HIGGS PETER (1929- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Peter Ware Higgs

Peter Ware Higgs
Crédits : CERN

photographie

Signature du boson de Higgs

Signature du boson de Higgs
Crédits : CERN

photographie


Physicien théoricien britannique, Prix Nobel de physique 2013. Né dans la banlieue de Newcastle upon Tyne (Royaume-Uni) le 29 mai 1929, Peter Ware Higgs est connu pour ses travaux sur la description mathématique des symétries et des mécanismes de brisement de symétrie des systèmes physiques élémentaires. Après une enfance à Birmingham puis à Bristol, il est étudiant au King’s College de l’université de Londres de 1947 à 1954, année où il soutient une thèse de doctorat intitulée « Quelques problèmes en théorie des vibrations moléculaires », sous la direction du chimiste théoricien Hugh Christopher Longuet-Higgins (1923-2004). L’article qu’il publie en 1953 dans les comptes rendus de la Royal Society analyse de façon extrêmement novatrice le spectre vibrationnel des molécules hélicoïdales. Après un séjour postdoctoral de deux ans à Édimbourg (Écosse), il retourne à Londres à University College, puis s’établit définitivement en octobre 1960 à l’université d’Édimbourg où il gravit tous les échelons de la carrière universitaire, avant de prendre sa retraite en 1996.

Peter Ware Higgs

Peter Ware Higgs

photographie

Le physicien britannique Peter Ware Higgs a obtenu avec son collègue belge François Englert le prix Nobel de physique 2013 pour la formulation théorique d'un mécanisme contribuant à notre compréhension de l'origine de la masse des particules subatomiques, et qui a été confirmée en 2012... 

Crédits : CERN

Afficher

Les travaux de Higgs ont d’abord concerné des problèmes de chimie physique ou de physique du solide liés à la description quantique des états électroniques des molécules ou des cristaux. Après s’être ensuite brièvement intéressé à la gravitation dans le cadre de la théorie de la relativité générale, il aborde dans les années 1960 le domaine de la physique des particules élémentaires. En analysant la description mathématique des symétries dans le cadre des théories de jauge et en particulier la conséquence de la structure du vide sur les masses des particules messagères des interactions, il parvient à construire un modèle ouvrant la voie à la théorie actuelle des interactions électrofaibles. Ce mécanisme théorique, dénommé depuis lors « mécanisme de Higgs », est proposé de façon indépendante et quasi simultanément par Robert Brout (1928-2011) et François Englert (né en 1932). Sa signature expérimentale est la nécessaire existence d’un boson de spin nul, couramment appelé « boson de Higgs », couplé à toutes les particules avec une intensité proportionnelle à leurs masses. La découverte, au Cern en 2012, d’une particule qui semble posséder ces caractéristiques a donné au comité Nobel l’occasion de couronner Englert et Higgs en 2013.

Signature du boson de Higgs

Signature du boson de Higgs

photographie

Cette représentation d'une collision de deux protons du L.H.C. est générée par un programme informatique à partir de la totalité des données enregistrées par les multiples appareils constituant l'ensemble de détection Atlas. Les deux protons initiaux ont des trajectoires perpendiculaires... 

Crédits : CERN

Afficher

—  Bernard PIRE

Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification


Autres références

«  HIGGS PETER (1929- )  » est également traité dans :

HIGGS BOSON DE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 2 571 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le pari des théoriciens »  : […] Pour sortir de ce dilemme, une explication audacieuse est proposée presque simultanément en 1964 par les physiciens belges Robert Brout (1928-2011) et François Englert (né en 1932) et par leur collègue écossais Peter Higgs (né en 1929). Dans deux articles aux titres quasi identiques, « Symétries brisées et masses des bosons de jauge », ils introd […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/boson-de-higgs/#i_54685

HIGGS MÉCANISME DE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 376 mots
  •  • 2 médias

En 1964, les physiciens belges Robert Brout et François Englert, d'une part, et leur collègue écossais Peter Higgs , d'autre part, introduisent le concept de symétrie de jauge spontanément brisée. Dans deux articles aux titres quasi identiques « Symétrie brisée et la masse des mésons vecteurs de jauge  » et « Symétries brisées, particules de mas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mecanisme-de-higgs/#i_54685

MASSE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 1 654 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La masse des particules élémentaires »  : […] La théorie moderne de l'électromagnétisme rend bien compte de la masse nulle du photon, caractéristique liée à la nature du principe de symétrie (dite de jauge) à l'origine de l'électrodynamique quantique. La limite expérimentale sur sa masse est de 7 × 10 —17  eV. Il est très difficile de mesurer les masses des trois types de neutrinos existants  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/masse/#i_54685

PARTICULES ÉLÉMENTAIRES - Bosons

  • Écrit par 
  • Claude COHEN-TANNOUDJI, 
  • Jacques DUPONT-ROC, 
  • Gilbert GRYNBERG, 
  • Bernard PIRE
  •  • 3 727 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le boson de Higgs. »  : […] Le fait que les bosons W et Z n'aient pas une masse nulle est la manifestation d'une brisure de la symétrie de jauge sous-jacente. Dans la description communément admise des interactions nucléaires, on attribue cette brisure à l'existence d'un nouveau champ fondamental –  le champ de Higgs – qui remplirait uniformément le « vide » (rappelons qu'en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/particules-elementaires-bosons/#i_54685

PRIX NOBEL DE PHYSIQUE 2013

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 361 mots
  •  • 2 médias

Le prix Nobel de physique récompense en 2013 le physicien théoricien belge François Englert (né le 6 novembre 1932 à Etterbeek [Bruxelles]) et son collègue britannique Peter Ware Higgs (né le 29 mai 1929 à Wallsend [Newcastle]) , qui ont proposé en 1964 un mécanisme non conventionnel pour expliquer certaines propriétés des interactions fondamen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prix-nobel-de-physique-2013/#i_54685

Pour citer l’article

Bernard PIRE, « HIGGS PETER (1929- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/peter-higgs/