Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ENGLERT FRANÇOIS (1932- )

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Physicien théoricien belge, Prix Nobel de physique 2013, François Englert est né à Etterbeek dans la banlieue de Bruxelles (Belgique) le 6 novembre 1932 dans une famille juive. Enfant lorsque les nazis occupent la Belgique, il survit à la Shoah en étant caché sous une fausse identité dans différents orphelinats.

François Englert - crédits : CERN

François Englert

François Englert suit des études supérieures à l’Université libre de Bruxelles, dont il obtient le grade d’ingénieur en 1955 et celui de docteur en 1959. Après deux années à l’université Cornell d’Ithaca (État de New York, États-Unis), où il est accueilli par Robert Brout (1928-2011) qui deviendra son principal collaborateur, il revient en 1961 comme enseignant à l’Université libre de Bruxelles et y effectue toute sa carrière. Il est aussi depuis 1984 professeur par nomination spéciale à l’École de physique et d’astronomie de l’université de Sackler de Tel-Aviv. Il est connu pour ses travaux sur la théorie des interactions fondamentales, mais il a aussi apporté des contributions significatives à d’autres domaines de la physique théorique comme la mécanique statistique, la physique des solides, la relativité générale et la cosmologie : ses résultats sur la théorie statistique du ferromagnétisme ou la compactification de théories de supergravité dans un espace à onze dimensions en sont des exemples.

Le prix Nobel 2013 couronne la construction théorique échafaudée en 1964 pour rendre compte de l’éventuelle existence de particules messagères des interactions (les particules dites « de jauge ») de masse non nulle. Ce mécanisme de brisure spontanée de symétrie, imaginé par Brout et Englert, d’une part, et quasi simultanément par le physicien britannique Peter Higgs (1929-2024), d’autre part, donne aux propriétés de symétrie du vide quantique un rôle fondamental. La découverte des bosons électrofaibles W et Z (dont les masses sont plusieurs dizaines de fois supérieures à celle du proton) en 1983, puis celle du « boson de Higgs » en 2012 sont considérées comme une indication majeure de la pertinence de ces concepts.

Bien qu’il ait orienté ses travaux ultérieurs vers une recherche très spéculative « d'une théorie unifiée qui régirait non seulement le comportement de tous les éléments constructifs de notre Univers, mais aussi son origine, voire son destin », Englert a déclaré (lors de sa réception du prix Franqui en 1982) que « la physique est une tension sans compromis vers la preuve expérimentale, même si elle est une aventure intellectuelle ».

— Bernard PIRE

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur de recherche émérite au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification

Pour citer cet article

Bernard PIRE. ENGLERT FRANÇOIS (1932- ) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 11/04/2024

Média

François Englert - crédits : CERN

François Englert

Autres références

  • HIGGS BOSON DE

    • Écrit par
    • 2 657 mots
    • 2 médias
    ...Pour sortir de ce dilemme, une explication audacieuse est proposée presque simultanément en 1964 par les physiciens belges Robert Brout (1928-2011) et François Englert (né en 1932) et par leur collègue écossais Peter Higgs (1929-2024). Dans deux articles aux titres quasi identiques, « Symétries brisées...
  • HIGGS MÉCANISME DE

    • Écrit par
    • 376 mots
    • 2 médias

    En 1964, les physiciens belges Robert Brout et François Englert, d'une part, et leur collègue écossais Peter Higgs, d'autre part, introduisent le concept de symétrie de jauge spontanément brisée. Dans deux articles aux titres quasi identiques « Symétrie brisée et la masse des mésons vecteurs...

  • PRIX NOBEL DE PHYSIQUE 2013

    • Écrit par
    • 370 mots
    • 2 médias

    Le prix Nobel de physique récompense en 2013 le physicien théoricien belge François Englert (né le 6 novembre 1932 à Etterbeek [Bruxelles]) et son collègue britannique Peter Ware Higgs (né le 29 mai 1929 à Wallsend [Newcastle upon Tyne] et mort le 8 avril 2024 à Édimbourg), qui ont proposé en 1964...