CEAUṢESCU NICOLAE (1918-1989)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Scornicesti (département de l'Olt) dans une famille de paysans, Nicolae Ceauşescu devient apprenti cordonnier à Bucarest et milite bientôt dans un comité antifasciste. En 1933, il est arrêté pour avoir incité à la grève. Cette même année, il adhère à l'Union de la jeunesse communiste et devient secrétaire des comités régionaux de ce mouvement à Prahova et Doltana puis à Olt. À nouveau incarcéré à Braṣov et à Doltana, il passe toute la période de la guerre en prison et au camp de Tirgu-Jiu.

Nicolae Ceausescu, 1979

Photographie : Nicolae Ceausescu, 1979

Le dictateur roumain Nicolae Ceausescu (1918-1989) ouvre une session du XIIe congrès du Parti communiste roumain. 

Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Après sa libération, en août 1944, il est nommé secrétaire de l'Union de la jeunesse communiste et, en octobre 1945, membre suppléant du comité central du parti. Il exerce alors des responsabilités dans l'appareil régional du Parti communiste. En 1948, il est nommé ministre adjoint de l'Agriculture et, de 1950 à 1954, chef de la direction politique de l'armée, avec le titre de vice-ministre de la Défense et le grade de général.

Membre titulaire du comité central depuis 1952, il en devient le secrétaire en 1954 et, en 1955, membre du bureau politique. Il accède donc à la direction suprême après la mort de Staline sans prendre une part active aux épurations qui, en Roumanie comme dans les autres pays d'Europe orientale, ont frappé le parti. Lorsque meurt le premier secrétaire Gheorghiu-Dej (mars 1965), dont il était le plus proche collaborateur, il lui succède tout naturellement.

Ceauşescu reprend à son compte et développe avec quelque éclat la politique d'indépendance lancée par son prédécesseur. À maintes reprises, il proclame que tout État a pour devoir essentiel de maintenir la souveraineté nationale. Il s'oppose aux réformes de structure préparées dans le cadre du Comecon et du pacte de Varsovie, ce qui lui vaut quelques ennuis avec ses alliés. Pour mieux résister aux pressions, il cherche et obtient des appuis en Yougoslavie, en Occident et aussi en Chine. Alors que les autres membres du pacte de Varsovie interviennent en Tchécoslovaquie, Nicolae Ceauşescu condamne énergiquement cette opération.

En novembre 1978, il refuse de se plier au renforcement de l'intégration militaire demandé par Moscou. La même recherche d'indépendance apparaît dans le domaine de l'énergie, bien que la Roumanie doive s'approvisionner auprès de l'U.R.S.S. pour une part de son pétrole.

En revanche, sa politique intérieure est peu novatrice et ne se distingue guère de celles des autres partis communistes d'Europe centrale. Il instaure le cumul des responsabilités à tous les échelons dans l'appareil du parti et de l'administration, ce qui renforce le pouvoir de contrôle du premier. Lui-même se fait nommer en décembre 1967 président du Conseil d'État, c'est-à-dire chef d'État, puis crée en 1974 une présidence de la République à son profit. Tout en demeurant secrétaire général du parti, il est président du Front de l'unité socialiste, président du conseil de la Défense créé en mars 1969 (à ce titre il est commandant suprême) et président du Conseil suprême pour le développement économique et social institué en 1973. Sa femme Elena appartient au cabinet depuis juin 1979 et est le véritable numéro deux du régime.

Malgré les changements qui se dessinent à l'Est à partir de 1985 (arrivée au pouvoir de Mikhaïl Gorbatchev en U.R.S.S.), le Conducator reste figé sur ses positions staliniennes. En avril 1989, au prix d'une terrible crise économique, Ceauşescu solde la dette extérieure roumaine.

Réélu triomphalement secrétaire général du parti pour un sixième mandat en novembre 1989, il s'enfuit en décembre sous la pression de la rue ; le 25, il est jugé et exécuté avec sa femme.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CEAUSESCU NICOLAE (1918-1989)  » est également traité dans :

DÉMOCRATIES POPULAIRES

  • Écrit par 
  • Michel LESAGE, 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 8 421 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Roumanie »  : […] Nicolae Ceauşescu, secrétaire général du Parti communiste roumain depuis 1965 et président de la République depuis 1974, favorablement considéré à l'Ouest pour son opposition à la politique étrangère soviétique depuis 1968, perdait ce capital de sympathie à cause de sa mégalomanie. Il fut réélu à l'unanimité à la tête du parti à la fin de novembre 1989. Après une manifestation d'hostilité à Timişo […] Lire la suite

ILIESCU ION (1930- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 366 mots

Homme politique roumain, président de la République de 1990 à 1996, puis de 2000 à 2004. Ion Iliescu, né le 3 mars 1930 à Olteniţa (au sud de Bucarest), est titulaire d'un diplôme de commerce de l'Institut polytechnique de Bucarest, puis suit des études d'ingénieur à Moscou. En 1953, il entre au Parti communiste où il occupe des fonctions de plus en plus importantes au cours de la décennie suivant […] Lire la suite

ROUMANIE

  • Écrit par 
  • Mihai BERZA, 
  • Catherine DURANDIN, 
  • Alain GUILLERMOU, 
  • Gustav INEICHEN, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Philippe LOUBIÈRE, 
  • Robert PHILIPPOT, 
  • Valentin VIVIER
  •  • 34 954 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « La maîtrise d'une ascension »  : […] Le camarade Nicolae Ceauşescu est choisi lors de la séance plénière du comité central du 22 mars 1965. À l'époque, on sait peu de chose du personnage. L'histoire de Nicolae Ceauşescu sera peu à peu érigée en geste héroïque et recomposée selon un culte de la personnalité. L'homme est né à Scorniceşti, dans le département de l'Olt, en 1918, dans un milieu de paysans pauvres ; il quitte sa commune n […] Lire la suite

Les derniers événements

10 décembre 2000 Roumanie. Élection de Ion Iliescu à la présidence de la République

Nicolae Ceausescu et en tant que président de 1990 à 1996. Le taux de participation est d'environ 50 p. 100. Corneliu Vadim Tudor dénonce la fraude électorale.  […] Lire la suite

9-23 février 1992 Roumanie. Fort recul du Front de salut national aux élections municipales

Nicolae Ceauşescu en décembre 1989. La Convention démocratique, fragile coalition de quatorze partis de l'opposition anticommuniste, arrive en tête dans la plupart des grandes villes, notamment à Timišoara, troisième agglomération du pays et berceau de la révolution de décembre 1989, où elle remporte la majorité absolue. Le 23, les résultats du second […] Lire la suite

18-19 avril 1991 France – Roumanie. Visite officielle du président François Mitterrand en Roumanie

Nicolae Ceauşescu, en décembre 1989. Le président de la République française, tout en évitant de s'ingérer dans les affaires intérieures d'un État traditionnellement francophile, insiste auprès de l'équipe en place depuis les élections du 20 mai 1990 sur les exigences de la démocratie, sans pour autant sembler cautionner les dirigeants ni décourager […] Lire la suite

20-25 mai 1990 Roumanie. Victoire de Ion Iliescu et du Front de salut national aux élections

Nicolae Ceausescu en 1971, est élu président de la République par 85,07 p. 100 des suffrages, contre 10,64 p. 100 à Radu Campeanu et 4,29 p. 100 à Ion Ratiu. Aux législatives, le F.S.N., avec 66,31 p. 100 des voix, obtient deux cent trente-trois sièges de députés, et quatre-vingt-douze de sénateurs, écrasant ainsi les partis « historiques », Parti  […] Lire la suite

20 mars 1990 Roumanie. Violents affrontements ethniques en Transylvanie

Nicolae Ceauşescu avait fait passer au second plan.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard FÉRON, « CEAUṢESCU NICOLAE - (1918-1989) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolae-ceausescu/