PARACLET

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Terme qui, par le relais de la Vulgate (paracletus), s'est introduit tel quel dans les traductions modernes de la Bible. Le substantif grec, original, paraklêtos (du verbe parakalein, « appeler auprès de soi », « inviter », « consoler »), est particulier, dans le Nouveau Testament, aux écrits johanniques. Les premiers commentateurs latins du discours évangélique l'ont couramment rendu par advocatus (Tertullien, Cyprien, etc.). Or, dans les quelques passages de la littérature préchrétienne et non chrétienne où on le rencontre, un sens plus large est conféré à ce terme, celui de « médiateur », d'« intercesseur », d'« aide » (chez Philon d'Alexandrie, il signifie tantôt « intercesseur », tantôt « conseiller » ou « aide »).

Dans la Ire épître de Jean, ii, 1, Jésus est dit paraklêtos en tant qu'intercesseur céleste auprès du Père. Dans quatre passages de l'Évangile de Jean (tous situés dans le discours d'adieu [xiii-xvii] : xiv, 16, 26 ; xv, 26 ; xvi, 7), il s'agit d'un titre donné à quelqu'un d'autre que Jésus : ce n'est pas un intercesseur ; il ne réside pas dans les cieux. La tradition chrétienne a identifié cette figure à celle de l'Esprit saint. Cependant, le caractère originaire de cette identification a été suspecté et l'on a parfois émis l'idée que le Paraclet était d'abord une figure salvifique indépendante, confondue seulement ensuite avec l'Esprit saint.

Les caractéristiques et les fonctions du Paraclet sont les suivantes : il est envoyé par le Père (xiv, 16) ou bien il vient du Père (xv, 26) ; il n'est pas visible du « monde » mais seulement des croyants (xiv, 17) ; il enseigne la vérité ou conduit vers elle (xiv, 26 ; xvi, 13) ; il ne parle pas de lui-même (xvi, 13) ; il rend témoignage à Jésus contre le « monde » et met ce dernier en jugement (xv, 26 ; xvi, 8). Ainsi est-il partout décrit, à l'instar de Jésus lui-même, comme « révélateur ». Il est donc une figure parallèle ou symétrique à celle même du Christ (en xiv, 16, tandis qu'il apparaît pour la première fois, on lit : « Et je [Jésus] prierai le Père et il vous enverra un autre Paraclet, pour être avec vous à jamais »).

On a voulu voir l'origine du Paraclet dans le gnosticisme protomandéen : il serait l'adaptation de l'un des nombreux « révélateurs » célestes de la pensée mandéenne (R. Bultmann). Plus généralement et d'une façon bien plus satisfaisante, on a plaidé pour un arrière-fond biblique et juif ; certains ont mis l'accent sur cette thèse à la suite des découvertes de Qumrān. Dans l'Ancien Testament, en effet, on rencontre des couples de héros, un successeur continuant l'œuvre d'un grand personnage dont on lui donne les traits et dont il interprète le message ; par exemple, Moïse-Josué, Élie-Élisée. L'Esprit saint est impliqué dans cette succession (Deut., xxxiv, 9 pour Josué, et II Rois, ii, 9, 15 pour Élisée) : en tant qu'esprit prophétique (les prophètes proclament aux hommes les paroles divines ; dans le chapitre ii des Actes, à la Pentecôte, l'Esprit saint fait des Apôtres des prophètes), il devient un élément constitutif de la figure du Paraclet.

Dans le judaïsme tardif, l'angélologie offre également un excellent parallèle au Paraclet johannique : dans la littérature apocalyptique, les anges ont des fonctions d'enseignement, ils guident les visionnaires vers la vérité (les anges y sont fréquemment appelés « esprits »). De plus, à Qumrān, l'« Esprit de vérité » conduit les membres de la communauté dans leur combat contre les forces du mal. C'est dans les textes de la mer Morte que l'on trouve les seuls exemples préchrétiens du titre « Esprit de vérité », que l'évangéliste Jean utilise comme synonyme de Paraclet (xvi, 13). Il faut mentionner aussi la Sagesse personnifiée, qui tient une place importante dans les écrits johanniques : elle vient de Dieu pour habiter dans les membres du peuple choisi (Ecclésiastique, xxiv, 12) et elle apporte à ces derniers le don de compréhension (xxiv, 26-27). En bref, on peut repérer dans l'ensemble de la pensée juive, plus ou moins diffus ou latents, tous les éléments fondamentaux de la figure johannique du Paraclet.

L'introduction du Paraclet par l'év [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PARACLET  » est également traité dans :

CHIISME ou SHĪ‘ISME

  • Écrit par 
  • Henry CORBIN, 
  • Yann RICHARD
  •  • 9 425 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les cycles de l'histoire sacrée et la parousie du XIIe Imām »  : […] Les deux « dimensions », exotérique et ésotérique, de la Ḥaqīqat moḥammadiya correspondent aux deux mouvements, descente ( nozūl ) et remontée ( ṣo‘ūd ), de la Lumière moḥammadienne ( Nūr moḥammadī ). La descente de cette Lumière en ce monde, c'est essentiellement la mission exotérique des prophètes aboutissant à la mission terminale et récapitulative de Moḥammad, le « Sceau des prophètes ». Le m […] Lire la suite

ÉVANGILES

  • Écrit par 
  • Xavier LÉON-DUFOUR
  •  • 8 255 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'évangile selon saint Jean »  : […] Comparé aux évangiles synoptiques, le quatrième évangile surprend par sa facture et son style. Aussi n'a-t-il pas manqué de critiques pour lui refuser la qualité d'évangile et pour le caractériser comme une méditation chrétienne sur les données de la tradition évangélique. Aujourd'hui toutefois, nombreux sont ceux qui lui rendent justice en le considérant comme l'évangile par excellence. Grâce à d […] Lire la suite

Pour citer l’article

André PAUL, « PARACLET », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/paraclet/