Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PHAGOCYTES

Seuls seront considérés ici les phagocytes de mammifères. On peut les répartir en deux grands groupes : d'une part, certains leucocytes ou globules blancs du sang ; de l'autre, plusieurs sortes de cellules conjonctives.

Parmi les leucocytes, la place de choix doit être accordée aux polynucléaires, ou microphages de Metchnikoff. Le cytoplasme de ces cellules contient des granulations qu'on appelle, selon leur affinité tinctoriale, neutrophiles, éosinophiles ou basophiles. Les cellules les plus actives sont celles qui renferment des granulations neutrophiles. Le noyau est unique, mais polylobé. Les polynucléaires, placés sur un support solide, par exemple une lame de verre, se déplacent, à la manière des amibes (d'où le nom de mouvement amiboïde qui a été donné à ce mode de déplacement), par émissions et rétractions continuelles de déformations cytoplasmiques, les pseudopodes. En outre, les polynucléaires sont de grands adversaires des microbes. Ils peuvent s'accumuler dans les foyers d'infection. En dégénérant, ils constituent une matière jaunâtre, le pus. Cellules incapables de se diviser, la seule issue pour les polynucléaires est la mort.

En 1924, R. Aschoff a désigné sous le nom de système réticulo-endothélial un ensemble de cellules réparties dans la trame conjonctive, qui ont toutes en commun certaines propriétés fonctionnelles, comme l'aptitude à la coloration vitale, la faculté d'englober des particules étrangères et des microbes, le pouvoir d'emmagasiner le fer libéré par la destruction de l'hémoglobine, etc. Cependant, dans cet ensemble cellulaire, on peut distinguer : des éléments fixes, postés en embuscade le long des vaisseaux ; des cellules libres au repos, surtout nombreuses dans la trame sous-cutanée ; enfin, des cellules libres qui ont une activité particulièrement élevée, les macrophages.

Les éléments fixes sont les cellules endothéliales qui bordent les capillaires des organes hématopoïétiques comme la rate, les ganglions lymphatiques, la moelle osseuse, etc. Sont rattachées le plus souvent à ces éléments les cellules étoilées de Küpffer qui tapissent d'un revêtement très discontinu les nombreux sinusoïdes sanguins du foie.

Les éléments libres au repos ont reçu les dénominations les plus diverses, celles, par exemple, d'histiocytes, de cellules réticulées, de clasmatocytes ou de polyblastes. Dans la trame conjonctive sous-cutanée, on compte un nombre à peu près égal de fibroblastes (cellules qui élaborent le collagène) et d'histiocytes (cellules fusiformes, arborisées).

Les macrophages se trouvent normalement dans les séreuses (plèvre, péritoine) et, en très grande quantité, partout où la trame conjonctive est devenue le siège d'une réaction inflammatoire. Les macrophages sont des cellules de grande taille (75 μ en moyenne), mobiles (bien qu'un peu moins que les polynucléaires) et douées d'un pouvoir phagocytaire fortement accusé. Ils peuvent englober avec la même avidité des microbes et des cellules mortes telles que de vieux globules rouges ou des leucocytes frappés de nécrose.

Il arrive parfois que des macrophages s'unissent en donnant naissance à des cellules géantes. De telles cellules jouent un rôle capital dans l'ossification.

Leur origine reste controversée : ils pourraient soit représenter un état que des cellules diverses (monocytes, histiocytes, fibroblastes...) peuvent assumer, soit être une catégorie spécifique de phagocytes.

En tout cas, on préfère aujourd'hui qualifier cet ensemble par le terme de système phagocytaire mononucléé plutôt que par celui qu'Aschoff avait proposé.

— Didier LAVERGNE

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Didier LAVERGNE. PHAGOCYTES [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 10/02/2009

Autres références

  • DÉCOUVERTE DES DÉFENSES IMMUNITAIRES DES INSECTES

    • Écrit par
    • 660 mots

    Ilia (Élie) Metchnikov démontre, en 1882, la capacité des cellules intestinales de l’étoile de mer à ingérer et détruire des particules étrangères, dont les microbes. Il appelle ces cellules des « phagocytes ». Ce phénomène, la phagocytose, est universel ; c’est une réponse...

  • IMMUNITÉ, biologie

    • Écrit par , , et
    • 21 509 mots
    • 11 médias
    Les cellules phagocytaires sont représentées par les polynucléaires neutrophiles et les cellules du système réticulo-histiocytaire ( macrophages pulmonaires, spléniques, hépatiques – cellules de Küpffer –, monocytes sanguins, cellules mésangiales du rein, cellules microgliales du cerveau,...
  • METCHNIKOV ILIA ILITCH ou ÉLIE (1845-1916)

    • Écrit par
    • 1 091 mots
    • 1 média
    Cette observation, publiée en 1883 et reprise dans sa conférence Nobel, peut sembler anodine. S’il baptise de telles cellules « phagocytes » (du grec phagein, « manger », et kytos, « cellule »), parce que celles-ci sont capables d’incorporer le colorant dans lequel le corps étranger a été...
  • PHAGOCYTOSE

    • Écrit par
    • 3 734 mots
    • 4 médias

    C'est au zoologiste Élie Metchnikoff, venu de Russie en 1886 pour travailler à l'Institut Pasteur et Prix Nobel de médecine en 1908, que l'on doit la première description des cellules capables d'incorporer dans leur cytoplasme des particules inertes et de les digérer. Il devait les baptiser ...