VAN DYK PETER (1929-1997)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Danseur d'expression classique, chorégraphe et pédagogue.

Peter Van Dyk naît le 21 août 1929 à Brême (Allemagne). Il est l'élève de Tatiana Gsovski, qui l'engage en 1946 au Staatsoper de Berlin-Est. De 1951 à 1952, il assure déjà des fonctions de maître de ballet à l'Opéra de Wiesbaden où il règle ses premières chorégraphies sur Pelléas et Mélisande d'Arnold Schönberg (1952) et la 3e symphonie de Hans Werner Henze (1952). En 1953, il débute devant le public parisien, au théâtre des Champs-Élysées, choisi par Janine Charrat pour créer à ses côtés son ballet Les Algues. En 1954, Serge Lifar décide d'engager comme danseur étoile à l'Opéra de Paris le jeune prodige allemand qui se fait applaudir pour ses débuts dans Divertissement, tiré du dernier acte de La Belle au bois dormant. Peter Van Dyk impose son style fluide, sa musicalité et sa rigueur d'exécution dans de grands classiques comme Giselle ou Les Sylphides, mais aussi dans La Symphonie fantastique de Leonide Massine et Suite en blanc de Serge Lifar. Celui-ci lui confie la création des Noces fantastiques (1955), auprès de Nina Vyroubova, et de Chemin de lumière (1957). En 1960, Vladimir Bourmeister vient monter pour la première fois à l'Opéra de Paris la version intégrale du Lac des cygnes. Peter Van Dyk campe le Prince Siegfried aux côtés de Josette Amiel. En 1963, toujours à l'Opéra de Paris, il donne une interprétation inoubliable du Flegmatique dans Les Quatre Tempéraments de George Balanchine. Chorégraphe, Peter Van Dyk signe pour l'Opéra-Comique une émouvante transposition visuelle de la Symphonie inachevée (1957) de Franz Schubert, formant avec Jacqueline Rayet un couple à l'insurpassable harmonie, et il s'affirme également dans le genre narratif en adaptant en 1960 La Peau de chagrin de Balzac, toujours à l'Opéra-Comique.

Tout en conservant son contrat de danseur étoile [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Jean-Claude DIÉNIS, « VAN DYK PETER - (1929-1997) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 juin 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/peter-van-dyk/