Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

NOUVELLE-ANGLETERRE

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Un « vieux pays », berceau de l’histoire yankee

Jusqu’à l’arrivée des Européens, les effets du peuplement amérindien sont modestes et ponctuels sur les paysages de la région. Les historiens estiment la population autochtone vers 1500 autour de 100 000 personnes. Il s’agit de tribus semi-nomades pratiquant des semis agricoles (maïs, haricots), associés à la chasse et à la cueillette. C’est en 1620 que le Mayfloweret ses « pères pèlerins » en quête de liberté religieuse abordent la baie de Plymouth et fondent la colonie éponyme.

Boston, États-Unis - crédits : Harshil Shah/ Flickr.com ; CC BY-ND 2.0

Boston, États-Unis

Les arrivées successives de colons anglais aboutissent à la création d’un paysage rural qui est la réplique de nombreuses campagnes britanniques. Le bocage, le morcellement du parcellaire, l’habitat groupé, la tradition du village green (la place publique), l’organisation communautaire sur des bases religieuses ainsi que la pratique initiale d’une agriculture vivrière constituent des marqueurs encore visibles de l’influence anglaise. Il en est de même pour l’urbanisation concomitante du développement industriel. Les zones rurales se sont progressivement dépeuplées au bénéfice des bourgs. Au cours du xixe siècle apparaît un réseau urbain hiérarchisé. Ainsi se sont spécialisés en chaîne des centres artisanaux, de petites villes-marchés, des ports, des villes moyennes et, à la tête du réseau, la métropole, Boston.

L’influence historique du protestantisme caractérisée par la pratique du libre examen se manifeste dans l’attachement aux institutions démocratiques locales comme les town meetingsou « assemblées communales ». Elle est aussi évidente dans l’intérêt porté à l’éducation, comme l’indique le développement des écoles et universités, dont la plus prestigieuse, Harvard, créée à Cambridge, aux abords de Boston, en 1636.

L’histoire économique de la Nouvelle-Angleterre en ce qui concerne l’évolution des systèmes productifs est quasi parallèle à celle de l’Angleterre jusqu’au milieu du xxe siècle. Après une période de développement agricole fondée sur la culture des céréales et l’élevage, la région connaît une prospérité maritime grâce à la pêche et au commerce intercontinental. L’industrialisation fondée sur l’exploitation des ressources naturelles renforce l’essor économique. La région devient dès le milieu du xixe siècle l’une des premières ceintures industrielles des États-Unis avec l’industrie du cuir et surtout celle du textile, concentrées dans les milltowns comme Manchester ou Lawrence, installées près des chutes d’eau. Dans les années 1960, le déplacement progressif de ces industries vers le sud du pays pour réduire les coûts de production entraîne un déclin économique et régional.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Christian PIHET. NOUVELLE-ANGLETERRE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 03/03/2020

Médias

États-Unis : carte administrative - crédits : Encyclopædia Universalis France

États-Unis : carte administrative

Nouvelle-Angleterre, États-Unis - crédits : Encyclopædia Universalis France

Nouvelle-Angleterre, États-Unis

Paysage de Nouvelle-Angleterre, États-Unis - crédits : Nikolay Okhitin/ Zoonar.com/ LBRF/ Age Fotostock

Paysage de Nouvelle-Angleterre, États-Unis

Autres références

  • BOSTON

    • Écrit par
    • 1 593 mots
    • 3 médias

    Capitale de l’État du Massachusetts et principale ville de Nouvelle-Angleterre, Boston, avec ses 673 000 habitants en 2016, est au cœur de la dixième agglomération des États-Unis (4,8 millions d’habitants). Elle est également la deuxième agglomération de la mégalopole BosWash (Boston-Washington),...

  • COTTON JOHN (1584-1652)

    • Écrit par
    • 798 mots

    Le pasteur puritain qui allait devenir la plus grande figure de « la Plantation du Seigneur » en Nouvelle-Angleterre est né en 1584. Le mouvement qui milite pour que l'Église d'Angleterre extirpe d'elle-même les « reliques du papisme » et tout ce qui subsiste dans les églises du royaume de la...

  • ELIOT JOHN (1604-1690)

    • Écrit par
    • 137 mots

    Né en Angleterre, ordonné ministre dans l'Église anglicane, John Eliot émigra, en 1631, à Boston. Pasteur de Roxbury (1632), il prêche aux Indiens, dont il étudie les langues, à Nonantum, puis à Natick. Son activité est soutenue par la Société pour la propagation de l'Évangile dans la ...

  • ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Histoire

    • Écrit par , , et
    • 33 218 mots
    • 62 médias
    ...au profit de la Virginia Company of London, débarqua dans l'estuaire de la James River et y fonda la ville de Jamestown. Ce fut le début de la colonie de Virginie. En 1620, un groupe de puritains, embarqués sur la Mayflower, aboutit au cap Cod et établit la première colonie de Nouvelle-Angleterre.
  • Afficher les 15 références