PÉONAGE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À l'origine, le péon est le travailleur agricole, non propriétaire, qui n'a que la force de ses bras pour vivre. Au xixe siècle, quand s'est posé en Amérique latine le problème de la main-d'œuvre agricole, une pratique nouvelle est apparue et a modifié le sens du mot. Par « péonage » on entend alors le système qui relève du seul droit non écrit et qui consiste à attacher l'ouvrier agricole à la propriété sur laquelle il travaille, en l'obligeant à s'endetter.

Le village est généralement trop loin pour qu'on puisse aller y faire les achats indispensables et, dans la plupart des cas, les travailleurs sont payés sous forme de crédit ouvert dans le magasin du domaine (la tienda de roya) qui appartient au maître. Cette pratique vise d'ailleurs autant, sinon plus, à contraindre le péon au travail qu'à l'immobiliser.

La modernisation économique, en cours au xixe siècle (le continent devient grand exportateur de produits agricoles et de matières premières), impose en effet au travailleur rural une charge qu'il n'accepterait pas spontanément. La productivité doit augmenter, sans révolution technique. Le rythme du travail change, ce qui explique l'apparition d'un thème sociologique et littéraire : celui de la paresse du paysan ibéro-américain. On exige de lui à la fois les avantages du prolétariat moderne (rapidité, efficacité) et ceux du travailleur traditionnel (bas salaire et docilité).

Un péon salarié coûterait trop cher et s'en irait rapidement, on a donc recours au travail forcé (le péonage n'est rien d'autre) de la plèbe rurale qui est la grande vaincue du xixe siècle.

Au moment où, en Europe, l'usine fabrique le prolétaire, en Amérique, le grand domaine fabrique le péon. L'accaparement de la terre par le latifundio n'est pas une fin en soi ; il vise à obliger le paysan à se louer. Si les communautés paysannes résistent trop ou bien si c'est le désert démographique, on importe des coolies chinois (Pérou) que l'on fait travailler dans les mêmes conditions serviles.

—  Jean MEYER

Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Rennes

Classification


Autres références

«  PÉONAGE  » est également traité dans :

LOYAUTÉ

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 3 711 mots

Dans le chapitre « Loyauté et distance »  : […] La meilleure manière de saisir les phénomènes de loyauté, c'est de les traiter comme des relations de dévouement et d'attachement entre des individus situés à la périphérie et des individus placés au centre , sous la condition de ne pas oublier les relations de ces deux catégories avec celles qui sont situées au sommet de l'organisation sociale. La dis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/loyaute/#i_34089

Pour citer l’article

Jean MEYER, « PÉONAGE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/peonage/