GIBBONS ORLANDO (1583-1625)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Compositeur anglais le plus proche (en son temps) de William Byrd par la diversité de sa production. Gibbons naît à Oxford dans une famille de musiciens qui choisit son prénom en hommage à Lassus. Admis à douze ans dans le chœur de King's College, organiste à la chapelle royale dès 1605, virginaliste privé de Jacques Ier en 1619, organiste de l'abbaye de Westminster en 1623, il meurt prématurément deux ans plus tard à Canterbury, où la cour s'est rendue pour accueillir Henriette de France, épouse du nouveau roi Charles Ier. Anglican convaincu, Gibbons destina toute sa musique d'église au culte réformé ; il excelle aussi bien dans le genre polyphonique du « full anthem » (ainsi son célèbre Hosanna to the Son of David) que dans celui, plus moderne, inspiré du style concertant et faisant appel à des solistes, à un chœur, à un orgue et à des violes, du « verse anthem » (ainsi son extraordinaire This Is the Record of John, sur des versets de l'évangile de Jean). En ce domaine, mais aussi dans celui du madrigal (vingt-cinq pièces à cinq voix parues en 1612), il fut sensible à l'exemple italien. En musique instrumentale, il cultiva avec bonheur le virginal et l'orgue (une cinquantaine de pièces) ; mais c'est surtout sa musique de chambre pour violes qui fait de lui l'égal des plus grands. De ses trente-sept compositions à trois, quatre, cinq ou six voix, certaines, comme les fantaisies à quatre ou le premier « in nomine » à cinq, dépassent même les plus grands chefs-d'œuvre de Byrd. Il a laissé également, avec le madrigal Le Cygne d'argent (The Silver Swan), une des plus belles mélodies de tous les temps.

—  Marc VIGNAL

Écrit par :

Classification


Autres références

«  GIBBONS ORLANDO (1583-1625)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Musique

  • Écrit par 
  • Jacques MICHON
  • , Universalis
  •  • 6 928 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La période élisabéthaine et jacobéenne »  : […] Lorsque Élisabeth monte sur le trône en 1558, la relève des Taverner, Tye et Tallis n'est pas encore amorcée : de ceux qui leur succéderont, seul Byrd, encore adolescent, a déjà conscience de sa vocation. Deux facteurs importants, d'ordre sociologique et culturel, vont marquer la vie et la production musicales de cette ère : d'une part, l'apparitio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-musique/#i_9727

CLAVECIN

  • Écrit par 
  • Josiane BRAN-RICCI, 
  • Robert VEYRON-LACROIX
  •  • 4 760 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Compositeurs »  : […] Au début du xvi e  siècle, il ne semble pas qu'il y ait eu d'artistes possédant une individualité très marquée. Ce sont plutôt des « défricheurs » ; ils écrivent des préludes, des toccatas, des pièces à danser, ils transcrivent, réduisent des œuvres vocales pour un instrument non déterminé. Est-ce l'épinette, le clavicorde, le virginal, l'orgue ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clavecin/#i_9727

Gaillarde «Lord Salisbury», GIBBONS (Orlando)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 404 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] Membre d'une famille illustre de musiciens anglais, Orlando Gibbons occupe, de 1605 à sa mort, le poste prestigieux d'organiste de la chapelle du roi Jacques I er . En 1625, il organise les solennités qui entourent les funérailles de Jacques I er et prépare les festivités organisées pour accueillir Henriette Marie de France, future reine d'Anglete […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaillarde-lord-salisbury-gibbons-orlando/#i_9727

VIRGINALISTES ANGLAIS

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 628 mots

Nom donné à une pléiade de compositeurs dont les œuvres voient le jour entre 1560 et 1620 environ et sont écrites pour virginal ; le terme désigne alors en Angleterre tous les instruments à clavier et à cordes pincées. Ce n'est que plus tard que sera établie la distinction entre harpsichord (clavecin) et virginal (qui deviendra synonyme d'épinette, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/virginalistes-anglais/#i_9727

Pour citer l’article

Marc VIGNAL, « GIBBONS ORLANDO - (1583-1625) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/orlando-gibbons/