PAIRS DE FRANCE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'institution d'une Chambre des pairs, dans la Charte de 1814, répondait à l'utilité, alors généralement admise, d'avoir deux chambres dans un système représentatif bien équilibré et aussi d'appuyer, comme en Angleterre, l'autorité du trône sur une aristocratie. Mais, si la Chambre des pairs remplit bien en effet sa fonction de Chambre haute, bloquant ou modifiant en plusieurs occasions les initiatives de la Chambre des députés, elle ne fut jamais vraiment, comme c'était le cas dans le modèle anglais, la représentation véritable d'une « pairie » qui aurait été la crème d'une aristocratie héréditaire. La façon dont furent désignés les premiers pairs de France en 1814 donne dès le début une orientation différente : Louis XVIII y plaça, avec quelques représentants d'anciennes familles nobles, les restes du Sénat napoléonien et des illustrations du régime impérial qu'il cherchait à rallier. Plus tard, la pairie devint une sorte de sinécure compensatoire pour ministres évincés et politiciens déçus. D'autre part, les péripéties de la politique amenèrent deux fois des gouvernements (celui de Decazes en mars 1819 et celui de Villèle à la fin de 1827) à y faire des infusions massives de leurs partisans pour changer la majorité de la Chambre haute, si bien que de 1814 à 1830 le nombre des pairs passa de 154 à 365. La suppression de l'hérédité de la pairie (29 déc. 1831) fit disparaître toute chance de voir à la longue émerger une pairie assez indépendante pour équilibrer les autres grands pouvoirs. Elle ne fut plus qu'un atout dans le jeu du roi, auquel revenait le droit de nomination. L'Assemblée siégeant au Luxembourg, plus docile que celle de la Restauration, comptait 305 membres en 1848.

—  Guillaume de BERTHIER DE SAUVIGNY

Écrit par :

Classification


Autres références

«  PAIRS DE FRANCE  » est également traité dans :

BICAMÉRISME ou BICAMÉRALISME

  • Écrit par 
  • Raymond FERRETTI
  •  • 5 321 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « De la nomination à l'élection au suffrage indirect »  : […] Pour contrer la Chambre basse ou du moins pour modérer le pouvoir du Parlement, la seconde Chambre doit nécessairement être composée de membres nommés par l'exécutif. C'est cette solution qui est retenue pour les chambres aristocratiques comme la Chambre des lords. Ces derniers sont nommés par le monarque à vie ou à titre héréditaire. La même formule a été utilisée en France sous la Restauration […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bicamerisme-bicameralisme/#i_39521

CONSTITUTIONS FRANÇAISES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Christian HERMANSEN
  •  • 1 668 mots

Constitution de 1791 Adoptée le 3 septembre par l'Assemblée nationale constituante, deux années après la Déclaration de 1789 qui forme son Préambule, suspendue d'application le 10 août 1792, la première Constitution française ne dura pas un an. Essai de monarchie parlementaire, elle exacerbait en fait l'opposition entre exécutif et législatif : initiative des lois réserv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/constitutions-francaises-reperes-chronologiques/#i_39521

RESTAURATION

  • Écrit par 
  • Philippe SUSSEL
  •  • 7 011 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La noblesse »  : […] Plutôt que de la noblesse, il conviendrait de parler des noblesses, d'Ancien Régime et d'Empire, bien que la Charte ait essayé de les fondre en un seul corps. L'institution de la Chambre des pairs semblait devoir donner aux membres les plus distingués de ce groupe un rôle important dans la vie du pays : il n'en fut rien. Faute de pouvoir trouver dans la haute noblesse, malgré de brillantes except […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/restauration/#i_39521

Pour citer l’article

Guillaume de BERTHIER DE SAUVIGNY, « PAIRS DE FRANCE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pairs-de-france/