TCHEBYCHEV PAFNOUTIÏ LVOVITCH (1821-1894)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mécanique

Marquant un goût précoce pour la construction d'engins mécaniques et de modèles réduits, Tchebychev imagina et construisit de ses mains une machine arithmétique que l'on peut voir au Conservatoire des arts et métiers de Paris. Contrairement à ses devancières, cette machine réalise approximativement le saut brusque des chiffres des dizaines, centaines, etc., à la manière d'un taximètre.

Mais deux thèmes ont plus spécialement attiré son attention : la théorie quantitative de l'approximation des fonctions et l'étude des mécanismes destinés à la transmission du mouvement dans les engins à vapeur. La postérité a surtout retenu la première, et le développement de cette branche d'analyse numérique est loin d'être épuisé. Cependant, la filiation entre l'étude des mécanismes (complètement périmée) et la théorie de l'approximation polynomiale est une curiosité injustement méconnue.

La technique de la locomotive exige l'étude de systèmes articulés permettant de transformer un mouvement de va-et-vient rectiligne du piston en un mouvement rotatif uniforme. Faute d'y parvenir exactement, on envisage de les réaliser approximativement. Il s'agit d'étudier des mécanismes articulés, dont les longueurs des barres sont à choisir au mieux, en vue d'aboutir à la meilleure approximation. Dans la douzaine de longs mémoires que Tchebychev consacre à ce genre de problèmes, empruntons l'exemple simple et typique suivant : dans le « trois-barres » de la figure, la longueur AA′ est égale à (AB + BB′ + A′B′)/3 et la longueur de la tige mobile BB′ doit surpasser le quart de celle de AB = A′B′. Dans ces conditions, à mesure que la différence BB′ − AB/4 tend vers 0, la longueur de la portion sensiblement rectiligne de la trajectoire du point M diminue, mais en même temps la rigueur avec laquelle elle représente une ligne droite croît plus rapidement que ne diminue sa longueur.

Mécanisme articulé

Mécanisme articulé

Dessin

Un exemple de mécanisme articulé étudié par Tchebychev 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Le savant russe s'est aussi occupé de la construction de cartes géographiques. Faute de pouvoir représenter une portion de la Terre à une échelle rigoureusement consta [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  TCHEBYCHEV PAFNOUTIÏ LVOVITCH (1821-1894)  » est également traité dans :

FONCTIONS REPRÉSENTATION & APPROXIMATION DES

  • Écrit par 
  • Jean-Louis OVAERT, 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 19 537 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Approximation polynomiale uniforme »  : […] Théorème 3 (théorème de Bernstein-Faber) . Convergence de l'approximation polynomiale trigonométrique uniforme . On prend E =  C ( T ) muni de la norme N ∞ et E n  =  T n . 1. Le processus de Fourier n'est pas stable, car la norme du projecteur p n  : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/representation-et-approximation-des-fonctions/#i_40701

LIAPOUNOV ALEXANDRE MIKHAÏLOVITCH (1857-1918)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 500 mots

Mathématicien et physicien russe, membre de l'Académie des sciences. Après des études à l'université de Saint-Pétersbourg, il est assistant puis professeur à l'université de Kharkov. En 1902, il est nommé professeur à l'université de Saint-Pétersbourg. Élève de P. L. Tchebychev, c'est le représentant le plus remarquable de l'école mathématique fondée par celui-ci. Il a créé une théorie moderne rig […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-mikhailovitch-liapounov/#i_40701

NUMÉRIQUE CALCUL

  • Écrit par 
  • Jean-Louis OVAERT
  •  • 5 702 mots

Dans le chapitre « Interpolation des fonctions »  : […] Comme nous l'avons signalé, l'interpolation linéaire était déjà utilisée par l'école d'Alexandrie. C'est Briggs qui systématisa l'emploi de l'interpolation pour l'établissement des tables de logarithmes et des tables trigonométriques, via le calcul des différences finies. Gregory et Newton étendirent le calcul des différences finies aux fonctions quelconques. Newton distingue le cas des pas con […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calcul-numerique/#i_40701

STOCHASTIQUES PROCESSUS ou PROCESSUS ALÉATOIRES

  • Écrit par 
  • Maurice GIRAULT
  •  • 4 900 mots

Le calcul des probabilités classique s'applique à des épreuves où chaque résultat possible (ou éventualité) est un nombre . Or il existe beaucoup de situations réelles relevant de modèles aléatoires, mais d'une nature plus complexe. Considérons, par exemple, l'évolution d'une rivière : en raison du caractère périodique du phénomène, on peut l'étudier au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stochastiques-processus-aleatoires/#i_40701

Voir aussi

Pour citer l’article

Georges GLAESER, « TCHEBYCHEV PAFNOUTIÏ LVOVITCH - (1821-1894) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pafnoutii-lvovitch-tchebychev/