MIZOGUCHI KENJI (1898-1956)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le destin et l'imagination du bonheur

Le refus des a priori sur l'homme traduit, on s'en doute, une certaine idée de l'homme et de la société. La vivacité de la critique sociale chez Mizoguchi aboutirait-elle au socialisme ou à l'anarchie, son humanisme a-t-il subi l'influence chrétienne (Femmes de la nuit) ou bouddhique ? Faut-il renverser les superstitions et lutter seul contre un monde hostile et inique, ainsi que le fait Le Héros sacrilège (1955) ? Faut-il se résigner et cultiver son jardin, comme semble le suggérer la fin, en forme d'apologue, des Contes de la lune vague ? Quelle morale émerge du chaos des événements ridicules et tragiques dont l'enchaînement forme la vie, quelle morale vient soutenir l'artiste qui connaît la solitude du génie mais non le bonheur (Cinq femmes autour d'Utamaro, 1946) ? Pour les « amants crucifiés » et souvent pour Mizoguchi, peintre de l'amour fou, la passion est l'unique valeur, mais elle se brise au monde, et la vérité suprême, vérité métaphysique aussi bien qu'immédiate, c'est la solitude absolue d'O'Haru et son lent cheminement vers la mort.

Le monde de Mizoguchi, c'est donc peut-être avant tout celui de la faiblesse de l'être en face de sa destinée. Les personnages qui incarnent cette faiblesse sont presque toujours des femmes, dont Mizoguchi préfère la compagnie à celle des hommes. On a évoqué la perfection de sa direction d'acteurs. En fait, il s'agit surtout d'actrices, les plus grandes : Tanaka Kinuyo, Kogure Michio, Kyo Machiko. Mizoguchi sait les conduire avec une précision et une fermeté qui reposent sur une connaissance intime et parfaite de leur comportement, elle-même fondée sur la pratique d'une vie commune qu'il imposait à toute son équipe durant les semaines de tournage. Mizoguchi, qui considérait, à la manière de Max Ophuls, dont il a la tendresse distante, le maniement des comédiens comme la partie essentielle du tournage proprement dit, a permis à toutes ses actrices de se révéler à elles-mêmes ; on vivait, on sentait, on respirait « autrement » en sa présence.

L'épaisseur romanesque de ses films, la richesse [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : agrégé de lettres, maître assistant à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  MIZOGUCHI KENJI (1898-1956)  » est également traité dans :

LES CONTES DE LA LUNE VAGUE APRÈS LA PLUIE, film de Kenji Mizoguchi

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 1 015 mots
  •  • 1 média

Les Contes de la lune vague après la pluie (Ugetsu monogatari) est « un des plus beaux films du monde », s'exclame Georges Sadoul dans les Lettres françaises en avril 1959, lors de sa tardive sortie parisienne. Le lion d'argent à Venise en 1953 (dans un festival sans lion d'or), confirmant le prix international obtenu en 1952 pour […] Lire la suite

LES CONTES DE LA LUNE VAGUE APRÈS LA PLUIE (Kenji Mizoguchi), en bref

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 223 mots
  •  • 1 média

Plus encore que Rashomon, de Kurosawa Akira, lion d'or à Venise et oscar du meilleur film étranger en 1951, Les Contes de la lune vague après la pluie, de Mizoguchi Kenji (1898-1956), lion d'argent à Venise en 1953, marque enfin la reconnaissance pleine et entière du cinéma ja […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Le cinéma japonais »  : […] À Venise, en 1951, le cinéma japonais fit une entrée triomphale sur la scène d'Occident, et il y tient depuis lors une bonne place. Le film présenté cette année-là était une œuvre d'Akira Kurosawa, Rashomon . Un peu plus tard, on découvrait à la Cinémathèque française le plus grand cinéaste japonais, et sans doute l'un des plus grands de tout le cinéma : Kenji Mizoguchi. Mizoguchi, (1898-1956), n […] Lire la suite

JAPON (Arts et culture) - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Hubert NIOGRET
  •  • 5 586 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une industrie sous tutelle étrangère »  : […] Comme toute l'industrie, le cinéma est placé sous le contrôle de l'occupant, qui cherche surtout à interdire les œuvres militaristes et à favoriser celles qui aideront à la démocratisation du pays. Les cinéastes, qu'ils soient apparus au début de la guerre comme Kurosawa Akira ( La Légende du Grand Judo [ Sanshiro Sugata ], 1943), Kinoshita Keisuke ( Le Port en fleurs [ Hana saku minato ], 19 […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel MESNIL, « MIZOGUCHI KENJI (1898-1956) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mizoguchi/