WARBURG OTTO HEINRICH (1883-1970)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Otto Warburg naquit en 1883 à Fribourg-en-Brisgau dans une famille d'intellectuels érudits. Son père, Emil, professeur de physique à l'université de Berlin, lui fit faire des études de chimie et l'incita à entreprendre des recherches sous la direction d'Emil Fischer. Il obtint aussi un doctorat de médecine et fut trois ans assistant à Heidelberg, dans le service de Ludolf von Krehl. Mobilisé durant la Première Guerre mondiale, il fut blessé sur le front russe. Il revint ensuite faire des recherches à Berlin, dans le laboratoire de thermodynamique de Walter Nernst, puis se consacra, à partir de 1920, à des travaux sur la photosynthèse dans l'institut dirigé par son père.

Dès 1918, il avait été nommé au Kaiser Wilhelm Institut für Biologie de Berlin-Dahlem. C'est dans ce grand institut, situé dans une banlieue verdoyante, très bien équipé, qu'il travaillera toute sa vie, entouré d'une pléiade de chercheurs dont beaucoup devaient devenir célèbres (Meyerhof, Lipman, Ochoa, Lohmann, Krebs, etc.) ; il en prendra la direction en 1951. Warburg était un expérimentateur hors pair. On lui doit notamment la mise au point d'un micromanomètre (le respiromètre) permettant de suivre en continu les échanges gazeux (respiratoires ou photosynthétiques) de tranches de tissus, de suspensions cellulaires ou de cultures bactériennes ; avec cet appareil, les intensités des échanges étaient mesurées volumétriquement, à pression et température constantes. Dans les années 1940-1980, des « appareils de Warburg » (portant des batteries d'une douzaine de manomètres fonctionnant simultanément dans un bain thermostaté) équipaient tous les laboratoires de biologie du monde. Seules les techniques polarographiques ont réussi à remplacer progressivement ces appareils à partir des années 1970. Warburg donna également une impulsion décisive à l'emploi des méthodes spectrophotométriques dans les études biochimiques sur la respiration ou la photosynthèse.

Les intuitions de Warburg, dans son travail expérimental, le m [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages



Écrit par :

  • : professeur honoraire de biologie cellulaire à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification


Autres références

«  WARBURG OTTO HEINRICH (1883-1970)  » est également traité dans :

MALADIES MOLÉCULAIRES

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DREYFUS, 
  • Fanny SCHAPIRA
  •  • 6 771 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Anémie hémolytique par déficience en G-6-PD »  : […] Enzyme du métabolisme du glucose dans les globules rouges, la G-6-PD a été découverte par O. Warburg en 1931. Elle permet la transformation du glucose-6-phosphate en 6-phosphogluconate avec réduction concomitante de la coenzyme nicotinamide-adénine-dinucléotide-phosphate (NADP). Mais c'est seulement en 1957 que fut publiée l'observation fondamentale démontrant le déficit enzymatique, permettant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maladies-moleculaires/#i_24327

RESPIRATION CELLULAIRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 976 mots

1783 A. Lavoisier (1743-1794) compare la respiration d'un cobaye à la combustion d'une bougie. Il conclut que la chaleur animale résulte de la combustion combinant l'oxygène de l'air avec les aliments carbonés transportés par le sang. Comme la matière charbonneuse de la bougie, les aliments, en brûlant dans les poumons, donnent le gaz carbonique exhalé par la respiratio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/respiration-cellulaire-reperes-chronologiques/#i_24327

Pour citer l’article

Paul MAZLIAK, « WARBURG OTTO HEINRICH - (1883-1970) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/otto-heinrich-warburg/