MOOSE ou MOSSI

Les Moose (sing. Mooga ou Moaga) ou Mossi sont les habitants d'une région du Burkina Faso appelée Moogo, qui a une superficie de 63 500 kilomètres carrés et correspond au bassin de la Volta Blanche. Au nombre approximatif de 4 700 000 en 1993, les Moose représentent environ la moitié de la population burkinabé ; on estime qu'il y en a un demi-million à l'extérieur du Burkina Faso, principalement en Côte-d'Ivoire et au Ghana. Pays essentiellement rural, le Moogo compte quatre centres urbains : Ouagadougou (Wogodogo), capitale du Burkina Faso (442 000 hab., d'après les chiffres de 1985), Koudougou (52 000), Ouahigouya (39 000) et Kaya (26 000). Les Moose parlent le moore, langue du groupe linguistique « voltaïque » ou « gur ». Vers 1970, on considérait encore que 75 p. 100 des Moose demeuraient fidèles à leur religion traditionnelle, la proportion des musulmans avoisinant 20 p. 100, celle des chrétiens (catholiques) atteignant 5 p. 100, ce qui n'empêchait pas ces derniers d'occuper une place prépondérante dans l'administration et l'armée ; il semble, en fait, qu'au cours de la décennie soixante-dix, l'islam soit devenu la première religion des Moose.

Masque moose ou mossi

Masque moose ou mossi

photographie

Masque prolongé vers le haut par une longue planche polychrome, Burkina Faso. British Museum, Londres. 

Crédits : The Bridgeman Art Library/ Getty

Afficher

Le Moogo est d'abord une région historique. C'est le territoire dominé politiquement par les Moose, cet ethnonyme étant entendu en son sens strict : les Moose sont les descendants des conquérants venus du Sud qui, dans la seconde moitié du xve siècle, ont imposé leur pouvoir – de type monarchique – à des populations autochtones d'agriculteurs sédentaires sans organisation politique centralisée.

L'histoire du Moogo

On a longtemps considéré que les Moose du bassin de la Volta Blanche se confondaient avec des cavaliers pillards apparus à partir du xiiie siècle dans l'intérieur de la boucle du Niger et désignés sous le nom de « Mosi » dans deux chroniques de Tombouctou en langue arabe : le Tarikh el-fettach (xvie et xviie s.) et le Tarikh es-Soudan (


pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  MOOSE ou MOSSI  » est également traité dans :

AFRIQUE (Histoire) - De l'entrée dans l'histoire à la période contemporaine

  • Écrit par 
  • Hubert DESCHAMPS, 
  • Jean DEVISSE, 
  • Henri MÉDARD
  •  • 9 666 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les Portugais »  : […] de Ségou, les Bambara, mandéphones, créent un écran entre les zones productrices d'or et les Arma. Dans la boucle du Niger, la puissance des royaumes moose (mossi) et l'accord que ceux-ci passent avec leurs propres commerçants, moréphones, les Yarsé, convertis à l'islam, bloquent également la pénétration directe des « Marocains » vers le sud […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-histoire-de-l-entree-dans-l-histoire-a-la-periode-contemporaine/#i_12240

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean DERIVE, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Michel LABAN
  •  • 16 573 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Délimitation d'un champ littéraire en oralité »  : […] Parfois ce sont des déterminations conventionnelles affectant le terme « parole », « discours » qui remplissent cette fonction discriminante. Ainsi la distinction faite par les Mossi (Burkina Faso) entre des gomd pagdo (paroles à coque), qui désignent les discours de tradition orale, et les gomd faato (paroles peu consistantes), qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-noire-culture-et-societe-litteratures/#i_12240

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Religions

  • Écrit par 
  • Marc PIAULT
  •  • 9 611 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Prêtres et rois sacrés »  : […] dont la puissance est légitimée par leur relation avec la nature : le souverain des Mossi, de Ouagadougou, au Burkina Faso, le moro-naba, est lui aussi lié au soleil et ses pieds brûleraient le sol s'ils le touchaient. Du simple officiant qui offre les sacrifices sur l'autel familial jusqu'au prêtre investi des pouvoirs du dieu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-noire-culture-et-societe-religions/#i_12240

BURKINA FASO

  • Écrit par 
  • Michel IZARD, 
  • René OTAYEK, 
  • Jean-Fabien STECK
  •  • 7 347 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les royaumes moose »  : […] nord du Ghana actuel et y établit progressivement sa domination : de cette conquête sont nés les royaumes mamprusi, dagomba et nanumba. C'est vers la fin du xve siècle que sont apparues les premières formations politiques moose dans le sud du bassin de la Volta Blanche. À l'origine de leur histoire, les Moose placent un héros fondateur, Naaba […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/burkina-faso/#i_12240

FAMILLE - Les sociétés humaines et la famille

  • Écrit par 
  • Françoise HÉRITIER
  •  • 7 468 mots

des coépouses sans que chacune cherche à se préoccuper plus particulièrement des siens (Lévi-Strauss, 1956). Chez les Mossi du Burkina Faso (R. Pageard), les grandes familles polygynes procèdent, après le sevrage, à une répartition des enfants entre les différentes coépouses. Celles qui sont stériles ou qui ont perdu leurs enfants ont ainsi à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/famille-les-societes-humaines-et-la-famille/#i_12240

MORT - Les sociétés devant la mort

  • Écrit par 
  • Louis-Vincent THOMAS
  •  • 8 192 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les attitudes symboliques »  : […] D'autres comportements visent le même but. Il arrive, en effet, notamment chez les Mossi (Burkina Faso), qu'un parent de la personne décédée, une femme de préférence, revête les oripeaux du mort, imite ses gestes, sa manière de parler, ses disgrâces physiques, porte éventuellement sa canne ou sa lance ; les enfants du défunt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mort-les-societes-devant-la-mort/#i_12240

NAISSANCE, anthropologie

  • Écrit par 
  • Nicole BELMONT, 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 4 652 mots

Dans le chapitre « Les conceptions de l'hérédité »  : […] de la stérilité féminine ou de la mort de l'enfant. Chez les Mossi (Burkina Faso), qui ont un système patrilinéaire, un ancêtre paternel ou une ancêtre alliée (mais qui a donné des enfants au lignage) fournit au nouveau-né une parcelle de l'instance non périssable de sa propre personne ; cette parcelle devient, lors de la naissance, un élément […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/naissance-anthropologie/#i_12240

OUAGADOUGOU ROYAUME DE

  • Écrit par 
  • Alfred FIERRO
  •  • 392 mots

Les Mossi ont été à l'origine de plusieurs royaumes importants. Les royaumes Gourmantché, du Yatenga et de Ouagadougou sont ceux qui ont eu le plus grand rôle historique. Le royaume de Ouagadougou, situé dans l'actuel Burkina Faso, semble avoir été fondé vers 1220 par Oubri. Son histoire est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-de-ouagadougou/#i_12240

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel IZARD, « MOOSE ou MOSSI », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/moose-mossi/