HAWTHORNE NATHANIEL (1804-1864)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le cinéma de la conscience

L'œuvre de Hawthorne serait aujourd'hui caduque si elle relevait uniquement de l'absolutisme symbolique et de la moralité puritaine. Par bonheur, Hawthorne possédait l'imagination du mouvement qui défait les sortilèges de l'allégoriste au toucher pétrifiant, les maléfices de la Méduse puritaine qui fige les images de la conscience. Le jeu de l'ombre et de la lumière demeure pour l'artiste le plus fascinant spectacle et favorise l'ambiguïté grâce à laquelle la rigidité morale fait place à la complexité psychologique. Hawthorne l'écrivain a été sauvé par le plaisir – coupable assurément – qu'il prenait à regarder son cinéma intérieur. Il a passé sa vie « à l'écart de la vie », à inventer de grandes figures dramatiques projetées sur l'écran de son esprit par « la lanterne magique de la fantaisie », à évoquer les monstres qui foisonnaient en son esprit aussi « hanté » que le fut celui de Poe ou de Malcolm Lowry. Au nombre de ses « chimères », rappelons encore la femme inquiétante, envoûtante, l'enfant sorcière portant en elle la femme future – la Némésis dont parle D. H. Lawrence –, l'inquisiteur tantôt masculin, tantôt féminin, bourreau qu'il avait besoin d'imaginer penché sur lui, sa victime, et à qui il s'identifiait pour éprouver des sensations propres à réveiller l'énergie créatrice. À certains égards, la ressemblance entre Nathaniel Hawthorne et Baudelaire est frappante. Frappante aussi la similitude de l'obsession hawthornienne et de l'obsession faulknérienne du passé qui impliquent, dans l'un et l'autre cas, une projection cinématographique des images. La scène du pilori, en plein midi, est un extraordinaire gros plan que n'eussent désavoué ni Griffith ni Bergman. La scène du pilori nocturne est un négatif qui n'a guère d'équivalent à l'écran, ni dans aucune littérature. Une image où seul compte le toucher ; une image tactile et d'une force dramatique bouleversante. On peut affirmer que le style de Hawthorne procède directement de sa vision cinématographique, des fantasmagories qui naquirent en lui. Son style apparent – sa rhétorique, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : professeur de littérature américaine à la faculté des lettres de Clermont-Ferrand

Classification


Autres références

«  HAWTHORNE NATHANIEL (1804-1864)  » est également traité dans :

LA LETTRE ÉCARLATE, Nathaniel Hawthorne - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel FABRE
  •  • 1 058 mots
  •  • 1 média

Les expériences et les tendances contradictoires de Nathaniel Hawthorne (1804-1864), écrivain qui est peut-être le plus représentatif des États-Unis du xixe siècle, convergent dans La Lettre écarlate, son meilleur roman, publié en 1850, et que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-lettre-ecarlate/#i_2617

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Marc CHÉNETIER, 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yves-Charles GRANDJEAT, 
  • Jean-Pierre MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉTILLON, 
  • Bernard POLI, 
  • Claudine RAYNAUD, 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 40 197 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Le déraciné »  : […] Pendant longtemps, en effet, l'un des grands thèmes a été celui de l'enracinement et du déracinement, les deux faces d'un même problème. Hawthorne ou Cooper fouillent les origines de l'histoire nationale. D'autres, en revanche, se contentent du présent et, comme Whitman ou Twain, ils puisent dans l'expansion géographique et l'immensité du continent leur sentiment national. De même Faulkner crée s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-la-litterature/#i_2617

JAMES HENRY (1843-1916)

  • Écrit par 
  • Diane de MARGERIE
  •  • 2 125 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le regard »  : […] Dès l'abord, que ce soit dans ses vingt romans, dans ses nouvelles, qui dépassent la centaine, dans ses trois volumes autobiographiques ou même dans ses textes de réflexion critique, cette œuvre frappe par l'importance du regard. Pour James, en effet, voir c'est connaître, et connaître c'est posséder. Mais ce privilège est réservé à ceux de ses personnages qui acceptent de renoncer aux succès faci […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henry-james/#i_2617

Pour citer l’article

Jean NORMAND, « HAWTHORNE NATHANIEL - (1804-1864) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nathaniel-hawthorne/