un port se trouvent à peu de profondeur et au voisinage de la côte. Une reconnaissance préalable par photographie aérienne permet, si l'eau est claire, de situer les grandes masses. Une planimétrie générale peut être réalisée à l […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Traitement et interprétation) - La photogrammétrie architecturale

  • Écrit par 
  • Jean-Paul SAINT AUBIN
  •  • 5 210 mots
  •  • 1 média

La photogrammétrie repose sur les principes et l'usage de la vue perspective, renouvelés par l'invention, au milieu du xix e  siècle, de la photographie. La combinaison de plusieurs clichés photographiques permet en effet d'obtenir une vision dite « stéréoscopique », s'inspirant du fonctionnement de la vision naturelle de l'homme : les yeux enregistrent deux images que le cerveau fusionne pour […] Lire la suite

ÉROSION DU LITTORAL

  • Écrit par 
  • Ywenn DE LA TORRE, 
  • Éric PALVADEAU
  •  • 3 908 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les suivis par télédétection »  : […] Des observations peuvent également être mises en œuvre à distance depuis un porteur aérien (cerf-volant, ballon, drone, ULM, avion, hélicoptère…) ou satellitaire. Quel que soit le porteur, c’est le type de capteur qui distingue la technique. Les levés photogrammétriques consistent à effectuer des prises de vues aériennes verticales. Ces photographies sont ensuite assemblées et redressées afin de […] Lire la suite

STÉRÉOSCOPIE

  • Écrit par 
  • Josette CACHELOU
  •  • 615 mots
  •  • 2 médias

La sensation de relief dans la vision provient de ce que les deux yeux ne voient pas le même objet sous le même angle. La stéréoscopie comprend donc toutes les méthodes qui permettent d'obtenir une impression de relief, que ce soit en observant un objet à travers un instrument d'optique ou que ce soit en restituant une seule image en relief à partir de deux photographies. De toute manière, la stér […] Lire la suite

TOPOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Raymond d' HOLLANDER
  •  • 5 322 mots
  •  • 10 médias

Étymologiquement, la topographie (du grec τ́οπος, « lieu ») consiste à représenter graphiquement un lieu sur le papier ; l'opération correspondante est le levé topographique et le support en est la minute de levé. Deux cas sont à envisager. Dans le premier cas, le levé topographique est destiné à l'élaboration de plans topographiques (plans cadastraux pour la délimitation de la propriété foncière […] Lire la suite

Pour citer l’article

Maurice CARBONNELL, « PHOTOGRAMMÉTRIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/photogrammetrie/