MONADOLOGIE, Gottfried Wilhelm LeibnizFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le système et l'harmonie

La Monadologie se présente comme le résumé du système de son auteur en quatre-vingt-dix alinéas d'une grande densité (et avec de multiples renvois à la Théodicée). Elle ne sera publiée qu'en 1840 (l'édition de référence n'étant fournie qu'à la fin du xixe siècle, par Émile Boutroux), mais connue par une traduction latine dès 1721. Quoiqu'elle n'affiche pas clairement de plan, il est habituel de la diviser en trois parties : sur les monades (paragr. 1-36) ; sur Dieu (paragr. 37-48) ; sur le monde (paragr. 49-90). Monade (du grec monas, « unité ») signifie « une substance simple qui entre dans les composés ; simple, c'est-à-dire, sans parties » (paragr. 1). Le terme peut paraître synonyme de celui d'atome. Mais si Leibniz le lui a préféré – emprunté sans doute à Giordano Bruno, il s'impose à lui à partir de 1697 –, c'est que l'atome désigne plutôt un « point physique ». Pour Leibniz, l'étendue étant indéfiniment divisible, le simple ne peut être en réalité qu'un « point métaphysique » ou un « atome formel ». La Monadologie exprime donc une critique radicale du cartésianisme : il ne peut y avoir de science de la pure étendue (la physique de Descartes est erronée pour avoir éliminé la notion de force) ; la matière ne peut se comprendre que comme phénomène ; les apories morales du cartésianisme, liées au dualisme des substances (entraînant la séparation du corps et de l'esprit), trouvent leur solution dans la thèse de l'harmonie préétablie.

En tant que distinctes les unes des autres, les monades possèdent nécessairement des qualités propres. Elles ne peuvent qu'avoir en elles-mêmes les perceptions et appétits : aussi pourraient-elles être appelées « âmes », si le terme ne devait être réservé aux monades « dont la perception est plus distincte et accompagnée de mémoire » (paragr. 19). Le terme d'esprit (le propre de l'homme), lui, désigne l'« âme raisonnable », c'est-à-dire [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

François TRÉMOLIÈRES, « MONADOLOGIE, Gottfried Wilhelm Leibniz - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/monadologie/