NAZARÉENS, religion

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les auteurs du Nouveau Testament appellent Jésus soit le « Nazôréen » (nazôraios ; cf. Matth., ii, 23 : « On l'appellera Nazôréen »), soit le « Nazaréen » (nazarênos) : ces deux formes ont la même signification et sont dérivées de Nazareth, le village d'où, selon la tradition des Évangiles, Jésus était issu. Cependant — l'adjectif « nazôréen » en effet ne vient pas forcément de Nazareth —, il est possible qu'il y ait eu des croisées ou confusions étymologiques, au sein de l'Église primitive, entre « Nazareth » ou « nazaréen » et l'hébreu néser (« branche », « rejeton » : Is., xi ; ce terme est employé à plusieurs reprises dans les Hymnes de Qumrān pour symboliser la communauté de la Nouvelle Alliance : vii, 19, etc.) ou même nazîr (en grec : naziraios ; ce terme, qui signifie « séparé », « consacré », désigne l'homme qui était lié à Dieu par une promesse particulière — tel Samson dans Juges, xiii — et qui devait s'abstenir de plusieurs choses, touchant par exemple à l'alimentation ou au vêtement), voire nasôrayya (« mainteneurs », « fidèles » ; la secte gnostique des mandéens, dans ses Écritures rédigées dans un dialecte araméen oriental, se nommait indistinctement mandayya ou nasôrayya ; l'hérésiologue du ive s., Épiphane, mentionne les nazaréens dans sa liste des sectes juives préchrétiennes). Ce dernier nom fut peut-être donné aux disciples de Jean-Baptiste.

Dans le livre des Actes (xxiv, 5), l'apôtre Paul est accusé d'être un meneur du parti des nazaréens. Cette appellation de nazaréens — tombée en désuétude lorsque christianos (« chrétien »), terme utilisé pour la première fois, d'après le livre des Actes (xi, 26), à l'endroit des disciples de Jésus, à Antioche, s'imposa — désigne les sectateurs de Jésus de Nazareth. Il semble que les nazaréens aient été d'abord les judéo-chrétiens de la communauté jérusalémite dont Jacques était le chef. Au fur et à mesure que l'Église évolua et s'ouvrit aux personnes et à la culture du monde gréco-romain, ils ont été sans doute relégués au rang d'une secte judéo-chrétienne, fixée dans les positions doctrinales et éthiques de l'observance mosaïque traditionnelle.

—  André PAUL

Écrit par :

Classification


Autres références

«  NAZARÉENS, religion  » est également traité dans :

MANDÉISME

  • Écrit par 
  • Jean HADOT
  •  • 1 842 mots

Dans le chapitre « Textes et doctrines »  : […] mandéens se désignent eux-mêmes d'un autre nom, celui de nasoraia («  nazaréens »), qui évoque la secte judéo-chrétienne des nazaréens aux premiers siècles du christianisme et qu'il faut traduire par « observants ». Un troisième nom leur est attribué, celui de sabaya (« baptistes »), qui souligne l'importance prise dans cette […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mandeisme/#i_36811

Pour citer l’article

André PAUL, « NAZARÉENS, religion », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 septembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nazareens-religion/