MONUMENT RECORDS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les neuf titres de Roy Orbison enregistrés chez Monument Records et qui ont caracolé dans les dix premières places des ventes aux États-Unis – de Only the Lonely, en 1960, à Oh, Pretty Woman, en 1964 – ont fait de lui l'un des plus grands artistes à succès de son époque. Pourtant, ses qualités avaient complètement échappé à trois des producteurs les plus accomplis du moment : Norman Petty, propriétaire d'un célèbre studio d'enregistrement à Clovis, au Nouveau-Mexique, Sam Phillips, fondateur de Sun Records, à Memphis (Tennessee), et Chet Atkins, figure emblématique du Nashville sound. La rencontre entre le chanteur et Fred Foster sera décisive : Roy Orbison trouve en lui un complice qui saura mettre en valeur son extraordinaire talent.

Fred Foster a fondé Monument Records en 1958 à Washington (D.C.), avant de s'installer en 1960 à Nashville (Tennessee). Il recrute ses premiers artistes parmi les jeunes espoirs qui apparaissent sur des chaînes de télévision locales et qui n'ont pas encore signé de contrat avec un label. L'un d'entre eux, Billy Grammer, propulsera Monument Records parmi les cinq meilleures ventes des États-Unis dès son premier titre, Gotta Travel On (1958), métissage de folk et de pop. Avec d'autres auteurs comme Bill Dees ou Joe Melson, Roy Orbison écrit une série de ballades particulièrement sombres qui sondent les profondeurs de la détresse de l'adolescence. Faisant fi des habitudes locales, Fred Foster accompagne le chant plaintif de Roy Orbison de chœurs aux accents doo-wop et de cordes aux mélodies enlevées. Si les chaînes de radio de country ne prêtent pas la moindre attention à ces albums somptueux, le monde de la pop, en particulier britannique, perçoit tout de suite leur originalité. Le chanteur signera un contrat chez Acuff-Rose Publishing, alors que Fred Foster gère aussi une solide maison d'édition – Combine Music Group – dont les protégés comprennent des barytons à la voix rocailleuse tels que Tony Joe White ou Kris Kristofferson. En 1987, Monument Records est acquis par Sony Music.

—  Charlie GILLETT, Universalis

Écrit par :

  • : présentateur pour la radio G.L.R. à Londres, directeur du label Oval Music à Londres, auteur

Classification

Pour citer l’article

Charlie GILLETT, « MONUMENT RECORDS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/monument-records/