HAWTHORNE NATHANIEL (1804-1864)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le mythe féminin

Bien qu'appartenant à la première génération des romanciers américains, Hawthorne va d'emblée plus loin que James, que Faulkner, qu'O'Neill ou qu'Albee dans la peinture de la femme. À une époque où les féministes faisaient déjà beaucoup parler d'elles, il n'était pas sans remarquer que la prétendue émancipation de la femme n'était que négative. Même s'il n'a pas su en tirer jusqu'au bout les conclusions – ce qui serait plutôt la tâche d'un philosophe ou d'un sociologue –, il a été le seul de son temps à dépeindre avec force le drame de la femme moderne en Amérique et la rivalité entre la psyché masculine et la psyché féminine qui en est inséparable. Dans Valjoie (The Blithedale Romance, 1852), nous voyons en Priscilla le type de féminité que « l'homme a passé des siècles à parfaire », faible, désarmée, implorant la protection masculine, contrastant avec la statuesque Zenobia, la femme nouvelle qui, malgré son indépendance, n'est pas heureuse. Quant à la Miriam du Faune de marbre (The Marble Faun, 1860), elle voit dans le père, l'époux et l'amant l'ennemi héréditaire, tout comme une héroïne de Strindberg. Mais Hester seule incarne la féminité telle que Hawthorne la concevait. C'est dans La Lettre écarlate qu'il laisse éclater, en dépit de ses réticences puritaines et en accord avec ses désirs secrets, la révolte féminine. Hester Prynne revendique le droit de préférer à un vieux mari un jeune amant, le droit d'aimer, de vivre, de se cultiver pleinement, de penser et d'agir comme un homme. Hawthorne a bel et bien tracé le portrait de la femme capable de sauver l'homme qui oserait l'aimer sans arrière-pensée et l'aider à devenir elle-même, et cela, paradoxalement, à l'encontre de toutes ses idées antiféministes. Car son idéal féminin secret était, ô scandale ! aussi éloigné de celui qui s'illustre dans les ligues de tempérance que son roman pouvait l'être du roman victorien. C'est pourquoi La Lettre écarlate peut encore être un livre explosif.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : professeur de littérature américaine à la faculté des lettres de Clermont-Ferrand

Classification

Autres références

«  HAWTHORNE NATHANIEL (1804-1864)  » est également traité dans :

LA LETTRE ÉCARLATE, Nathaniel Hawthorne - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel FABRE
  •  • 1 058 mots
  •  • 1 média

Les expériences et les tendances contradictoires de Nathaniel Hawthorne (1804-1864), écrivain qui est peut-être le plus représentatif des États-Unis du xixe siècle, convergent dans La Lettre écarlate, son meilleur roman, publié en 1850, et que […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Marc CHÉNETIER, 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yves-Charles GRANDJEAT, 
  • Jean-Pierre MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉTILLON, 
  • Bernard POLI, 
  • Claudine RAYNAUD, 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 40 198 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Le déraciné »  : […] Pendant longtemps, en effet, l'un des grands thèmes a été celui de l'enracinement et du déracinement, les deux faces d'un même problème. Hawthorne ou Cooper fouillent les origines de l'histoire nationale. D'autres, en revanche, se contentent du présent et, comme Whitman ou Twain, ils puisent dans l'expansion géographique et l'immensité du continent leur sentiment national. De même Faulkner crée s […] Lire la suite

JAMES HENRY (1843-1916)

  • Écrit par 
  • Diane de MARGERIE
  •  • 2 125 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le regard »  : […] Dès l'abord, que ce soit dans ses vingt romans, dans ses nouvelles, qui dépassent la centaine, dans ses trois volumes autobiographiques ou même dans ses textes de réflexion critique, cette œuvre frappe par l'importance du regard. Pour James, en effet, voir c'est connaître, et connaître c'est posséder. Mais ce privilège est réservé à ceux de ses personnages qui acceptent de renoncer aux succès faci […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean NORMAND, « HAWTHORNE NATHANIEL - (1804-1864) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/nathaniel-hawthorne/