ORATOIRE DE JÉSUS ou ORATOIRE DE FRANCE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Société de prêtres fondée au xviie siècle par Bérulle et reconstituée au xixe siècle, notamment par Gratry. Né en 1575, Pierre de Bérulle sent très tôt le besoin d'une congrégation de prêtres, dans le milieu mystique qu'il fréquente à Paris et où il est très écouté (vers 1600) ; il sollicite vainement César de Bus, François de Sales et les Oratoriens italiens, fondés par Philippe Néri. Il semble bien que son projet soit original : en 1611, avec cinq autres prêtres, il fonde l'Oratoire de Jésus, approuvé par Paul V en 1613. Les caractéristiques les plus extérieures de la nouvelle société (refus des bénéfices ecclésiastiques, port de la soutane, application à la récitation de l'office, tout cela permettant néanmoins d'exercer des fonctions séculières) expliquent son succès immédiat en France : l'Oratoire réunit très vite des prêtres de grande qualité, théologiens, exégètes, prédicateurs, philosophes, qui furent mêlés aux crises les plus sérieuses du temps, le jansénisme et le quiétisme. Mais les conflits internes de la congrégation en affaiblirent l'influence : sitôt Bérulle mort, la mise à l'écart de Gibieuf annonçait un durcissement de la pensée du fondateur, qui n'envisageait pas la prise en charge de collèges et de séminaires (la bulle de fondation de Paul V, parlant du rôle de l'Oratoire dans l'éducation des prêtres et de ceux qui aspirent aux ordres sacrés, précise bien qu'il s'agit moins de l'acquisition de la science nécessaire que de son usage) ; le généralat de Condren (1629-1641) voit l'Oratoire s'organiser en rival des Jésuites. Sans doute, le supérieur général Sainte-Marthe (1672-1696) exclut-il de l'Oratoire, en 1685, Quesnel et Duguet, qui refusaient de souscrire au formulaire de 1678 ; il reste que, sous le généralat du père de La Tour (1696-1733), l'Oratoire est, dans sa majorité, très gallican et antiromain. Il ne va guère progresser au xviiie siècle et, lors de sa suppression, en 1790, par l'Assemblée nationale, il n'y aura qu'une soixantaine de pères p [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  ORATOIRE DE JÉSUS ou ORATOIRE DE FRANCE  » est également traité dans :

BÉRULLE PIERRE DE (1575-1629)

  • Écrit par 
  • Jean DELUMEAU
  •  • 1 698 mots

Dans le chapitre « Un homme d'action »  : […] Né dans un milieu parlementaire – son père était conseiller au Parlement de Paris et sa mère, fille de Pierre Séguier, président à mortier – Bérulle avait pour cousine Mme Acarie dont l'hôtel joua « au seuil du xvii e  siècle, le rôle qui devait être plus tard celui du parloir de Port-Royal et du vallon chanté par Racine » (J. Dagens). À l'hôtel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-de-berulle/#i_17290

ÉCOLE FRANÇAISE DE SPIRITUALITÉ

  • Écrit par 
  • Jean-Robert ARMOGATHE
  •  • 788 mots

Il est devenu courant, depuis la parution du tome III de l' Histoire littéraire du sentiment religieux d'Henri Bremond (1925), de parler d'une « école française de spiritualité », aux limites chronologiques et typologiques assez imprécises, mais située au xvii e siècle et dans la mouvance du cardinal de Bérulle et de l'Orat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-francaise-de-spiritualite/#i_17290

GIBIEUF GUILLAUME (1580 env.-1650)

  • Écrit par 
  • Jean-Robert ARMOGATHE
  •  • 179 mots

Oratorien français. Après des études à Paris, Gibieuf entre en 1612 dans la société que Bérulle venait de fonder ; il devient rapidement l'associé étroit du fondateur, qu'il remplace pour gouverner la société pendant ses longues absences en Italie et en Angleterre. À la mort de Bérulle, en 1629, Gibieuf se retrouve à la tête de ceux qui veulent conserver l'esprit séculier de l'Oratoire, contre les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-gibieuf/#i_17290

GRATRY ALPHONSE (1805-1872)

  • Écrit par 
  • Jean-Robert ARMOGATHE
  •  • 434 mots

Oratorien français dont l'influence marqua les milieux catholiques du xix e  siècle. Après une crise d'incroyance, Gratry retrouve la foi à vingt ans ; reçu en 1825 à l'École polytechnique, il abandonne ses études scientifiques pour aller, à Strasbourg, étudier la théologie. Accueilli dans le brillant groupe d'intellectuels catholiques dominé par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alphonse-gratry/#i_17290

MALEBRANCHE NICOLAS (1638-1715)

  • Écrit par 
  • Ginette DREYFUS
  •  • 8 465 mots

Dans le chapitre « Les années de formation »  : […] Nicolas Malebranche fut, selon l'expression heureuse de Voltaire, l'un des plus profonds méditatifs qui aient jamais écrit. Il naquit à Paris un mois avant Louis XIV. Et sa philosophie porte, plus que toute autre, cet « air grand et magnifique » (le mot est d'Arnauld, parlant de Malebranche) qui scelle le règne de ce prince. Il sortait d'une famille de parlementaires. Son père était conseiller du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-malebranche/#i_17290

SIMON RICHARD (1638-1712)

  • Écrit par 
  • Paul AUVRAY
  •  • 1 289 mots

Né à Dieppe, fils d'artisan, Richard Simon fit ses études chez les oratoriens de Dieppe, puis chez les jésuites de Rouen. Après un bref essai au noviciat de l'Oratoire (1658), il poursuivit à la Sorbonne des études de théologie et de langues orientales. Il revint à l'Oratoire en 1662 ; à part le temps de son noviciat et deux séjours à Juilly comme professeur de philosophie (1663-1664 et 1666-1668) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/richard-simon/#i_17290

THOMASSIN LOUIS (1619-1695)

  • Écrit par 
  • Jean-Robert ARMOGATHE
  •  • 344 mots

Théologien français, membre de l'Oratoire. Né à Aix-en-Provence d'une famille de parlementaires bourguignons, Thomassin est l'élève des oratoriens de Marseille. Il entre, à treize ans et demi, dans la congrégation de l'Oratoire, à Aix ; ordonné prêtre en 1643, il occupe divers postes avant d'être appelé, en 1648, à enseigner la théologie à Saumur, où les oratoriens étaient confrontés à une importa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-thomassin/#i_17290

Pour citer l’article

Jean-Robert ARMOGATHE, « ORATOIRE DE JÉSUS ou ORATOIRE DE FRANCE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/oratoire-de-jesus-oratoire-de-france/