COMANECI NADIA (1961- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un parcours tourmenté

Nadia Comaneci est de nouveau championne d'Europe du concours général en 1977 et en 1978, championne du monde à la poutre en 1978, championne du monde par équipes en 1979.

Quand elle se présente aux jeux Olympiques de Moscou en 1980, la « Petite Fée de Montréal » est devenue une élégante jeune femme : elle a grandi de 10 centimètres depuis 1976, et a pris quelques kilos ; si elle a perdu de son effervescence et de son dynamisme, elle compense ce handicap par une élégante féminité. Cependant, à Moscou, il ne saurait être question de ne pas voir triompher une Soviétique. Malgré une chute aux barres asymétriques, elle peut encore prétendre à la médaille d'or du concours général avant le dernier exercice, le passage à la poutre, son meilleur agrès : pour obtenir le titre, il lui faut une note de 9,95. Malgré une prestation parfaite et spectaculaire (quatre sauts périlleux et une triple vrille en sortie), le jury, semble-t-il aux ordres de Iouri Titov, le tout-puissant président soviétique de la Fédération internationale de gymnastique, ne la crédite, après moult hésitations, que de 9,85. Nadia est médaillée de bronze, derrière deux Soviétiques, Elena Davidova et Natalia Schaposhnikova. Deux médailles d'or (à la poutre et au sol) ne la consoleront pas de cet échec.

Nadia Comaneci met un terme à sa carrière l'année suivante. Mais, à vingt ans, elle n'est pas prête à affronter sa vie de femme, à se lancer dans la vie. Béla Károlyi, qui s'est installé aux États-Unis pour faire de la gymnastique une lucrative industrie, a abandonné son « jouet ». Nadia se refuse à Nicu Ceau̧sescu, le détestable fils cadet du Conducator. Sa vie en Roumanie devient un enfer ; la Securitate la surveille en permanence. On lui accorde certes un visa pour accompagner la délégation roumaine à Los Angeles lors des Jeux de 1984, mais la police secrète roumaine la suit pas à pas en Californie.

Nadia, qui a goûté à la liberté et au mode de vie occidental au cours de sa carrière, étouffe dans la Roumanie des Ceau̧sescu : alors qu'elle aspire à la liberté, tout déplacement à l'étrange [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages






Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification


Autres références

«  COMANECI NADIA (1961- )  » est également traité dans :

GUERRE FROIDE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 551 mots

Dans le chapitre « Le sport, un enjeu de la guerre froide »  : […] Moyen d’expression de la fierté nationale, le sport est un enjeu important dans la course au prestige engagée par les deux Grands. Cette rivalité se traduit essentiellement par l’affrontement entre des figures sportives emblématiques de chaque camp. Elle existe dans un sport aussi populaire que le football, comme lors de la Coupe du monde de 1954, avec la finale entre la République fédérale d’Alle […] Lire la suite

JEUX OLYMPIQUES - Les dissensions au sein du bloc de l'Est et les Jeux

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 1 790 mots
  •  • 1 média

Quand débutent les compétitions olympiques à Melbourne, la Hongrie est à feu et à sang. Le pays souhaite se libérer du joug stalinien, un vaste mouvement populaire prend forme en octobre 1956, de grandes manifestations s'organisent, les travailleurs créent des conseils ouvriers et prennent la direction des usines. Imre Nagy, entraîné par ce mouvement populaire, constitue un gouvernement dans lequ […] Lire la suite

MONTRÉAL (JEUX OLYMPIQUES DE) [1976] - Chronologie

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 3 406 mots

Dans le chapitre « 19 juillet »  : […] Kornelia Ender ne laisse planer aucun doute dans le 100 mètres nage libre : une demi-longueur d'avance grâce à son départ exceptionnel, les 50 mètres atteints en 27,10 s ; record du monde (55,65 s) à l'arrivée, sa dauphine est reléguée à près d'une seconde. L'Américain John Naber, bonnet rouge, démarche chaloupée, salue avec décontraction ses compatriotes présents dans les gradins avant le départ […] Lire la suite

MONTRÉAL (JEUX OLYMPIQUES DE) [1976] - Contexte, organisation, bilan

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 3 246 mots

Le 12 mai 1970, lors de sa soixante-neuvième session tenue à Amsterdam, le C.I.O. choisit, au second tour de scrutin, par quarante et une voix contre vingt-huit en faveur de Moscou, Montréal pour organiser en 1976 les XVIII es  jeux Olympiques d'été. La capitale de l'U.R.S.S. était en tête au premier tour, mais la solidarité nord-américaine a joué : les dix-sept membres du C.I.O. qui avaient voté […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « COMANECI NADIA (1961- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nadia-comaneci/