NIHON SHOKI (720)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Rédigée en langue chinoise, la Chronique du Japon (Nihon shoki, 720) comprend trente livres. Les deux premiers concernent les temps mythiques de la création du monde et des îles, ainsi que la naissance des dieux. Comme dans le Kojiki, il s'y mêle à la tradition de la maison impériale, dite du Yamato, des éléments d'une tradition divergente, celle de la province d'Izumo, les deux étant conciliées par des liens de parenté entre les divinités ancestrales. Comme dans le Kojiki encore, l'histoire mythique s'achève avec la naissance de Jimmu-tennō, le premier souverain humain, descendant du Soleil. À la différence du Kojiki, par contre, le Nihon shoki présente parfois des variantes d'un même épisode, précédées de la mention « dans un livre il est dit... », ce qui laisse supposer que les auteurs avaient été en mesure de comparer plusieurs documents rédigés antérieurement, mais qui ont tous disparu depuis. L'influence chinoise est indéniable dans la composition comme dans le style, ce qui donne à penser que des scribes d'origine continentale durent participer à la rédaction. À partir du livre III, la matière, d'abord largement mythique encore, puis prenant un tour de plus en plus historique, est classée par règne et par année. La présentation en est très proche de celle des chroniques chinoises, du Livre des Han en particulier. À partir du livre XVII sont évoquées les relations avec la Corée, dans des passages qui pourraient avoir été empruntés à des chroniques coréennes aujourd'hui disparues. À noter aussi, au livre XIX, un récit circonstancié de l'introduction du bouddhisme sous l'empereur Kimmei, épisode que le Kojiki, qui ignore totalement le bouddhisme, passe sous silence.

On peut se demander quelles étaient les raisons qui avaient amené le gouvernement de Nara à faire rédiger, quelques années seulement après le Kojiki (achevé en 711), une seconde chronique relatant à peu de choses près les mêmes faits, du moins dans les premiers livres. La réponse est très certainement politique : si le Kojiki est avant tout une collation des tr [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales

Classification


Autres références

«  NIHON SHOKI (720)  » est également traité dans :

AMATERASU-Ō-MI-KAMI

  • Écrit par 
  • René SIEFFERT
  •  • 863 mots

Épithète du Soleil dans la mythologie japonaise (R. Sieffert, Les Religions du Japon , Paris, 1968), Amaterasu ō-mi-kami est la « grande auguste divinité qui luit au ciel ». Les chroniques du viii e siècle, Kojiki et Nihon-shoki , en font une divinité féminine, souveraine de la Pl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amaterasu-o-mi-kami/#i_24485

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme japonais

  • Écrit par 
  • Jean-Noël ROBERT
  •  • 13 527 mots

Dans le chapitre « Les premiers pas »  : […] En dehors des documents archéologiques, la source principale pour notre connaissance de la première période du bouddhisme au Japon demeure le Nihon shoki ou « Annales du Japon », ouvrage historique achevé en 720 où l'on trouve nombre de renseignements concernant, entre autres, l'histoire religieuse jusqu'en 697. Son caractère officiel explique qu'y soient surtout rapportés l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-les-grandes-traditions-bouddhisme-japonais/#i_24485

DÉBUT DU DHARMA AU JAPON

  • Écrit par 
  • François MACÉ
  •  • 218 mots

L'arrivée officielle du bouddhisme au Japon aurait eu lieu en 552, selon le Nihon shoki , première histoire officielle du Japon. Une autre source, le Gankōji engi , donne la date de 538. Cette arrivée correspondrait à l'envoi, par le roi Syöng-Myöng du royaume coréen de Paekche, d'une statue du Bouddha et de sutras, à l'empereur du Japon, Kinmei. Le boud […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/debut-du-dharma-au-japon/#i_24485

JAPON (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques ORIGAS, 
  • Cécile SAKAI, 
  • René SIEFFERT
  •  • 20 416 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les compilations du VIIIe siècle »  : […] Des siècles durant, le chinois sera pour les Japonais la langue juridique et religieuse, la seule digne d'être écrite, du moins jusqu'au viii e  siècle. De cette première période, très peu de textes nous sont parvenus. Les plus importants sont les écrits du prince Shōtoku-taishi (572-621) qui, gouvernant au nom de sa tante l'impératrice Suiko, f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-arts-et-culture-la-litterature/#i_24485

PRÉSENTATION DU KOJIKI À LA COUR

  • Écrit par 
  • François MACÉ
  •  • 191 mots

Selon sa Préface, le Kojiki (Récit des temps anciens) fut offert en 712 à l'impératrice Gemmyō (661-721). Il rapporte les événements fondateurs du Japon et de sa dynastie depuis le temps des dieux dans un récit continu fortement marqué par la pensée mythique. Rédigé en parallèle avec le Nihon shoki (achevé en 720), il ne fera l'objet d'aucun commentair […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/presentation-du-kojiki/#i_24485

Pour citer l’article

René SIEFFERT, « NIHON SHOKI (720) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nihon-shoki/