TIBALDI PELLEGRINO (1527-1596)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Puria in Valsolda, formé à Bologne, Pellegrino Tibaldi, artiste très précoce, travaille à Rome, dès 1545-1546, avec Perino del Vaga au château Saint-Ange (décoration de la salle du Conseil, qu'il achèvera entre 1547 et 1549 dans un style nettement michelangelesque). Ce style est celui de ses autres œuvres romaines (Belvédère ; Sant'Andrea), peut-être sous l'influence de Daniel da Volterra, avec qui il collabore à partir de 1550. Entre 1554 et 1555, il travaille à la Santa Casa de Lorette (en partie détruite) et, probablement à la même date, il commence à Bologne son œuvre principale, L'Histoire d'Hercule (deux salles du palais Poggi), brillant exercice illusionniste où l'exemple de Michel-Ange est paraphrasé avec un humour volontairement affecté. Vers 1555, il élève et peint la chapelle sépulcrale du cardinal Poggi à San Giacomo Maggiore (Vie de saint Jean-Baptiste). Son exemple à Bologne est capital pour les maniéristes tardifs (Samacchini, Passarotti). En 1556, Tibaldi se rend à Ancône, où il travaille jusqu'en 1561 (Loggia dei Mercanti ; Palazzo Ferretti) : sa manière s'adoucit et son inspiration se rattache à l'esprit de la Contre-Réforme. Il entre alors au service du cardinal Charles Borromée, qui l'utilise comme architecte à Pavie et à Milan. En 1577, Tibaldi suit en Espagne F. Zuccaro, qu'il remplace en 1588 à la direction des travaux de l'Escorial. Dans le cloître et la bibliothèque, ses compositions simplifiées, aux formes d'une abstraction presque géométrique, montrent une importante évolution par rapport à ses œuvres précédentes. Comme peintre et comme architecte, Tibaldi est une figure originale du maniérisme italien. Il meurt à Milan.

—  Sylvie BÉGUIN

Écrit par :

  • : conservateur en chef au département des Peintures du musée du Louvre

Classification

Pour citer l’article

Sylvie BÉGUIN, « TIBALDI PELLEGRINO - (1527-1596) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pellegrino-tibaldi/