MISSISSIPPI ET MISSOURI, fleuves

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le Mississippi inférieur

Par la suite, le débit n'augmente plus que de moitié, en raison du faible développement des affluents de rive gauche et du médiocre débit des tributaires de rive droite : Arkansas, 1 400 m3/s, Red River, 1 000 m3/s. Les caractères du régime sont désormais fixés. Le maximum d'écoulement correspond à celui des pluies de fin de saison froide, légèrement déplacé vers le printemps par la fonte des neiges, tandis que la conjonction du minimum pluviométrique et d'une évaporation encore notable fixe en octobre-novembre la période des étiages. La régularité du régime laisse pourtant place à des crues redoutables qui se succèdent à raison d'une ou de deux par décennie. Elles résultent, toutes, de pluies prolongées sur l'ensemble du bassin, suivies par de violentes averses affectant les bassins des affluents de rive droite et, surtout, de l'Ohio. Ces cloud bursts (orages) de saison chaude, pouvant survenir d'avril à octobre, donnent jusqu'à 900 mm de pluie en vingt-quatre heures et gonflent d'autant plus le débit des émissaires que le sol a été mieux saturé au préalable. La rencontre des flux élémentaires au niveau du tronc principal provoque alors de véritables catastrophes. Ainsi, en avril 1927, le niveau des eaux s'est élevé de dix-sept mètres à Cairo, quatorze mètres à Memphis, dix-huit mètres à Vicksburg, tandis que, sur une superficie inondée de 73 000 km2, on devait dénombrer deux cents morts. La propagation des crues à partir de Cairo n'a, pourtant, rien de soudain : il leur faut six jours pour atteindre Memphis, vingt et un jours pour parvenir à l'embouchure de la Red River, trente jours pour gagner La Nouvelle-Orléans. Mais l'ampleur des ravages résulte de la forme de la vallée, largement ouverte aux eaux de la crue.

La plaine alluviale, à l'aval de Cairo, est l'œuvre des multiples divagations du fleuve, l'élargissant par le sapement des formations tertiaires, les bluffs, qu'il longe encore, en rive gauche, de Cairo à Memphis puis, en rive droite, à New Madrid et Helena et, à nouveau en rive gauche, à l'aval de Vicksburg. À la surface de la plaine, de nombreux méandres, beaucoup trop amples pour les affluents qui les empruntent, sont autant de témoins d'anciens cours du fleuve. L'instabilité du tracé résulte des processus de l'alluvionnement : les berges du fleuve s'exhaussent en période de hautes eaux, jusqu'à ce qu'une crue importante détermine le changement de cours vers une zone plus basse, et le processus se répète indéfiniment. Comme les affluents, dont les rives se relèvent moins vite que celles du fleuve principal, ne parviennent à rejoindre celui-ci qu'après avoir coulé longtemps parallèlement à lui, la plaine se divise en bassins plus ou moins indépendants, dans lesquels s'épandent les eaux de crue.

Les beaux méandres réguliers mobiles, qui multiplient par trois la longueur du cours entre Cairo et la mer, réduisent sensiblement la pente longitudinale du fleuve. Cette dernière s'atténue régulièrement, passant, aux hautes eaux, de 0,09 p. 1 000 entre Cairo et Memphis à 0,05 p. 1 000 entre Memphis et Baton Rouge. En même temps, les berges se rapprochent : 1 350 m les séparent à Cairo, 1 200 m vers Natchez, 900 m à Baton Rouge, 750 m à La Nouvelle-Orléans, tandis que la profondeur augmente : 15 m à Cairo, 30 m à La Nouvelle-Orléans.

En aval de Natchez, la plaine alluviale passe au delta, tandis que, la pente devenant presque nulle aux basses eaux, les méandres s'effacent. Les alluvions fines que le fleuve transporte en abondance (400 millions de tonnes par an) s'accumulent sur les berges du chenal, donnant naissance à des levées qui accompagnent le fleuve jusqu'à la mer. En arrière s'étendent des lacs, puis des marais littoraux, sillonnés de bras morts, les «  bayous » qui écoulent les eaux de pluie locales ou servent de trop-plein pour les eaux du fleuve en crue. La plus grande partie du delta est morte, tandis que le courant principal s'ouvre un passage vers l'océan en direction du sud-est. À trente-cinq kilomètres de l'extrême pointe, le chenal se divise en trois branches dont l'une, celle du sud-ouest, s'allonge vers le large, depuis plus d'un siècle, à raison de cent mètres par an. Sa progression est facilitée par la médiocrité des marées, dont l'amplitude moyenne est de quarante centimètres, ainsi que par la faible profondeur des eaux de la plate-forme continentale. La présence d'une barre, en accélérant la vitesse de précipitation de [...]

Bayou de Louisiane

Photographie : Bayou de Louisiane

Le cyprès chauve, espèce caractéristique du bayou de Louisiane. 

Crédits : F. Barbagallo/ DEA/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MISSISSIPPI ET MISSOURI, fleuves  » est également traité dans :

CARAÏBES - Mer des Caraïbes et golfe du Mexique

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 2 172 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Littoraux »  : […] Les littoraux ne correspondent pas exactement aux plates-formes continentales, car ces dernières expriment le résultat d'une longue histoire géologique, alors que les littoraux reflètent les conditions, assez particulières, qui ont dominé depuis la fin de la dernière glaciation. Notamment, des sédiments détritiques particulièrement abondants, transmis par le Mississippi depuis le centre des État […] Lire la suite

DELTAS

  • Écrit par 
  • Gilbert BELLAICHE
  •  • 3 785 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Structure des deltas »  : […] Dans la plupart des cas, la croissance des constructions deltaïques n'est pas continue mais cesse lorsque le cours d'eau, à la suite le plus souvent d'une forte crue, migre latéralement, entraînant la formation d'une nouvelle construction. Les deltas sont ainsi composés d'une série de lobes sédimentaires plus ou moins développés et imbriqués. C'est ainsi que le delta du Mississippi a construit se […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Catherine LEFORT, 
  • Laurent VERMEERSCH
  •  • 19 933 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « La dépression centrale »  : […] Le centre des États-Unis est occupé par une vaste dépression entre les Appalaches à l'est et les Rocheuses à l'ouest. Cette région de plaines, d'une monotonie parfois désespérante quand on la parcourt sur quelques centaines de kilomètres, correspond pourtant à des ensembles différenciés soit par leurs structures, soit par les phénomènes climatiques passés qui y ont plus ou moins violemment imposé […] Lire la suite

FONDATION DE LA LOUISIANE

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 232 mots
  •  • 1 média

Le 9 avril 1682, Robert Cavelier de La Salle (1643-1687) arrive en vue du golfe du Mexique et prend possession, au nom de Louis XIV, du territoire situé entre le Mississippi et les montagnes Rocheuses, baptisé Louisiane en l'honneur du roi de France. Cette fondation est l'aboutissement d'un processus qui a vu les Français chercher, depuis le milieu du siècle précédent, un passage vers l'ouest : ex […] Lire la suite

INONDATIONS

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 4 244 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les crues des fleuves »  : […] Le débordement des eaux d'un fleuve hors de son lit mineur, pour emplir son lit moyen ou son lit majeur , se produit généralement après des périodes plus ou moins longues de précipitations qui n'ont pas besoin d'être particulièrement intenses. Ce type d'inondation, le plus fréquent, n'est pas soudain et les habitants des régions concernées peuvent observer la montée des eaux jusqu'à ce qu'ils soi […] Lire la suite

JOLIET ou JOLLIET LOUIS (1645-1700)

  • Écrit par 
  • Jean-Marcel CHAMPION
  •  • 287 mots
  •  • 1 média

Explorateur français. Né à Québec dans une famille modeste, protégé par les Jésuites chez qui il fait ses études, Louis Jolliet pense un moment entrer dans les ordres, puis il se rend à Paris pour apprendre la cosmographie. De retour au Canada en 1668, il pratique la traite des fourrures ; il se livre parallèlement à l'exploration de la région des Grands Lacs et à la prospection minière pour le co […] Lire la suite

LA SALLE ROBERT CAVELIER DE (1643-1687)

  • Écrit par 
  • Jean-Marcel CHAMPION
  •  • 414 mots
  •  • 1 média

Explorateur français. Né à Rouen dans une famille de riches négociants, Robert Cavelier de La Salle se destine d'abord à l'Église et entre chez les Jésuites (1658-1667). Renonçant à recevoir les ordres majeurs, il abandonne l'état ecclésiastique et part pour le Canada où il obtient, en 1667, une concession à La Chine, en amont de Montréal. Il apprend les langues indiennes et, à partir de 1668, se […] Lire la suite

LOUISIANE

  • Écrit par 
  • Jean-Marc ZANINETTI
  •  • 2 131 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le territoire louisianais »  : […] La Louisiane occupe la plaine littorale du golfe du Mexique. Au nord, de bas plateaux sont traversés de larges vallées alluviales, celle du Mississippi à l'est et celle de son affluent, la rivière Rouge, à l'ouest. L'altitude dans le sud de l’État n'excède pas 3 mètres. Le Mississippi est l’un des fleuves les plus puissants du monde avec un débit moyen de 16 800 m 3 /s à Baton Rouge, 400 kilomètr […] Lire la suite

MARQUETTE JACQUES (1637-1675)

  • Écrit par 
  • Jean-Marcel CHAMPION
  •  • 281 mots
  •  • 1 média

Missionnaire et explorateur français. Membre de la Compagnie de Jésus, Jacques Marquette est envoyé au Canada en 1666. Pendant deux ans, il s'initie aux langues et aux mœurs des Indiens avant d'être affecté à l'évangélisation des Algonkins des Grands Lacs, d'abord à la pointe du Saint-Esprit, sur la rive sud du lac Supérieur, puis à Michilimackinac, entre le lac Huron et le lac Michigan. C'est le […] Lire la suite

MEMPHIS, Tennessee

  • Écrit par 
  • Jacques SOPPELSA
  •  • 183 mots
  •  • 1 média

Sur le cours aval du Mississippi, au cœur d'une région économique essentiellement rurale, l'agglomération de Memphis juxtapose dans sa physionomie générale les traits spécifiques du port fluvial de l'ère coloniale et de la vieille ville sudiste. Mais, si la plupart de ses voisines, telles Natchez ou Vicksburg, somnolent depuis plus d'un siècle, Memphis s'est rapidement développée. Ses fonctions cl […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre CARRIÈRE, « MISSISSIPPI ET MISSOURI, fleuves », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mississippi-et-missouri-fleuves/