MENA PEDRO DE (1628-1688)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le destin artistique de Pedro de Mena, qui fut d'abord l'élève de son père Alonso, se décida lorsqu'il entra dans l'atelier d'Alonso Cano, revenu à Grenade en 1652. De la collaboration des deux artistes résulta une série de quatre statues célèbres du musée des Beaux-Arts de Grenade, provenant de l'église del Ángel, et l'influence d'Alonso Cano sur Pedro de Mena demeura toujours très grande. En 1658, Pedro de Mena est appelé à Málaga pour terminer les stalles du chœur de la cathédrale. Il ne quittera plus cette ville, si ce n'est pour de brefs voyages à Madrid et à Tolède (1663-1664) et à Grenade (1675). Son atelier très actif inonde la Péninsule d'une abondante statuaire religieuse. Il s'agit généralement d'une production en série, mais chaque type iconographique est illustré par quelques belles pièces sorties de la main même du maître. Tel est notamment le cas de l'Ecce Homo et de la Dolorosa des Descalzas Reales de Madrid (1673). Cet art représente des attitudes mystiques, comme les aime l'Espagne dévote, à travers un style baroque relativement sobre, avare d'effets dramatiques et suivant de près la nature. Aucune œuvre n'a davantage contribué à assurer la célébrité à Pedro de Mena que le Saint François d'Assise du trésor de la cathédrale de Tolède (1663) ; il s'inspire d'une description de la momie du saint, envoyée en Espagne au milieu du xve siècle. L'idéal ascétique de Pedro de Mena s'exprime encore dans la très belle statue de la Madeleine pénitente du musée de Valladolid.

—  Marcel DURLIAT

Écrit par :

  • : professeur émérite d'histoire de l'art à l'université de Toulouse-Le-Mirail

Classification


Autres références

«  MENA PEDRO DE (1628-1688)  » est également traité dans :

ANDALOUSIE

  • Écrit par 
  • Michel DRAIN, 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Philippe WOLFF
  •  • 10 391 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Le réalisme de la sculpture »  : […] . La ville bénéficia, à partir de 1652, de l'activité d'Alonso Cano, non moins remarquable sculpteur qu'architecte. Le principal disciple de Cano, Pedro de Mena, le fils d'Alonso, transporta son atelier à Málaga, en 1658, pour y terminer la décoration du chœur de la cathédrale. Il allait devenir l'un des sculpteurs les plus sollicités d'Espagne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andalousie/#i_1684

Pour citer l’article

Marcel DURLIAT, « MENA PEDRO DE - (1628-1688) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pedro-de-mena/