Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

NOMINALISME

Bibliographie

J. Jolivet, Arts du langage et théologie chez Abélard, Vrin, Paris, 1969

J. Laporte, Le Problème de l'abstraction, P.U.F., Paris, 1940

J. Largeault, Enquête sur le nominalisme, Nauwelaerts, Louvain, 1971

J. Miethke, Ockhams Weg zur Sozialphilosophie, Berlin, 1969

C. Panaccio, Les Mots, les concepts et les choses : la sémantique de Guillaume d'Occam et le nominalisme d'aujourd'hui, Vrin, 1991

R. Paqué, Le Statut parisien des nominalistes, trad. de l'all., P.U.F., Paris, 1985

P. Vignaux, « Nominalisme », in Dict. théol. cath., Letouzey et Ané, Paris, 1931 ; Nominalisme au XIVe siècle, Montréal, 1948, Vrin, 1949, réimpr. 1981.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : président de la section sciences religieuses et directeur d'études à l'École pratique des hautes études

Classification

Pour citer cet article

Paul VIGNAUX. NOMINALISME [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ABÉLARD PIERRE (1079-1142)

    • Écrit par Jean JOLIVET
    • 1 335 mots
    • 1 média
    ...dans les sujets singuliers, ou en lesquelles « se rencontreraient » ces sujets : une chose est, par essence, individuelle, distincte de toute autre. L'universalité est le fait d'être prédicat de plusieurs sujets : elle ne peut appartenir qu'aux mots (voces ; dans ses dernières gloses,...
  • ANSELME DE CANTORBÉRY (1033/34-1109)

    • Écrit par Michel-Marie DUFEIL
    • 2 168 mots
    ...la vision qu'on en prend, magnifique définition anselmienne de l'atteinte du vrai, adequatio rei et intellectus, ne se termine pas seulement, contre le nominalisme, en une égalité du mot et du sens de la chose, uocis et sensus, mais dans une proportion de l'action à sa fin. Maître et praticien de la...
  • CONCEPT

    • Écrit par Jean LADRIÈRE
    • 3 826 mots
    Le nominalisme adopte une position diamétralement opposée : il ne reconnaît d'existence à aucune entité abstraite. Sous sa forme la plus extrême, il réduit les « universaux » au statut de simples noms et en fait donc des entités purement linguistiques. De façon positive, le nominalisme est un ...
  • DUNS SCOT JEAN (1266 env.-1308)

    • Écrit par Universalis, Maurice de GANDILLAC
    • 6 224 mots
    ...Ockham écrira que, pour nous, les choses prescrites ne sont bonnes que parce qu'elles sont commandées ; la formule de Scot est exactement inverse. Les nominalistes déclareront que, dans une autre économie, également bonne puisque voulue par Dieu, il n'eût pas été impossible que l'homme fût tenu d'adorer...
  • Afficher les 23 références

Voir aussi