NUMIDES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Juba et la fin du royaume numide

Le royaume numide fut divisé en deux parties, confiées à des rois qui furent les dociles vassaux de Rome. L'un d'eux, Juba, qui régnait au milieu du Ier siècle sur la moitié orientale du pays, était l'ennemi personnel de César. Il prit le parti des pompéiens réfugiés en Afrique et joignit ses forces aux leurs. La déroute des républicains d'Afrique après la bataille de Thapsus (46 avant J.-C.) lui fut fatale. Il se suicida pour ne pas tomber aux mains de César, qui annexa son royaume à l'empire de Rome. Dans la partie centrale et occidentale de l'Afrique du Nord, le royaume vassal de Maurétanie devait survivre jusqu'au temps de Caligula.

C'en était fait de l'indépendance numide. Une longue œuvre de romanisation et de mise en valeur commença. Sous Tibère, Tacfarinas souleva la grande tribu numide des Musulames et, par la guérilla, tint tête à l'armée romaine de 17 à 23 après J.-C. Par la suite, la domination romaine ne rencontra pas de graves obstacles en Numidie (alors qu'elle demeura précaire en Maurétanie). La romanisation fut profonde, comme en témoignent les nombreuses ruines de villes romaines trouvées dans le pays. La fidélité au culte punique de Baal-Saturne témoigne cependant du maintien, en Numidie, des traditions religieuses pré-romaines.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  NUMIDES  » est également traité dans :

AFRIQUE ROMAINE

  • Écrit par 
  • Noureddine HARRAZI, 
  • Claude NICOLET
  •  • 9 559 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les étapes de la conquête »  : […] Rome a commencé par avoir, à l'égard de l'Afrique, une attitude plutôt négative. La destruction impitoyable de Carthage mettait fin à une obsession de plus d'un siècle : la crainte de voir aux frontières de l'Italie une puissance maritime et militaire redoutable. Les Carthaginois éliminés, cette hantise allait se prolonger à l'égard de l'allié de la veille, le royaume numide de Massinissa. C'est […] Lire la suite

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA, 
  • Pierre VERMEREN
  •  • 42 226 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « L'influence phénicienne et carthaginoise »  : […] Les Phéniciens fondèrent très tôt – dès les derniers siècles du II e  millénaire avant J.-C. – des établissements commerciaux et des escales qui, après la décadence des cités-mères orientales, furent repris par les Carthaginois. Ceux-ci ne colonisèrent pas l'intérieur du territoire algérien mais multiplièrent les comptoirs portuaires qui conservèrent jusqu'à leur destruction leur nom sémitique : a […] Lire la suite

JUGURTHA (env. 154-104 av. J.-C.) roi des Numides (118-106 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 628 mots

Roi des Numides (118-105), né vers 154 av. J.-C., mort en 104 av. J.-C. à Rome. Jugurtha est le petit-fils illégitime de Massinissa, sous le règne duquel les Numides se sont alliés à Rome, et le neveu du successeur de Masinissa, Micipsa. Face à la popularité grandissante de Jugurtha parmi les Numides, Micipsa l'envoie en 134 av. J.-C. aider le général romain Scipion Émilien lors du siège de Num […] Lire la suite

MASSINISSA ou MASINISA (env. 240-149 av. J.-C.) roi des Numides

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 477 mots

Roi des Numides, né vers 240 avant J.-C., mort en 148 avant J.-C. Fils de Gaïa, roi des Massyles (tribu numide), Massinissa grandit à Carthage, à laquelle son père est allié. Il combat ainsi aux côtés des Carthaginois contre les Romains en Espagne de 211 à 206. Lorsque Scipion vainc les Carthaginois à la bataille d'Ilipa (auj. Alcalá del Río, près de Séville) en 206, Massinissa se range cependa […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude LEPELLEY, « NUMIDES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/numides/