Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BROUT ROBERT (1928-2011)

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Né à New York (États-Unis) le 14 juin 1928, le physicien théoricien Robert Brout est décédé le 3 mai 2011 à Bruxelles. Après avoir obtenu son doctorat en 1953 à l’université Columbia de New York, Brout enseigne à l’université Cornell à Ithaca (État de New York) et y effectue ses premières recherches dans le domaine de la mécanique statistique. Il étudie en particulier les processus irréversibles et les effets dissipatifs des interactions. L’arrivée du jeune théoricien belge François Englert en 1959 lui permet d’élargir le champ de ses recherches et de nouer une fructueuse collaboration scientifique qui durera jusqu’à son décès. Il démissionne de son poste de professeur en 1961 et s’installe avec sa famille en Belgique. Nommé professeur à l’Université libre de Bruxelles, il co-dirigera avec Englert le service de physique théorique.

En 1964, dans un court article écrit avec Englert, il propose une construction théorique originale pour rendre compte de l’éventuelle existence de particules messagères des interactions (les particules dites « de jauge ») de masse non nulle. Ce mécanisme de brisure spontanée de symétrie, imaginé quasi simultanément par le physicien britannique Peter Higgs (1929-2024), donne aux propriétés de symétrie du vide quantique un rôle essentiel. Brout cependant participera peu aux progrès subséquents de la construction de la théorie des interactions fondamentales. La découverte des bosons électrofaibles W et Z (dont les masses sont plusieurs dizaines de fois supérieures à celle du proton) en 1983 puis celle du « boson de Higgs » en 2012 justifient, aux yeux des physiciens des particules, la pertinence du mécanisme de Brout-Englert-Higgs.

À partir des années 1970, Brout s’intéresse à la cosmologie et en particulier aux scénarios tentant d’expliquer l’existence d’une période d’inflation cosmique ; il contribue avec Englert au développement de concepts très spéculatifs liant la naissance de l’Univers à une fluctuation quantique du vide. Son décès prématuré en 2011 l’empêchera de partager avec Higgs et Englert le prix Nobel de physique 2013.

— Bernard PIRE

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur de recherche émérite au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification

Pour citer cet article

Bernard PIRE. BROUT ROBERT (1928-2011) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 11/04/2024

Autres références

  • ENGLERT FRANÇOIS (1932- )

    • Écrit par
    • 453 mots
    • 1 média

    Physicien théoricien belge, Prix Nobel de physique 2013, François Englert est né à Etterbeek dans la banlieue de Bruxelles (Belgique) le 6 novembre 1932 dans une famille juive. Enfant lorsque les nazis occupent la Belgique, il survit à la Shoah en étant caché sous une fausse identité dans différents...

  • HIGGS BOSON DE

    • Écrit par
    • 2 657 mots
    • 2 médias
    Pour sortir de ce dilemme, une explication audacieuse est proposée presque simultanément en 1964 par les physiciens belges Robert Brout (1928-2011) et François Englert (né en 1932) et par leur collègue écossais Peter Higgs (1929-2024). Dans deux articles aux titres quasi identiques, « Symétries...
  • HIGGS MÉCANISME DE

    • Écrit par
    • 376 mots
    • 2 médias

    En 1964, les physiciens belges Robert Brout et François Englert, d'une part, et leur collègue écossais Peter Higgs, d'autre part, introduisent le concept de symétrie de jauge spontanément brisée. Dans deux articles aux titres quasi identiques « Symétrie brisée et la masse des mésons vecteurs...